Mamadi Camara libéré des accusations portées contre lui

L’homme accusé de tentative de meurtre après avoir prétendument désarmé et blessé un policier a été libéré de toutes les accusations mercredi à la suite de nouvelles informations révélées par l’enquête.

« Suivant l’évolution de l’enquête et les dernières informations communiquées, nous estimons qu’il n’est plus possible de soutenir, dans l’état actuel des choses, les accusations à l’égard [du suspect] », a expliqué le ministère public.

Mamadi III Fara Camara a retrouvé sa liberté à la suite d’un important revirement de situation. L’homme de 31 ans était le principal suspect à la suite d’une chasse à l’homme après une intervention policière qui a mal tourné vendredi dernier. Détenu depuis quatre jours, M. Camara était au palais de justice de Montréal pour subir son enquête sur remise en liberté.

L’avocat de M. Camara, Cédric Materne, a refusé de préciser ce qui a mené à ce revirement subit de situation.

« Vous comprenez que c’est un arrêt des procédures pour l’instant. L’enquête continue, donc on n’entrera pas nécessairement dans les détails », a-t-il indiqué au palais de justice de Montréal.

« S’il y a un arrêt des procédures qui ne supporte pas les accusations, c’est que clairement il y avait des preuves qui faisaient en sorte que ce n’était potentiellement pas lui. »

Me Materne a dit que la famille et son cabinet étaient soulagés de la nouvelle.

Vendredi, la version du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) voulait qu’un automobiliste intercepté en lien avec une infraction au Code de la sécurité routière s’en soit pris physiquement à un policier dans le secteur de Parc-Extension. Le SPVM rapportait « une altercation lors de laquelle le policier aurait été désarmé et blessé », mais ne pouvait préciser s’il avait été atteint par un projectile.

Or, une vidéo découverte plus tôt mercredi aurait vraisemblablement permis de démontrer que M. Camara n’est pas le bon suspect. Le véritable suspect est-il toujours en liberté ? « Compte tenu du fait que l’enquête suit son cours, nous ne commenterons pas davantage ce dossier pour le moment », a indiqué Me Audrey Roy-Cloutier, porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales.

Le SPVM n’a pas émis de commentaires à la suite de ce coup de théâtre, renvoyant les médias vers le DPCP. Une enquête indépendante est réclamée par l’opposition officielle à l’hôtel de ville.

Polytechnique Montréal, qui avait suspendu M. Camara de ses fonctions de chargé de laboratoire qu’ils occupaient tout en étudiant aux cycles supérieurs, a accueilli la nouvelle avec soulagement. « La communauté de Polytechnique Montréal est soulagée pour lui et ses proches. M. Camara sera rencontré pour discuter de sa réintégration sur le campus et dans ses fonctions. Un soutien lui sera offert », a affirmé la conseillère principale Annie Touchette.

En soirée, la mairesse de Montréal, Valérie Plante s’est dite « troublée » par le traitement subi par M. Camara. « Je m’attends à ce que la lumière soit faite rapidement sur ce qui s’est passé, et que l’enquête se poursuive pour trouver le ou les réels fautifs », a affirmé Mme Plante.

« Le retrait d’accusations aussi graves est exceptionnel. On doit avoir des réponses claires sur ce qui est arrivé afin de préserver la confiance du public à l’égard du travail policier », a-t-elle ajouté.

Avec Boris Proulx et La Presse canadienne

À voir en vidéo