Julien Lacroix s’excuse pour sa réaction

Julien Lacroix indique vouloir consacrer l’énergie nécessaire pour être «une meilleure personne» et a annoncé prendre une pause professionnelle.
Photo: Marie-France Coallier Archives Le Devoir Julien Lacroix indique vouloir consacrer l’énergie nécessaire pour être «une meilleure personne» et a annoncé prendre une pause professionnelle.

Après avoir suspendu temporairement sa page Facebook lundi, l’humoriste Julien Lacroix s’est exprimé à nouveau mardi et annonce prendre une pause professionnelle au lendemain des allégations d’agressions et d’inconduites sexuelles rapportées par Le Devoir.

« On me déconseille de faire ça dans les circonstances actuelles, mais j’ai envie de laisser parler mon cœur pour vrai », écrit-il dans sa publication.

L’homme s’excuse dans ce nouveau message auprès « des personnes qui ont été blessées ou déçues » par sa publication de la veille.

« Hier, sur le coup de l’émotion, j’ai réagi rapidement plutôt que de prendre du recul avant de m’exprimer publiquement. Loin de moi l’idée de vouloir banaliser une cause bien plus grande que ma petite personne », poursuit-il.

Le lauréat de quatre Olivier indique vouloir consacrer l’énergie nécessaire pour être « une meilleure personne » et a annoncé prendre une pause professionnelle.

« Je profiterai des prochains mois pour prendre une pause professionnelle et faire un travail d’introspection en compagnie de spécialistes. Au fil des ans, ma vie professionnelle et familiale a été ponctuée de problèmes que j’ai trop longtemps tenté d’éviter », écrit-il. « L’heure est venue d’aller chercher des réponses à des questionnements que je traîne avec moi depuis de trop longues années ».

Salut tout le monde, On me déconseille de faire ça dans les circonstances actuelles, mais j’ai envie de laisser...

Publiée par Julien Lacroix sur Mardi 28 juillet 2020

Un précédent message lundi

Lundi, l’humoriste s’était vivement défendu dans un message Facebook publié en matinée, avant que son compte ne devienne inaccessible au public en fin d’après-midi. « Je ne suis pas un ange, mais pas un démon non plus, et certainement pas le prédateur sexuel qui sévit depuis une décennie comme Le Devoir m’a décrit », a-t-il écrit.

Neuf femmes ont témoigné dans un article publié lundi dans Le Devoir d’allégations d’agressions ou d’inconduites sexuelles.

Son nom a été retiré lundi de la programmation de soirées d’humour et plusieurs diffuseurs ont également retiré de leur plateforme des projets réalisés avec la participation de Julien Lacroix dans les dernières années.

La chaîne YouTube de l’humoriste et son compte Instagram étaient toujours inaccessibles au moment d’écrire ces lignes.