Quoi surveiller aujourd’hui?

  • La colère des Libanais

    La colère des Libanais

    Le gouvernement libanais a peut-être offert au peuple sa démission, mais les manifestations n’ont pas cessé pour autant à Beyrouth. Depuis trois jours, des rassemblements sévèrement réprimés par les forces de l’ordre demandent le départ de l’ensemble de la classe dirigeante. De l’aveu même du premier ministre démissionnaire, Hassan Diab, la corruption au Liban est « endémique ».

    Ces nouvelles manifestations sont la suite logique de la contestation populaire qui avait éclaté en octobre 2019, et provoqué la démission du précédent premier ministre, Saad Hariri. La rue finira-t-elle par avoir raison de l’État libanais ? Les leaders mondiaux se prononceront-ils ? Et qu’en est-il de l’enquête sur l’explosion survenue il y a une semaine ? On espère que des éléments de réponse se dessineront à l’horizon.

  • Les préoccupations en vue de la rentrée

    Les préoccupations en vue de la rentrée

    Si le nouveau plan pour la rentrée du ministère de l’Éducation présenté hier a été passablement bien accueilli dans le milieu scolaire, des questions demeurent quand même sans réponse. De l’avis des professeurs, la question de l’enseignement à distance n’a pas été élucidée. Au printemps, le télé-enseignement a été à géométrie variable, au désavantage des élèves en difficulté, notamment. Et la demande de quelque 18 000 parents, qui exigent la possibilité de choisir entre l’école en classe ou à la maison (comme c’est le cas en Ontario), n’a pas été écoutée hier.

    Le ministre Roberge a présenté des directives claires à appliquer en cas de contagion d’élèves à la COVID-19, mais concernant les enseignants, c’est plus flou. Dans un contexte de pénurie de professeurs dans le réseau de l’éducation, cette question est d’autant plus critique. Bref, l’annonce d’hier pourrait continuer de faire des vagues aujourd’hui.

  • Une aide du fédéral aux Autochtones de Montréal

    Une aide du fédéral aux Autochtones de Montréal

    Le gouvernement fédéral devrait annoncer un coup de pouce pour les Autochtones vivant hors réserve. Le ministre des Services aux Autochtones, Marc Miller, annoncera à Montréal un soutien financier pour les communautés autochtones urbaines.

    À Montréal, les Autochtones représentent plus de 10 % de la population itinérante, alors qu’ils représentent moins de 1 % de toute la population montréalaise.

  • Cri du cœur des propriétaires de cabanes à sucre

    Cri du cœur des propriétaires de cabanes à sucre

    Ça pourrait paraître étrange en plein été, mais les cabanes à sucre veulent se faire entendre aujourd’hui. Une quarantaine de propriétaires de cabanes à sucre et de salles de réception lanceront un appel à l’aide au gouvernement du Québec, ce matin à Montréal. Ils vont réclamer un meilleur soutien financier pour leurs entreprises.

    On peut se douter que la pandémie, et le confinement qui s’est ensuivi, a porté un dur coup aux érablières québécoises. La fermeture de tous les commerces jugés non essentiels, de même que les salles à manger des restaurants, est survenue au début de la saison des sucres et a été levée longtemps après.