Boisclair encore arrêté et accusé d’agression sexuelle

André Boisclair
Photo: Annik MH de Carurel Archives Le Devoir André Boisclair

André Boisclair a été de nouveau arrêté par la police mercredi. L’ancien chef du Parti québécois est accusé d’agression sexuelle, a confirmé le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

« Le DPCP confirme le dépôt d’une accusation d’agression sexuelle contre André Boisclair. Faisant l’objet d’un mandat d’arrestation visé, ce dernier a été arrêté et interrogé cet après-midi par les policiers du SPVM [Service de police de la Ville de Montréal] », a fait savoir la porte-parole de l’organisation, Me Audrey Roy-Cloutier. Les événements qui lui sont reprochés auraient eu lieu à Montréal le 22 novembre 2015.

M. Boisclair a été libéré sous condition en attendant sa comparution au palais de justice de Montréal, fixée au 1er mars prochain. Une ordonnance de la cour protège l’identité de la présumée victime, et toute publication de renseignements permettant de l’identifier est interdite.

C’est la deuxième fois en moins d’un an que l’ex-politicien est arrêté par les forces de l’ordre. Au printemps dernier, il avait été accusé d’agression sexuelle avec la participation d’une autre personne et d’agression sexuelle armée. Il avait plaidé non coupable en juillet.

André Boisclair a été élu une première fois sous la bannière du PQ en 1989. En novembre 2005, il a été élu à la tête de la formation souverainiste, avant de démissionner en mai 2007 après une défaite électorale. Il a quitté son poste de député quelques mois plus tard.

L’homme, qui est âgé de 54 ans, a ensuite été délégué général du Québec à New York de 2012 à 2013, puis directeur général de l’Institut de développement urbain du Québec à partir de juin 2016. Il a démissionné au printemps après le dépôt d’accusations à son endroit.

À voir en vidéo