Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Critique de la gestion de la pandémie par Trump

    Critique de la gestion de la pandémie par Trump

    La campagne électorale aux États-Unis a été marquée cette fin de semaine par les déclarations ambiguës du chef de cabinet de la Maison-Blanche, Mark Meadows (en photo), qui a annoncé dimanche que les États-Unis n’allaient «pas contrôler la pandémie» de COVID-19.

    Pour les démocrates, c’était un aveu de l’échec de la gestion de la pandémie par le gouvernement Trump. «C’était un constat honnête de la stratégie du président Trump depuis le début de la crise: agiter le drapeau blanc de la défaite et espérer que, si on l’ignore, le virus s’en ira», a déclaré Joe Biden dans un communiqué.

    De son côté, Donald Trump s’est affiché optimiste, samedi, lors d’une tournée de trois États: la Floride, l’Ohio et le Wisconsin. «J’ai voté pour un type appelé Trump», a déclaré le président américain en matinée après avoir fait son devoir de citoyen en Floride.

    Le même jour, l’ancien président américain Barack Obama, qui a offert son soutien à Biden lors de son propre meeting en Floride, affirmait que, bien que la pandémie soit un défi de gestion pour n’importe quel président, «l’idée que cette Maison-Blanche ait fait autre chose que complètement foirer est absurde».

  • La progression de la COVID-19

    La progression de la COVID-19

    Le Québec est devenu dimanche la première province du Canada à dépasser le cap des 100 000 cas de COVID-19 recensés depuis le début de la pandémie. Petite consolation: l’évolution de la pandémie avait toutefois l’air de ralentir un peu, avec 879 nouvelles infections recensées dimanche. Samedi, les autorités avaient enregistré un peu plus de 1000 nouveaux cas.

    De l’autre côté de l’Atlantique, les nouvelles étaient loin d’être réjouissantes. Dimanche, la France a battu un record avec 52 010 nouveaux cas recensés en une seule journée et, à l’instar de plusieurs pays européens, l’Espagne a instauré un couvre-feu sur son territoire pour freiner la deuxième vague de coronavirus.

  • Des manifestations anti-France dans le monde musulman

    Des manifestations anti-France dans le monde musulman

    Un fort rejet des propos du président Emmanuel Macron s’est traduit dimanche par des manifestations et des appels au boycottage des produits en provenance de France. Des rassemblements ont eu lieu dans plusieurs pays du Moyen-Orient, où certains manifestants ont même brûlé des drapeaux bleu, blanc, rouge et des portraits du président français.

    En milieu de semaine dernière, lors de la cérémonie en hommage au professeur sauvagement assassiné, le chef d’État avait promis que la France continuerait de défendre les caricatures du prophète Mahomet, ce qui a été perçu comme une insulte par bon nombre de musulmans. Et ses déclarations sur le «séparatisme islamiste» et la nécessité de «structurer l’islam» en France n’ont pas été mieux reçues.

  • Victoire du NPD en Colombie-Britannique

    Victoire du NPD en Colombie-Britannique

    Le Nouveau Parti démocratique (NPD) de John Horgan a obtenu un deuxième mandat en Colombie-Britannique samedi soir. Mais, cette fois-ci, son parti a obtenu suffisamment de sièges pour former un gouvernement majoritaire, ce qu’espérait le premier ministre sortant en déclenchant ces élections anticipées.

    Pour rappel, en septembre dernier, John Horgan avait pris la décision de devancer la date du scrutin d’une année, plaidant qu’une majorité aiderait son parti à faire face à la pandémie de COVID-19.

    Il reste toutefois au moins un demi-million de bulletins de vote, envoyés par la poste, à dépouiller, puisque les Britanno-Colombiens avaient jusqu’à samedi soir pour les envoyer. Les résultats définitifs devraient être connus d’ici au 16 novembre, mais l’échéancier demeure incertain.