Carson City et Los Angeles sont touchées - L'ouest des États-Unis est aux prises avec des incendies incontrôlables

Los Angeles — Une dizaine d'incendies, attisés par la chaleur et le feu, faisaient rage hier dans l'ouest des États-Unis et notamment dans les environs de Carson City (Nevada) et de Los Angeles, a-t-on appris de sources officielles.

Près de Carson City et dans la forêt nationale d'Angeles, les pompiers tentaient de reprendre l'avantage, alors que de fortes rafales ont renforcé les flammes.

La ville de Carson City, 50 000 habitants, semblait directement menacée par un feu qui s'est déclenché mercredi. Un millier d'habitations sont en danger et des centaines de personnes ont été évacuées, après que 3640 hectares eurent déjà été ravagés, selon un responsable des services de protection contre les feux de forêt, Paddy Hardy.

«C'est un incendie très difficile à combattre parce qu'il a été très irrégulier et qu'il a fait très chaud», a-t-il précisé à l'AFP, indiquant que quatre ans de sécheresse ont rendu la végétation extrêmement

inflammable.

Des arbres ont littéralement explosé, envoyant des flammes à plus de 30 mètres de hauteur.

Plus de mille pompiers à pied d'oeuvre

Quelque 1100 pompiers appuyés par 13 hélicoptères et six avions de largage ont été mobilisés pour défendre cette ville, capitale de l'État, contre un incendie qui a déjà détruit 14 maisons et un bâtiment commercial et qui s'est approché de la résidence du gouverneur.

Près de la forêt nationale d'Angeles, proche de Los Angeles, les évacuations se sont poursuivies hier, alors que plus de mille personnes ont déjà fui depuis lundi.

Plus de 5600 hectares de végétation desséchée et trois maisons ont déjà été ravagés par les flammes.

Un total de 227 personnes, dont 205 jeunes détenus, ont également dû être évacuées hier matin de deux camps de rééducation se trouvant dans le secteur, ont annoncé des responsables de ces établissements.

«Les vents sont tellement irréguliers qu'il est difficile de prévoir ce qui va se passer», a déclaré un capitaine des pompiers, Dennis Cross.

Au total, quelque 10 800 hectares ont été parcourus par les flammes en Californie durant la semaine.

Ainsi, 1200 hectares du célèbre parc national de Yosemite, au centre de la Californie, ont également brûlé.

Une fumée épaisse empêchait les touristes d'admirer la forêt de séquoias, mais un porte-parole du parc, Scott Gediman, a indiqué que rien ne serait fait pour arrêter l'incendie, bénéfique selon lui à l'écosystème du parc puisque, en brûlant le bois mort et l'herbe sèche, il devrait favoriser la pousse de jeunes arbres.