Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Alexeï Navalny de retour en Russie

    Alexeï Navalny de retour en Russie

    L’opposant russe Alexeï Navalny a été arrêté dimanche dans l’un des aéroports de Moscou, alors qu’il rentrait de Berlin, où il a passé plusieurs mois en convalescence après avoir été empoisonné. Les services pénitentiaires russes ont précisé que le militant «restera en détention jusqu’à la décision du tribunal» sur son cas. Ils lui reprochent d’avoir transgressé, alors qu’il se trouvait en Allemagne ces derniers mois, les conditions d’une peine de prison avec sursis qu’il avait reçue en 2014.

    L’avion dans lequel Alexeï Navalny voyageait avec son épouse a atterri dans un autre aéroport de la capitale russe que celui qui était prévu. À l’aéroport Vnoukovo l’attendaient plusieurs de ses alliés, qui ont été arrêtés par les forces de l’ordre, également présentes en nombre. «Je suis certain que tout va bien se passer. On va m’arrêter? Ce n’est pas possible, je suis innocent», avait-il pourtant déclaré en montant dans l’avion, affirmant «n’avoir rien à craindre en Russie».

  • Des manifestants contre le couvre-feu

    Des manifestants contre le couvre-feu

    Malgré la tempête de neige, une centaine de personnes ont pris d’assaut les rues de Montréal samedi après-midi afin de dénoncer le couvre-feu mis en place par le gouvernement Legault pour contrer la propagation de la COVID-19 dans la province.  Deux constats d’infraction de 1550 $ ont été remis pour non-port du couvre-visage, a confirmé le SPVM, bien que les organisateurs aient promu le port du masque et la distanciation physique.

    La manifestation, organisée par le collectif «Pas de solution policière à la crise sanitaire», dénonçait le caractère «liberticide» de la mesure de Québec, qui a, selon eux, un «effet symbolique» tout en dégradant le «filet social». Les opposants ont précisé toutefois qu’ils se dissociaient «fermement» des autres manifestations contre le couvre-feu qui mettent en avant des «discours conspirationnistes ou des idéologies d’extrême droite», promouvant davantage de financement en santé plutôt que dans la gestion de la crise par les forces de l’ordre.

    Sur une note plus positive, le nombre d’hospitalisations dues à la COVID-19 a baissé pour une troisième journée d’affilée, selon les informations publiées dimanche par les autorités du Québec, qui ont recensé au moins 1744 nouveaux cas de la maladie, soit bien en deçà des derniers bilans quotidiens. Par contre, si la situation semble s’être améliorée, cela pourrait être attribuable à un retard dans la transmission des données. Sur Twitter, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a d’ailleurs prévenu qu’il était «encore trop tôt pour parler d’une tendance à la baisse».

  • Washington se prépare à l’ère Biden

    Washington se prépare à l’ère Biden

    À l’approche de l’inauguration officielle de Joe Biden à titre de président américain, les préparations s’intensifient à Washington, où une importante présence militaire est déjà sur place. Selon un rapport de la police, un homme lourdement armé a d’ailleurs été arrêté vendredi dans la capitale alors qu’il cherchait à passer un des nombreux points de contrôle près du Capitole, où Joe Biden prêtera serment mercredi. Wesley Allen Beeler, originaire de Virginie, a été arrêté dans la foulée pour possession d’armes à feu non enregistrées et détention illégale de munitions.

    Le président désigné, de son côté, aurait l’intention de signer une série de décrets dès le premier jour de sa présidence. Parmi ses objectifs: remédier à la crise sanitaire et économique causée par la COVID-19, mais aussi réengager les États-Unis dans l’Accord de Paris sur le climat. «Ces dernières semaines ont montré à quel point l’âme de l’Amérique est endommagée et combien il est important de la restaurer», a affirmé dimanche le futur chef de cabinet du camp Biden, Ron Klain.

    Détail non négligeable: le procès en destitution de Donald Trump, accusé d’incitation à l’insurrection, pourrait s’ouvrir seulement quelques heures après l’entrée en fonction de son successeur.

  • Retour des manifestations contre la loi «Sécurité globale»

    Retour des manifestations contre la loi «Sécurité globale»

    Des milliers d’opposants à la proposition de loi «Sécurité globale», qui interdit notamment la diffusion à des fins malveillantes d’images de policiers en intervention, ont de nouveau manifesté samedi dans plusieurs villes françaises. À Paris, les forces de l’ordre sont aussi intervenues pour empêcher la tenue d’une rave party non déclarée à proximité de la manifestation, selon la préfecture de police. Dans toute la France, ces manifestations ont rassemblé 34 000 personnes selon la police, et 200 000 selon les organisateurs.

    La proposition de loi, vivement critiquée en France par la Défenseure des droits et la Commission nationale consultative des droits de l’homme, et à l’étranger par des rapporteurs spéciaux des Nations unies et la commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe, a déjà été votée en première lecture à l’Assemblée nationale et doit être examinée en mars au Sénat.