Le SPVQ a mis fin à plusieurs rassemblements illégaux dans les derniers jours

Le SPVQ, qui a mis fin à des rassemblements dans des commerces, restaurants ainsi qu’un lieu de culte, maintient que ces événements restent «isolés».
Photo: iStock Le SPVQ, qui a mis fin à des rassemblements dans des commerces, restaurants ainsi qu’un lieu de culte, maintient que ces événements restent «isolés».

Une quarantaine de résidants de Québec ont écopé d’amendes salées pour avoir enfreint les consignes sanitaires au cours de la dernière semaine.

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) dit avoir remis 41 constats et rapports généraux d’infraction — la plupart pour des rassemblements illégaux.

Quatorze jeunes fêtards ont notamment été pincés dimanche soir, dans un logement de la rue de la Place Philippe, à Sainte-Foy.

Les policiers se sont rendus sur place à la suite d’une délation. Le locataire n’a pas collaboré, selon ce que rapporte le SPVQ, et les jeunes âgés de 16 à 19 ans ont reçu des contraventions.

Pour les mineurs, la facture s’élèvera à 560 $ avec frais, et pour les adultes, à 1546 $.

Le SPVQ, qui a récemment mis fin à des rassemblements dans des commerces, restaurants ainsi qu’un lieu de culte, maintient que ces événements restent « isolés ».

Un total de 164 appels ont été reçus relativement aux mesures visant à freiner la propagation de la COVID-19, précise le porte-parole Étienne Doyon.

Du côté de la métropole, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) dit ne pas avoir eu à intervenir dans le cadre des rassemblements illégaux au cours du week-end. Un portrait plus complet de ses interventions en lien avec les directives sanitaires dans les derniers jours est attendu mardi avant-midi.

Le bilan de la Sûreté du Québec doit pour sa part être rendu public en milieu de semaine.

De son côté, la direction de la police de Trois-Rivières a indiqué que ses patrouilleurs avaient répondu à 34 appels liés à la règlementation sur les mesures sanitaires décrétées par la santé publique, mais qu'aucun constat n'avait été émis pour la période entourant Noël.

Les policiers de Trois-Rivières ont également visité 130 commerces pour vérifier si les règles sanitaires étaient respectées. Selon un communiqué publié par la police, « aucun débordement n’a été constaté et les mesures mises en place ont été respectées ».

À voir en vidéo