Une messe en hommage aux auteurs de l'attentat manqué contre Hitler

Berlin — Le président de l'Église évangélique en Allemagne (EKD), Wolfgang Huber, a rendu hommage hier à Berlin aux officiers allemands auteurs de l'attentat manqué du 20 juillet 1944 contre Adolf Hitler, les qualifiant de «modèles pour les générations suivantes».

«Par leur combat contre le national-socialisme, ils se sont levés sans crainte contre les fausses autorités», a déclaré Mgr Huber, lors d'une messe célébrée à l'occasion du 60e anniversaire de cet attentat manqué dans la cathédrale de Berlin, Berliner Dom, située en plein centre-ville.

«La conjuration a défendu la dignité des droits de l'homme. Elle a été menée en vertu de l'obligation éthique d'empêcher la souffrance des hommes de leur temps, les crimes contre les juifs et contre les populations civiles russes», a-t-il ajouté.

«Les résistants n'étaient pas un groupe uniforme, ni par leur origine, ni par leur motivation. Mais ils avaient reconnu ensemble que les nationaux-socialistes détruisaient la dignité de l'homme», a-t-il poursuivi.

Le 20 juillet 1944, des officiers de la Wehrmacht, l'armée allemande régulière sous le nazisme, dont le charismatique comte Claus Schenk von Stauffenberg, avaient tenté, en raison des dérives du IIIe Reich, d'éliminer Hitler à Rastenburg, en Prusse-Orientale, dans son quartier général, la «Tanière du loup» («Wolfsschanze»).

L'échec de cet attentat est considéré comme «l'une des plus grandes tragédies du XXe siècle»: tandis que les fours crématoires de l'Holocauste contre les juifs continuaient à fonctionner à plein régime, quatre millions d'Allemands, 1,5 million de soldats de l'Armée rouge soviétique et plus de 100 000 GI américains et militaires britanniques ont trouvé la mort entre le 20 juillet 1944 et la capitulation allemande, en mai 1945.