Adolescente retrouvée presque trois ans après sa disparition - Julie Bureau a été hébergée par un homme de Beauceville

Beauceville — C'est un homme de 38 ans qui a hébergé Julie Bureau pendant deux ans et demi à Beauceville.

L'homme a été interrogé par des enquêteurs de la Sûreté du Québec hier après-midi, à son domicile, pour livrer sa version des faits.

Préférant garder l'anonymat, il a confié à Télévision Quatre Saisons avoir découvert en même temps que les policiers qu'il s'agissait d'une jeune fille disparue depuis trois ans.

Julie Bureau se serait refait une identité et aurait prétendu être majeure. Elle lui aurait caché sa véritable identité pendant toutes ces années. Elle vivait chez lui et gagnait sa vie en travaillant pour lui sur sa terre à bois, a-t-il révélé.

L'homme a dit avoir une relation purement amicale avec la jeune fille. Elle avait d'ailleurs sa propre chambre au domicile de l'individu.

Julie Bureau avait abandonné ses études mais elle projetait de s'inscrire à des cours du soir.

Selon lui, elle aurait fait une fugue à Montréal dans un premier temps, avant de se retrouver dans la région de la Beauce en faisant de l'auto-stop.

Sous la responsabilité de la DPJ

D'autre part, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) de l'Estrie a indiqué hier que Julie Bureau restera sous sa responsabilité au cours des prochains jours afin de poursuivre son évaluation du dossier.

L'adolescente, qui avait été portée disparue en 2001 alors qu'elle n'avait que 14 ans, a été retrouvée saine et sauve au cours de la fin de semaine à Beauceville.

La DPJ, qui a notamment le mandat de s'assurer que la sécurité et le développement de la jeune fille ne soient pas compromis, a par ailleurs exhorté les médias à cesser de tenter de retrouver l'adolescente pour lui permettre de faire le point sur ce qui lui arrive. Me Stéphanie Côté, l'avocate qui représente la jeune fille, aujourd'hui âgée de 17 ans, a indiqué que Julie Bureau allait très bien, mais qu'elle était aussi ébranlée par tout ce qui lui arrive actuellement et également très surprise par l'ampleur médiatique entourant sa disparition.

Me Côté a précisé que l'adolescente, qui aura 18 ans en décembre, n'avait pas été retenue contre son gré au cours des dernières années et qu'elle n'était pas sous l'emprise de la drogue ou d'un réseau de prostitution. Julie Bureau a vécu à Beauceville durant trois ans. Elle n'allait pas à l'école et vivait de façon autonome. «C'est une jeune fille que j'ai trouvé très allumée, très présente», a souligné l'avocate.

Collaboration

Selon Me Côté, Julie Bureau a l'intention de continuer à collaborer avec les policiers et la Direction de la protection de la jeunesse dans cette enquête. On ne sait cependant pas quand elle rencontrera ses parents.

«On a une jeune de 17 ans et demi, on n'a plus une jeune fille de 14 ans, qui a vécu de façon autonome pendant trois ans. Aujourd'hui, il faut voir quelles sont les meilleures mesures à prendre, si c'est la DPJ qui doit les prendre ou si on retourne vers le milieu familial, sans que nous on s'en mêle. C'est la décision qu'on a à prendre», a indiqué au cours de la conférence de presse Sylvie-Chantal Corbeil, directrice adjointe des Centres jeunesse Estrie.

Julie Bureau était portée disparue depuis le 26 septembre 2001. Elle avait été vue pour la dernière fois dans un restaurant McDonald's de Coaticook, dans les Cantons-de-l'Est. La jeune fille, alors âgée de 14 ans, était repartie seule, sans argent et sans bagage. Personne ne l'avait revue depuis.

Des recherches avaient été effectuées dans le secteur de Milan, près de Lac-Mégantic, où habitent les parents de la jeune fille. Les enquêteurs de la Sûreté du Québec avaient aussi saisi l'ordinateur de l'adolescente pour clavarder avec ses amis.