Martin Carpentier retrouvé mort

La Sûreté du Québec (SQ) a annoncé la découverte du corps de Martin Carpentier lundi soir, quelques heures à peine après les funérailles de ses deux filles, Norah et Romy.

« Un corps a été trouvé dans le secteur de Saint-Apollinaire vers 19 h », a indiqué la SQ sur Twitter en soirée. « Tout porte à croire qu’il s’agirait de Martin Carpentier. Selon les premières constatations, il se serait enlevé la vie. »

Le corps a été retrouvé près d’un bâtiment résidentiel dans le rang Saint-Lazare à Saint-Apollinaire, où plusieurs agents s’affairaient tard lundi soir. Les fortes odeurs sur place laissaient croire que Martin Carpentier serait mort depuis quelques jours. Une centaine de curieux observaient le travail des policiers de la Sûreté du Québec, qui a signalé qu’elle tiendrait un point de presse à ce sujet mercredi ou jeudi.

En soirée samedi, la SQ avait pourtant annoncé la suspension de ses recherches terrestres à Saint-Apollinaire, non loin de l’endroit où le véhicule accidenté de Martin Carpentier avait été retrouvé le 8 juillet. C’est à la suite d’une information partagée par un citoyen que les policiers ont finalement localisé l’homme lundi soir, a précisé le corps de police, qui a refusé d’en dire plus au cours de la soirée.

Soulagé, le maire de Saint-Apollinaire, Bernard Ouellet, a déclaré à Radio-Canada que « les gens vont pouvoir dormir plus en paix ».

La funeste découverte survient quelques heures à peine après les funérailles des deux fillettes retrouvées mortes, elles aussi, dans les bois la semaine précédente.

 
Photo: Francis Vachon Le Devoir Les funérailles des petites Norah et Romy Carpentier, lundi, à Lévis, se sont conclues par le lâcher de deux colombes.

Aux funérailles des deux petites à Lévis, Martin Carpentier n’a été mentionné dans aucune des allocutions et n’apparaissait sur aucune des nombreuses photos diffusées.

Dans le stationnement, près de 200 personnes ont assisté avec attention à la cérémonie rediffusée sur écran géant. Parmi elles, des proches, mais aussi des inconnus bouleversés par le drame.

C’était le cas de Diane Marquis, venue discrètement se recueillir. « C’est sûr que ce sont des choses qui nous touchent. On a des petits enfants et on se dit que ce sont des moments très difficiles pour la maman. » Comme plusieurs, elle se retenait de tirer des conclusions sur la responsabilité du père, toujours recherché par la police. « C’est sûr que le monsieur, on ne sait pas encore ce qui est arrivé. On ne connaît pas l’histoire, c’est dur de rester neutre dans ça. »

Gilles Paradis et Louisette Imbeault, deux résidents de Lévis sont venus, eux aussi, au complexe funéraire même s’ils ne connaissaient pas la famille. « On a suivi le périple depuis le début », ont-ils dit. « On est venus juste pour le soutien moral. »

Ces derniers jours, le couple avait pris la route à deux reprises vers Saint-Apollinaire afin de sillonner les rangs des environs en quête de Martin Carpentier ou d’informations utiles à la police.

Samedi, la SQ avait annoncé la suspension de ses recherches terrestres à Saint-Apollinaire, non loin de l’endroit où le véhicule accidenté de Martin Carpentier a été retrouvé le 8 juillet. Le service de police a dit avoir « reçu, traité, validé et analysé plus de 1000 signalements ». Ses équipes ont aussi fouillé « 700 adresses, dépendances et chalets » de ce secteur boisé.

« L’Amérique pleure »

À Lévis, le Salon funéraire Claude Marcoux a vu défiler un flot de gens au fil de la journée. En raison des règles de distanciation, un nombre limité de personnes pouvaient assister à la cérémonie dans la salle. On avait donc installé un écran géant à l’extérieur pour tous les autres.

