Évacuation de l’ETS en raison d’une menace

«La sécurité et la présence policière sur le campus ont été renforcées par mesure de précaution», peut-on lire sur le site Web de l'ÉTS.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «La sécurité et la présence policière sur le campus ont été renforcées par mesure de précaution», peut-on lire sur le site Web de l'ÉTS.

En raison d’une « menace » à son endroit diffusée sur un média social, l’École de technologie supérieure (ETS) a ordonné l’évacuation préventive de son campus au centre-ville de Montréal, mercredi en début d'après-midi.

« Les pavillons A, B, C, D et E doivent être évacués immédiatement. Nous demandons à tous les membres de la communauté ETS d’éviter toute visite du campus jusqu’à nouvel ordre. D’autres informations suivront », a écrit l’établissement sur ses comptes Twitter et Facebook. Les activités d’enseignement en présence prévues pour le reste de la journée ont été annulées.

« Une menace envers l’ETS a été diffusée sur une plateforme de média social au cours des dernières heures. La situation est prise très au sérieux par l’École, le Bureau de la prévention et de la sécurité (BPS) et par les autorités policières », a précisé l'institution sur son site Web. « La sécurité et la présence policière sur le campus ont été renforcées par mesure de précaution », ajoute-t-on.

Une personne aurait écrit sur « un forum de discussion lié à l’ETS » qu’une connaissance à lui avait des idées noires, indique de son côté une porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Caroline Chèvrefils.

Celle-ci souligne qu’il n'y a eu aucun déploiement policier. « Une enquête est ouverte pour tenter de localiser cette personne qui aurait des idées noires », fait également savoir l’agente Chèvrefils.

Elle insiste en outre sur le fait qu’il n’y a « aucune menace » sur les lieux de l’école, et qu’aucun propos menaçant envers la direction de l’établissement ou envers un ou des étudiants n’a été proféré.

Joint par Le Devoir, le directeur des affaires publiques et relations gouvernementales de l’ETS, Jean-Alexandre D’Etcheverry, n’a pas été en mesure de préciser la nature exacte de la menace qui a conduit à l'évacuation de cinq pavillons mercredi, ni sur quel média social elle a été formulée. « Je n'ai pas ces détails », a-t-il dit.
 

D’autres détails suivront.

À voir en vidéo