Amende de 30 millions - Conrad Black fait appel

Toronto — Le magnat de la presse britannique Conrad Black et son holding Hollinger Inc. ont fait appel séparément hier d'un jugement d'une cour du Delaware (est des États-Unis) qui, le 20 mai dernier, les condamnait à rembourser quelque 30 millions $US au groupe de presse américain Hollinger International, filiale rebelle de Hollinger Inc.

«Le service du contentieux du conseil d'administration d'Hollinger Inc. a autorisé Conrad Black à faire appel du jugement», a annoncé le groupe dans un communiqué.

Le juge Leo Strine, du tribunal de Wilmington, avait donné jusqu'au 1er juin à lord Black pour rembourser des compensations qui lui avaient été versées sans l'autorisation du conseil d'administration de Hollinger International.

Hollinger International, éditeur des quotidiens Daily Telegraph, Jerusalem Post et Chicago Sun Times, avait décidé le 17 janvier de traîner son ancien patron, lord Conrad Black, et d'autres associés en justice, en leur réclamant d'abord plus de 200 millions de dollars pour des sommes indûment touchées.

Activités de racket

Elle avait révisé en mai ce montant à 1,25 milliard $US, en les accusant, en plus, d'avoir mené des activités de racket. Conrad Black a été chassé de tous ses postes de direction au sein d'Hollinger International.

La guerre entre Black et sa filiale ne se limite pas à ses accusations de fraudes, mais porte aussi sur la vente des journaux du groupe.

Conrad Black cherche ainsi à bloquer la vente du groupe Telegraph aux jumeaux britanniques Barclay souhaitée par Hollinger International.