Les inondations continuent de tuer en Asie du Sud

Quand la maison est inondée et qu’il faut se nourrir coûte que coûte, quoi de plus vital que de sauver la marmite et tout ce qui permet de cuisiner, comme le font ici ces deux habitants du Bangladesh.
Photo: Agence Reuters Quand la maison est inondée et qu’il faut se nourrir coûte que coûte, quoi de plus vital que de sauver la marmite et tout ce qui permet de cuisiner, comme le font ici ces deux habitants du Bangladesh.

Patna — Les inondations qui sévissent en Asie du Sud ont fait au moins cinq morts de plus, a annoncé hier la police indienne, tandis que les autorités de l'État du Bihar réclamaient l'envoi de troupes supplémentaires pour faire face au pillage des réserves alimentaires publiques.

Au moins 23 millions de personnes ont subi ces inondations depuis le début de la mousson à la mi-juin, et les dernières noyades portent le bilan à au moins 183 morts en Inde, 68 au Bangladesh, 86 au Népal, trois au Bhoutan et 16 en Afghanistan, selon un décompte des autorités. Les cinq dernières noyades se sont produites dans le nord-est de l'Inde au cours d'incidents séparés. Deux personnes sont disparues à bord d'embarcations emportées par les flots dans l'État d'Assam et trois femmes ont été balayées par les eaux dans l'État voisin de Meghalaya, ont précisé le premier ministre de l'Assam et la police locale.

En Inde, dans l'État du Bihar (est), les responsables des districts de Rosera et Samastipur, où la situation se détériore, ont demandé l'aide de l'armée, hier, pour faire face au mécontentement des victimes.

À Rosera, samedi soir, des centaines de sinistrés ont pillé les réserves alimentaires des centres gouvernementaux de secours, selon les autorités locales.

Les victimes ont aussi manifesté devant les bureaux de deux responsables policiers, qu'elles ont empêchés de sortir pendant quelques heures, a-t-on appris à Patna, la capitale de l'État.

Des centaines de soldats, à bord de 40 bateaux et sept hélicoptères, ont déjà distribué plus de 226 tonnes de denrées alimentaires, d'après un responsable de la gestion de crise et un communiqué gouvernemental.

Au Bangladesh, les autorités ont annoncé que la situation a empiré hier, les inondations ayant atteint des zones proches de la capitale, Dhaka.