cache information close 

Les canons à neige à la rescousse sur les pentes de glisse

Environnement Canada prévoyait mercredi une accumulation de neige de cinq centimètres, mais avec un risque de pluie verglaçante pendant la nuit et une hausse de la température. 
Photo: Adil Boukind Le Devoir Environnement Canada prévoyait mercredi une accumulation de neige de cinq centimètres, mais avec un risque de pluie verglaçante pendant la nuit et une hausse de la température. 

La météo n’ayant pas fait preuve de beaucoup de collaboration, la Ville de Montréal a dû sortir ses canons à neige pour permettre les activités de glisse dans trois de ses parcs.

« Comme bien du monde, on s’est équipés pour le ski de fond cette année, mais on attend encore la neige. » Tania Perlini est venue avec sa fille glisser sur les pentes enneigées du parc du Pélican dans Rosemont–La Petite-Patrie.

Confinés, les parents peinent à trouver des activités pour occuper leurs petits, d’autant que la neige se fait rare dans les parcs. « On alterne : un jour ici et un jour à la patinoire », explique Pierre Chemartin, venu glisser avec ses deux fils. Maurice, trois ans et demi, qui aurait aimé qu’il y ait plus de neige, évite la cohue en descendant en luge sur le gazon glacé.

Faute de tapis blanc, l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie a utilisé des canons à neige pour recouvrir les pentes des parcs du Pélican, Lafond et Père-Marquette. Ailleurs à Montréal, il est aussi possible de glisser au parc Arthur-Therrien, dans Verdun, et au mont Royal, où la Ville a aussi eu recours à la machinerie pour enneiger les pentes. À Westmount, l’aire de glissade du parc King George est ouverte.

Patinoires en piteux état

Quant aux patinoires extérieures, elles sont dans un piètre état, raboteuses avec, çà et là, des brins d’herbe qui émergent de la surface glacée. Cela n’a pas empêché les patineurs de s’y aventurer.

Dans l’arrondissement de Saint-Laurent, la condition de la patinoire du sentier de glace du parc Beaudet et du rond de glace du parc Saint-Laurent est toutefois qualifiée de bonne, mais il s’agit là de rares exceptions dans le palmarès des patinoires extérieures de la Ville de Montréal. Sont aussi épargnées les patinoires réfrigérées, telles que celles du lac aux Castors, sur le mont Royal, et du square Cabot, ainsi que la patinoire Bleu Blanc Bouge du parc François-Perrault.

Les arénas de la Ville de Montréal sont ouverts, mais le nombre de patineurs est limité à 25 à la fois. De plus, le port du masque est obligatoire et la distanciation physique de deux mètres est requise tant sur la glace que dans les gradins. Certains requièrent même une réservation préalable.

Environnement Canada prévoyait mercredi une accumulation de neige de cinq centimètres, mais avec un risque de pluie verglaçante pendant la nuit et une hausse de la température, un cocktail peu propice aux activités hivernales et à la confection de bonshommes de neige.

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Pierre Boucher - Inscrit 31 décembre 2020 05 h 02

    Bof

    La neige artificielle ne vaut pas la neige naturelle.
    Ça va pour partir un fond et en plus elle glace facilement.

  • Francine Drolet - Abonnée 31 décembre 2020 21 h 34

    Canon à 50 mètres des habitations...

    Même si on peut comprendre le besoin de loisirs hivernaux pour les enfants, la nuisance sonore de ces canons à neige, en ville, est telle qu'elle affecte des centaines de logements à proximité. Cela a duré vingt heures, à partir d'un vendredi soir jusqu'à l'après-midi du lendemain. N'y a-t-il pas un règlement sur le bruit?