Regards croisés d'étudiants québécois sur la culture «woke»

Exagère-t-on les tensions à partir d’exemples isolés de revendications liées au vocabulaire dit «woke» ou intersectionnel? La liberté de l’enseignement est-elle menacée?
Photo: Alice Chiche Archives Le Devoir Exagère-t-on les tensions à partir d’exemples isolés de revendications liées au vocabulaire dit «woke» ou intersectionnel? La liberté de l’enseignement est-elle menacée?

Les universités québécoises semblent à leur tour s’enfoncer dans les guerres culturelles autour des questions identitaires et égalitaires qui affectent déjà profondément les campus canadiens et américains. Est-ce bien le cas ? Exagère-t-on les tensions à partir d’exemples isolés de revendications liées au vocabulaire dit « woke » ou intersectionnel ? La liberté de l’enseignement est-elle menacée ? Voici quelques témoignages d’étudiants des départements des sciences sociales et de droit de l’Université de Sherbrooke et de l'Université du Québec à Montréal. L’échantillon constitué cette semaine ne prétend évidemment pas à être représentatif. Propos recueillis par Stéphane Baillargeon.


Nicolas Gendron (24 ans, étudiant en communication, Université de Sherbrooke)

 

Je me suis inscrit par choix à un cours intitulé Diversités et mots sensibles. On y aborde beaucoup la notion de nonbinarité, la capacité d’inclure les personnes non binaires dans le discours. On se pose des questions sur la langue. C’est très d’actualité.

Souvent il n’y a pas de solution. Faut-il choisir auteure ou autrice ? Certaines personnes proposent « autaire » (comme notaire) pour éviter la binarité, même si le déterminant (le, la) reste binaire. On débat, on reste ouverts et on réfléchit aux défis posés par la société en ce moment autour de l’identité. Les sensibilités s’affirment et sont très présentes actuellement. Je trouve très intéressant de me faire bousculer dans mes certitudes. C’est comme ça qu’on progresse, en se faisant secouer. On parle de censure autour de certains mots.

Il faut pourtant pouvoir s’exprimer librement en public, à l’université. Quand une professeure le fait sur des sujets ou du vocabulaire délicats, il faut en discuter, arriver à un accord et après s’engager. Mais on ne peut pas « brimer » certains mots, sinon on ne pourra pas avancer dans certaines causes. On ne peut pas censurer, surtout quand il est question de termes et de concepts qui ont marqué l’Histoire. Il faut prendre en compte leur contexte, et le silence ne réglera rien.

Il faut bien faire la différence entre la liberté de l’enseignement et la liberté d’expression. La liberté d’expression implique une responsabilité civile dans l’espace public. Dans le monde universitaire, il faut pouvoir aborder un sujet dans son entièreté, mais sans vouloir blesser une personne ou un groupe. Il est donc important de définir à qui on parle, à quel moment et de s’assurer qu’on le fait dans une atmosphère respectueuse.

 

William* (38 ans, étudiant en sciences sociales, UQAM)

 

J’ai fait mon cégep il y a deux décennies. Je fais un retour aux études. J’ai vraiment constaté le clivage. On n’était pas dans un climat woke il y a vingt ans. On était plus dans l’autre limite. Il y avait du sexisme, des profs qui faisaient des remarques aux étudiantes, par exemple. C’était une autre époque et les gens se choquaient moins vite.

Dès mon entrée à l’université, je me suis retrouvé ailleurs. Au début de la session, il y a eu une plainte parce qu’un conseil étudiant était 100 % blanc. Mais aucune personne racisée ne s’était présentée à un poste. Une des personnes élues s’est désistée pour laisser sa place, mais comme aucune personne racisée ne s’est encore présentée, la première élue a repris sa place. Cette controverse a duré trois semaines.

C’est le constat que je fais de plus en plus : le scandale ne vient pas après un événement : il est créé à partir d’un non-événement.  Mon impression, c’est qu’on vit une sorte de Mai 68 individualiste plutôt que collectif. Ce n’est plus la révolution pour tous, mais la révolution pour soi, très égocentrée, pour la reconnaissance en tant que personne noire, ou non binaire, ou handicapée.

