Ce qui est interdit et ce qui est permis en zone rouge

Le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, est conscient des difficultés d’interprétation que pose un décret tel que celui qui vient d’être adopté pour régir notre vie en société en temps de pandémie
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, est conscient des difficultés d’interprétation que pose un décret tel que celui qui vient d’être adopté pour régir notre vie en société en temps de pandémie

Les règles visant à freiner la propagation de la COVID-19 dans les zones rouges, comme Montréal et Québec, ont été accueillies avec un sentiment d’incompréhension, y compris de la part des corps de police consultés par Le Devoir. Puisqu’« on ne peut prévoir toutes les situations dans un décret », le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, et le premier ministre, François Legault, ont tenté de préciser les interdits dans une zone rouge. « Le Diable est dans les détails », a averti le Dr Arruda.


 

Puis-je fréquenter un parc avec mes proches ?

F. L. : On peut aller se promener dans le parc. Il y a des parcs qui sont très grands, puis il peut y avoir plusieurs bulles dans un parc, plusieurs familles, dans un parc, qui sont à deux mètres les unes des autres.

Puis-je rencontrer mon amoureux et ses enfants qui habitent à une autre adresse ?

F. L. : La personne n’est pas seule parce qu’elle a un enfant, mais son conjoint habite à une autre adresse ; bon, bien sûr que ces personnes-là peuvent se voir. On va apporter les précisions qui sont nécessaires [au décret].

 

Puis-je faire du covoiturage ?

H. A. : Idéalement pas. Mais si vous le faites, il faut porter un couvre-visage, O.K. ? Premièrement, si vous avez des symptômes, vous n’embarquez pas avec quelqu’un d’autre. […] Si vous êtes asymptomatique, si vous pouvez éviter d’être collé, collé, [et d’être] le plus loin possible dans la voiture, avec le port d’un couvre-visage. Si c’est votre seul moyen de transport pour aller au travail, c’est une chose. Si c’est pour aller vous amuser, c’est une autre, comprenez-vous, là, c’est ça aussi, là, qu’il faut être capable de balancer.

Puis-je aller courir avec un ami ?

H.A. : Si vous voulez aller faire du jogging avec votre voisin, assurez-vous simplement que vous avez bien plus de deux mètres [entre vous deux] et utilisez le masque si possible, au moins lorsque vous allez arrêter et essayer de parler ensemble.

Puis-je jouer au soccer ?

H. A. : On est dans une pratique de groupes [formés de personnes] qui viennent de différentes bulles, puis il risque d’y avoir des contacts. En principe, ce n’est pas recommandé, à moins d’être encadré. Ça fait que, pour ce qui est de la pratique sportive, là, si vous le permettez, je peux vous dire que lundi, ça va être très clair, là, avec des exemples précis, en termes de consignes, puis on veut apporter de la cohérence entre ce qui va se passer dans une école versus dans le sport parallèle.

Si j’amène mes enfants dans un parc et, à mon arrivée, je constate la présence d’autres personnes, dois-je rebrousser chemin ?

H. A. : Bon, changer de parc. Ce n’est pas toujours évident. Je vais vous le dire très honnêtement, c’est à l’extérieur. Le problème, ça va être les jeux, les balançoires, etc. Les gens vont se mettre en ligne. Je ne sais pas s’ils ont moyen de faire d’autres types d’activités en marchant dans des zones qui sont moins peuplées. C’est ce que je recommanderais. Puis ce n’est même pas une question d’interdire […] mais c’est vraiment une question d’essayer d’éviter ce contact social. […] Est-ce que les objets vont contaminer ? Ça, c’est une chose, mais je pense qu’il y a moyen, sûrement, de trouver une façon de jouer avec l’enfant, avec un ballon soit dans la cour ou ailleurs. Ce n’est pas tout le monde qui ont des cours. Il y a des gens qui vivent en ville qui ont besoin de ces espaces-là, mais peut-être d’aller dans un endroit moins achalandé. C’est ce que […] je recommanderais.

Les chiffres du jour

Les plus récentes données sur l’évolution de la COVID-19 au Québec font état de 933 nouveaux cas, pour un nombre total de personnes infectées de 75 221. Aussi, 2 décès sont survenus dans les 24 dernières heures, auxquels s’ajoutent 12 décès survenus entre le 24 et le 29 septembre et 2 autres survenus avant le 24 septembre, pour un total de 5 850 décès. Le nombre d’hospitalisations a augmenté de 13 par rapport à la veille, avec un cumul de 275. De ce nombre, 46 personnes se trouvaient aux soins intensifs, en hausse de 3. Les prélèvements réalisés le 29 septembre s’élèvent à 33 510, pour un total de 2 368 195.

La Presse canadienne

À voir en vidéo

2 commentaires
  • Patrick Daganaud - Abonné 2 octobre 2020 08 h 27

    Comme un caméléon...

    Le directeur de la santé publique du Québec, Horacio Arruda, est un homme élégant.

    Il change de chemise et de costume chaque jour, comme le coronavirus pour semettre aux couleurs du jour...

    Il est aussi communément insaisissable que ce dernier, arrivant à doite quand on l'attend à gauche, aussi limpide que la politique !

  • Maxim Bernard - Abonné 2 octobre 2020 15 h 25

    Le festival des incohérences

    Le décret interdit spécifiquement les rassemblements extérieurs, même à deux mètres, sur les terrains de résidence privée, mais là on nous dit qu'«on peut aller se promener dans [un] parc» avec des proches, ou «faire du jogging avec [notre] voisin».

    En quoi est-ce plus dangereux d'être à deux mètres dans notre entrée de stationnement que d'être à deux mètres dans un parc ? Il me semble que le risque est encore plus grand dans un lieu public.

    Par contre, en dépit de ce que disent Legault et Arruda, le décret est flou là-dessus, disant qu'« il est interdit d’organiser un rassemblement dans un lieu extérieur public [...] ou d’y participer».
    Inviter nos voisins dans un parc, est-ce «organiser un rassemblement» ?

    Ces contradictions s'ajoutent aux multiples incohérences qui ont été remarquées dans les derniers jours, qui ont entre autres soulevé l'indignation dans l'industrie culturelle.

    Vivement des corrections apportées rapidement.