Quand les banques alimentaires distribuent (aussi) des livres…

Pascaline David Collaboration spéciale
L’initiative a permis d’offrir 130 0000 livres à travers le pays, dont 14 000 au Québec.
Illustration: Getty Images  L’initiative a permis d’offrir 130 0000 livres à travers le pays, dont 14 000 au Québec.

Ce texte fait partie du cahier spécial Alphabétisation

Au cours de l’été, une perte des acquis en lecture peut survenir chez les enfants qui n’ont pas l’occasion de lire. Plusieurs s’inquiètent que ce phénomène ait été exacerbé par la fermeture des écoles et des bibliothèques liée à la pandémie. Une coalition d’organismes du milieu de l’alphabétisation et de l’édition s’est donc formée dans le but de distribuer des livres aux familles dans le besoin, par l’entremise de banques alimentaires.

Depuis la fin du mois de juin, la Fondation pour l’alphabétisation des enfants canadiens coordonne l’initiative Lisons Canada !, qui a permis d’offrir 130 0000 livres à travers le pays, dont 14 000 au Québec. Les dons proviennent d’éditeurs, tels Disney Book Group et Hachette Livre, et sont distribués par des organismes membres de Banques alimentaires Canada. La maison québécoise Les Éditions du soleil de minuit a fait un don de 12 000 livres à elle seule.

« Quand les défenseurs de la lecture et les banques alimentaires s’associent, on arrive à nourrir autant les corps que les esprits », lance Mélanie Valcin, directrice régionale du collège Frontière, un organisme membre de la coalition qui œuvre pour l’alphabétisation par le développement des compétences en littératie des enfants.

Des activités en ligne destinées aux jeunes âgés de 0 à 10 ans, comme des mots croisés, des casse-têtes et des jeux-questionnaires, ont aussi été mises sur pied. Dans de courtes capsules vidéo, l’astronaute et auteur jeunesse Chris Hadfield ainsi que l’écrivaine Margaret Atwood transmettent leur amour de la lecture aux enfants.

Quand les défenseurs de la lecture et les banques alimentaires s’associent, on arrive à nourrir autant les corps que les esprits

 

« L’alphabétisation est la clé de tout, affirme Mélanie Valcin. Cela permet d’avoir accès à un emploi stable, à un logement adéquat, à des soins de santé. » Au-delà de la lecture et de l’écriture, les compétences en littéracie sont le socle du tissu social canadien puisqu’elles permettent de développer une plus grande compréhension du monde, de l’empathie et l’esprit critique des enfants.

La coalition Lisons Canada ! souhaite poursuivre ses activités et réfléchira dès cet automne à de nouveaux projets.

Des besoins criants

La banque de distribution alimentaire du secteur Duberger–Les Saules, située dans la Ville de Québec, a reçu 200 ouvrages. L’initiative a été très appréciée dans ce quartier défavorisé, dont les parents n’ont pas toujours les moyens d’acheter des livres. « Nous aidons des familles en situation de grande précarité financière et qui vont prioriser le fait de s’alimenter », indique Sabrina Lepage, agente de soutien.

Moisson Estrie, un organisme voué à la réduction du gaspillage alimentaire et à la redistribution des denrées, a aussi participé à l’initiative.Cette banque alimentaire se distingue par son service de dépannage direct où les bénéficiaires viennent choisir eux-mêmes leurs produits au sein d’une « épicerie sociale » qui a dû fermer temporairement, pandémie oblige. L’organisme a toutefois livré des paniers et y a glissé des livres en fonction de l’âge des enfants.

« C’est une belle occasion pour des gens, souvent très exclus et isolés et des immigrants de pratiquer la langue et de prendre un moment avec leurs enfants pour leur raconter une histoire, explique la directrice générale de Moisson Estrie, Geneviève Côté. Quand on emprunte un livre à la bibliothèque, il faut le rapporter, tandis que là, c’est un livre qui leur appartient et qui peut devenir un beau trésor. »

Les livres restants seront distribués sous peu à des associations partenaires de Moisson Estrie tandis que certains sont accessibles sur une étagère de l’épicerie sociale qui vient tout juste de rouvrir.