En attendant la cérémonie, un diaporama montrait en boucle des photos des deux fillettes : la plus jeune soufflant les bougies d’un gâteau, leurs prénoms tracés dans le sable, une promenade en automne avec leur mère, des dessins, des photos de bébés…

Je continuerai de chérir, un à un, chaque souvenir, photo, vidéo, et continuerai d’entendre vos douces voix m’appeler “Maman”. Je vous aime à la folie.

Le tout était accompagné de leurs chansons préférées, dont la très sombre L’Amérique pleure, des Cowboys fringants, la favorite de la plus jeune, a-t-on expliqué.

« C’est si triste que des fois quand je rentre à la maison / Pis que j’parke mon vieux camion / J’vois toute l’Amérique qui pleure / Dans mon rétroviseur… », entendait-on résonner en boucle depuis le stationnement du complexe funéraire.

C’est d’ailleurs avec cet air, interprété sur place par Mélissa Bédard, qu’on a choisi de lancer la cérémonie.

« Ce titre est très approprié aujourd’hui, car on sent la réaction collective de toute une société qui aime ses enfants », a lancé d’entrée de jeu l’animatrice de cette cérémonie laïque, la directrice générale de l’organisme Deuil-Jeunesse, Josée Masson. « Romy et Norah sont devenues un peu les enfants du Québec, et même au-delà des frontières. »

 
Photo: Francis Vachon Le Devoir À Lévis, le Salon funéraire Claude Marcoux a vu défiler un flot de gens au fil de la journée lundi. En raison des règles de distanciation, un nombre limité de personnes pouvaient assister à la cérémonie dans la salle. On avait donc installé un écran géant à l’extérieur.

Les différents discours ont décrit une Norah qui rêvait de travailler dans le milieu des jeux vidéo et avait toujours un livre à la main, alors que la cadette, Romy, aimait les jolies robes et était « le clown de la famille ». « Elles faisaient sourire tous ceux qu’elles croisaient sur leurs chemins », a dit dans un petit discours leur cousine Laetitia, la première parmi les proches à se présenter au micro. « Elles pouvaient illuminer les moments les plus sombres. »

En citant les propos de la famille, Josée Masson a décrit les deux fillettes comme « deux enfants bonheur ». Leur mère, Amélie, a aussi prononcé quelques mots à la fin « Les gens me disent que je suis forte. Je leur dis que c’est mon rôle de mère », a-t-elle raconté. « Je continuerai de chérir, un à un, chaque souvenir, photo, vidéo, et continuerai d’entendre vos douces voix m’appeler “Maman” », a-t-elle dit avant de conclure par : « Je vous aime à la folie. »

La cérémonie s’est terminée par la chanson favorite de Norah, Walk Me Home, de Pink, puis deux colombes ont été lancées dans le ciel devant l’immeuble.

 

À voir en vidéo


 
4 commentaires
  • Michel Lebel - Abonné 21 juillet 2020 08 h 19

    Paix

    Que dire, sinon qu'enfants et père décédés reposent en paix. Et paix pour tous les proches et le village de Saint-Apollinaire. Dieu ouvre ses bras à tous.

    Michel Lebel

  • Chantale Desjardins - Abonnée 21 juillet 2020 09 h 46

    Sincères condoleances à tous

    Il est inutile de connaitre tous les détails de cet événement. La conclusion suffit et les curieux n'ont pas leur place. Je me joins à Micjel Lebel.

    AMC

  • Yvon Bureau - Abonné 21 juillet 2020 09 h 54

    Josée Masson, travailleuse sociale

    Admiration et gratitude pour le travail délicat et professionnel de la Pdg de Deuil-jeunesse.
    Une Célébration en Vrai, en Réel, en Humanité, en Solidarité, en Hauteur et en Profondeur.

  • Yvon Bureau - Abonné 21 juillet 2020 18 h 20

    Le grand et gros titre de la Une

    n'avait pas à être au dessus de la belle photo des funérailles. Qu'en pense la Rédaction?