L’Alberta oscille entre vaccination et frustration

À partir de février, la phase 1B de la vaccination permettra aux personnes âgées de 75 ans et plus d’être à leur tour immunisés.
Photo: Jeff McIntosh Le Presse canadienne À partir de février, la phase 1B de la vaccination permettra aux personnes âgées de 75 ans et plus d’être à leur tour immunisés.

Un peu plus de 26 000 Albertains ont reçu une première dose de vaccin contre le coronavirus, a annoncé mardi le ministre de la Santé.

Ces doses ont été administrées aux travailleurs de services de soins en santé et aux résidents des établissements de soins continus. « 3 000 vaccinations hier, 3 000 vaccinations aujourd’hui », a indiqué en point de presse le ministre Tyler Shandro.

Selon les données de la province, plus de 56 % des doses de vaccins en stock ont été déjà administrées, ce qui place l’Alberta à 61 % au-dessus de la moyenne nationale. « Ce que nous avons accompli en décembre avec les premières livraisons n’était qu’un début — nous verrons des milliers de doses de vaccin supplémentaires administrées chaque semaine », a-t-il ajouté.

Le ministre, qui était accompagnéde la Dre hygiéniste Deena Hinshaw et du nouveau ministre des Affaires municipales, Ric McIver, a tenu à rendre rendre hommage à Joe Marie (Jing) Corral, un aide-soignant âgé de 61 ans, décédé la veille de la COVID, au centre de soins continus de Bethany Riverview, à Calgary. Il a également mentionné qu’une aide-soignante d’une cinquantaine d’années, se trouvant dans la zone d’Edmonton, venait aussi de succomber aux effets mortels du virus.

Phase 1A et 1B sont lancées

Dès cette semaine, il est prévu que la phase 1A du processus de vaccination débute. Les travailleurs de la santé œuvrant dans les services de soins à domicile et d’urgence seront vaccinés en priorité.

À partir de février, la phase 1B de la vaccination permettra aux personnes âgées de 75 ans et plus d’être à leur tour immunisés.

Les Premières Nations de 65 ans et plus et vivant dans des réserves et les établissements métis, ainsi que le personnel soignant travaillant dans les unités médicales, chirurgicales ou les unités COVID-19 pourront aussi recevoir le vaccin.

Actuellement, les services de santé Alberta sont en processus intense de recrutement dans le but de vacciner le plus de monde possible.

Cependant, le ministre a averti que les chiffres restaient élevés, dus au retour des Fêtes et que par conséquent l’incertitude demeurait en ce qui concernait la COVID.

Fausse rumeur

La Dre Hinshaw s’est voulue optimiste en ce début d’année. « Il y a de l’espoir », a-t-elle déclaré. Elle a tenu aussi à éclaircir une fausse rumeur, circulant ces dernières heures dans les médias sociaux, et indiquant que des doses du vaccin étaient gaspillées, voire jetées intentionnellement.

« Une fois que le vaccin est à température ambiante de la pièce, il doit être utilisé dans les heures qui suivent », décrit-elle. Selon elle, une procédure d’utilisation bien définie est déjà en place.

« Chaque dose est préparée bien à l’avance en fonction d’un rendez-vous pris en ligne. Les services de Santé Alberta ont des instructions claires pour s’assurer qu’il y a toujours quelqu’un. Dans le cas où un patient ne serait pas disponible, la consigne est de vacciner un membre du personnel soignant pour s’assurer qu’aucune dose ne soit gaspillée », détaille-t-elle.

Les doses potentiellement perdues le seraient si les fioles étaient renversées ou bien étaient tombées.

Elle a annoncé que 3900 doses du vaccin Pfizer étaient déjà en route et attendues dès cette semaine.

« Regagner la confiance des Albertains »

Le récent écart de conduite des politiciens albertains partis à l’étranger durant les Fêtes de Noël a été abordé à la fin de la conférence.

La dernière annonce faite en après-midi par le maire de Calgary, Naheed Nenshi, reconnaissant que Devery Corbin, son chef de cabinet, et un membre de leur bureau étaient partis à l’étranger, a mis les Albertains très en colère, a relancé la polémique et met le blâme sur l’ensemble des représentants politiques.

Le ministre de la Santé a rappelé le fait que nul n’était au-dessus des règles. « Il nous faut regagner la confiance des Albertains », a-t-il reconnu.

Est-ce que cette erreur pourrait engendrer « un possible remaniement ministériel pour faire repartir la machine à zéro ? » suggère Frédéric Boily, professeur en Science politique au Campus Saint-Jean. La question est à envisager, mais il est encore trop tôt pour le dire.

Dans les dernières 24 heures, 843 nouveaux cas ont été recensés en Alberta. « Il faudra des mois avant de vacciner toute la population », a assuré Deena Hinshaw.

À voir en vidéo