Si on s’oppose le moindrement, si on soulève un doute, on devient déjà l’ennemi. Si on n’adhère pas au mouvement, on devient raciste, sexiste, pour la culture du viol. Les étudiants disent donc y adhérer. Qui voudrait passer pour raciste ? Je suis frappé par le manque de perspective de ce mouvement woke, ou intersectionnel, ou inclusif importé des États-Unis alors qu’on n’a pas la même histoire. On le voit bien dans le vocabulaire emprunté : woke, safe space, triggerwarning, cancel culture… C’est une ultrapetite minorité d’idéologues qui s’agite. On est face à un mouvement très minoritaire, mais très actif et militant, qui gangrène le vivre-ensemble.

 

Philippe Beaulieu (22 ans, étudiant en droit et MBA, Université de Sherbrooke)

 

Mon association étudiante a voté des motions à jeter par terre. L’une d’elles disait que, si tu étais pour la loi 21 sur la laïcité, tu étais xénophobe et contre les droits des femmes. Est-ce que ça représente la majorité ? Des plus tapageurs, certainement, pas des autres. Cette minorité agissante est aussi très active sur les réseaux sociaux.

Il y a une certaine résistance à ces mouvements, mais elle s’effrite avec les années. J’ai des opinions sur ces enjeux et je peux les défendre. Je ne me suis jamais caché. La loi 21 rejoint mes valeurs et je le dis. On m’a traité d’islamophobe, c’est dommage, mais en général il n’y a pas d’hostilité et on reste dans le débat d’idées. J’essaie de garder l’esprit ouvert. J’essaie de comprendre le point de vue des autres.

À lire aussi:

Enfin le bout du tunnel?, la chronique de Normand Baillargeon

Il y a un sentiment d’injustice historique dans le mouvement woke. Pour ses défenseurs, c’est important de corriger la situation. Je comprends et j’observe une certaine rage associée souvent à la jeunesse. J’observe ces revendications depuis des années. Elles arrivent de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Elles s’installent à McGill, à Concordia, maintenant à l’UQAM.

À Sherbrooke, nous gardons une distance par rapport à ce problème, et c’est une des raisons pour lesquelles j’ai choisi cette université. Ici, on ne voit pas de conférences annulées comme ça se fait ailleurs. Mais on avance dans ce sens aussi. Il faut que l’université demeure un milieu libre. Je pense qu’il faudrait protéger cet espace. Je ne souhaite pas que le gouvernement intervienne en politisant le débat. Les directions des universités doivent adopter des déclarations sans équivoque pour éviter qu’on se retrouve dans des situations comme celles de l’Université d’Ottawa ou de l’Université Concordia.

 

Camille* (28 ans, étudiante en sciences sociales, Université de Sherbrooke)

 

Je n’ai pas souvent été témoin de confrontations idéologiques dans mes cours. J’ai vu des gens débattre autour de certaines valeurs, par exemple entre certaines personnes plus ou moins féministes. J’ai vu aussi des débats sur l’opportunité d’aborder certains sujets ou la manière de les aborder, par exemple les cas de violences sexuelles.

Ça ne prend pas une place prépondérante à l’Université de Sherbrooke. Selon mon expérience, ces discussions se font dans certains cours en particulier, sur des aspects bien précis. Le règlement se fait en fonction de la dynamique entre les étudiants et le prof. Je n’ai jamais été témoin d’un professeur bouché qui ne voulait pas modifier sa façon de faire si elle heurtait certaines personnes. Je n’ai jamais vu de guerre ouverte. Je n’ai jamais vu de situations comme celle de l’Université d’Ottawa décrite dans les médias.

Je trouve important de se montrer sensible par rapport aux personnes qui se sentent blessées ou moins à l’aise dans une salle de cours. Je pense que l’université doit être une place où les gens se sentent bien sans être attaqués ou se sentir offensés. Ça ne pose pas de problème quand on ne se ferme pas à la discussion. Faire une erreur, c’est correct. Dans le cas des pronoms, par exemple, il faut se montrer ouvert et compréhensif.

Je ne suis pas moi-même en situation de minorité. Si des gens issus de minorités soulèvent un débat, c’est important de les écouter, de clarifier les enjeux, d’éviter les termes offensants. Toutes les instances universitaires ont leur rôle à jouer pour favoriser l’inclusion.

*Noms fictifs


Dans une version précédente de ce texte, il était écrit que les quatre personnes qui témoignent étudient à l’Université de Sherbrooke. Or, William étudie en fait à l’UQAM. Nos excuses.



À voir en vidéo