Mort d’une fillette à Laval: la police doit interroger 7 personnes

Les policiers ont reçu un appel dimanche après-midi concernant une fillette inanimée dans une résidence de la rue Bouthillier, à Laval. 
Photo: iStock Les policiers ont reçu un appel dimanche après-midi concernant une fillette inanimée dans une résidence de la rue Bouthillier, à Laval. 

La division des crimes majeurs du Service de police de Laval (SPL) enquête sur la mort d’une fillette de 7 ans survenue dimanche après-midi dans le quartier Chomedey, à Laval.

Des sévices corporels pourraient avoir causé sa mort.

Vers 14 h 30, les policiers ont reçu un appel concernant une fillette inanimée dans une résidence de la rue Bouthillier. Des manœuvres ont été pratiquées sur l’enfant qui était en état d’arrêt cardio-respiratoire, mais son décès a été constaté au centre hospitalier.

Geneviève Major, lieutenante aux affaires publiques du Service de police de Laval, a confirmé dimanche soir que la police n’écarte pas l’hypothèse que la fillette soit morte après avoir subi des sévices corporels. Mais la lieutenante a précisé que les policiers attendaient les résultats de l’autopsie avant de confirmer les causes de la mort de l’enfant.

Sept personnes seront interrogées par les services policiers.

« On doit rencontrer la famille, mais on fait face à une barrière linguistique présentement alors on doit attendre les services d’un interprète », a précisé la lieutenante Major.

Aucune personne n’a été arrêtée dimanche soir.

La policière a ajouté que « le service d’identité judiciaire doit compléter la scène de crime dimanche soir » et « l’autopsie sera pratiquée sur le corps de la fillette lundi matin. »

La Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a été avisée de la situation, car deux enfants vivent dans la résidence ou le corps de la fillette a été découvert, toutefois, les enfants n’étaient pas présents lorsque les premiers répondants sont arrivés sur les lieux selon le SPL.

Des services psychologiques pourront être offerts aux policiers qui sont intervenus sur les lieux dimanche.

« Ce n’est jamais facile ce genre de scène là, c’est certain qui va avoir un soutien, on a un programme d’aide aux employés spécialisés dans ce genre d’événement et ces policiers vont être pris en charge assurément ».