Inde - Au moins 84 enfants sont tués dans l'incendie d'une école

New Delhi — Un incendie dû à un court-circuit électrique a ravagé une école du sud de l'Inde hier, tuant au moins 84 enfants et faisant plus d'une centaine de blessés. Quelques heures plus tard, la police a arrêté le directeur de l'établissement, Pulavar Palanichamy, qui doit être inculpé pour négligence ayant entraîné la mort.

L'affaire est «entièrement due à la négligence criminelle de la part de la direction de l'école et des autorités scolaires locales», a dénoncé le premier ministre de l'État du Tamil Nadu (sud de l'Inde), J. Jayalalithaa, arrivé sur les lieux du drame depuis la capitale, Madras.

Selon Radhakrishnan, chef de l'administration du district de Thanjavur (2100 km au sud de la capitale), le feu a éclaté vers 11h locales à l'école élémentaire du Dieu Krishna dans la ville de Kumbakonan. Les premières indications suggèrent que l'incendie est dû à un court-circuit électrique qui a mis le feu au toit de chaume d'une cuisine extérieure, a-t-il ajouté. Les flammes se sont ensuite propagées au deuxième étage du bâtiment, lui aussi recouvert d'un toit de chaume et qui abritait des classes.

800 élèves

Au moment de l'incendie, quelque 800 enfants, pour la plupart âgés de 6 à 13 ans, se trouvaient dans l'école. Jeudi soir, le bilan s'élevait à 84 morts, dont le corps de certains se trouvait dans un tel état qu'il était impossible de déterminer leur sexe. Certains ont été brûlés vifs, alors que d'autres ont trouvé la mort dans la bousculade qui a suivi le déclenchement de l'incendie, selon M. B. Venkatesh, un témoin qui vit près de l'école.

La chaîne Aaj Tak a montré les images de dizaines de petits cadavres calcinés, empilés et recouvrant le sol entier d'une pièce de l'édifice à la façade de verre, devant lequel des centaines d'adultes se pressaient, en larmes, alors que la fumée continuait à s'élever du bâtiment.

Kumbakonan est une ville abritant de nombreux temples sur les rives du fleuve Cauvery et située dans une région rizicole très fertile.

L'entrée principale de l'école, située dans un quartier très peuplé, donnait sur une étroite ruelle et ses portes étaient fermées au moment du sinistre. Une enquête a été ouverte pour déterminer pourquoi tant d'enfants sont restés prisonniers de l'édifice.

L'agence Press Trust of India a rapporté les propos de plusieurs policiers selon lesquels nombre d'enfants étaient morts parce que les enseignants leur avaient donné comme consigne de rester dans les classes pendant qu'on maîtrisait l'incendie.