La pandémie aux États-Unis fait revenir les Canadiens au pays

La fermeture actuelle de la frontière doit prendre fin mardi prochain, alors que la COVID-19 continue de contaminer de plus en plus d’Américains et que les cas sont en hausse dans la majorité des États.
Photo: Lars Hagberg Agence France-Presse La fermeture actuelle de la frontière doit prendre fin mardi prochain, alors que la COVID-19 continue de contaminer de plus en plus d’Américains et que les cas sont en hausse dans la majorité des États.

Le nombre de Canadiens qui reviennent au pays chaque semaine depuis les États-Unis a augmenté de plus de 50 % au fil de la pandémie, et ce, au fur et à mesure que le nombre de cas explosait au sud de la frontière, révèlent des données obtenues par Le Devoir.

Plus de 1,7 million de citoyens et de résidents permanents canadiens ont traversé la frontière entre les États-Unis et le Canada depuis qu’Ottawa et Washington ont interdit les voyages non essentiels entre leurs deux pays le 21 mars. Seuls les déplacements pour des fins commerciales ou de travailleurs essentiels sont autorisés. Les citoyens et les résidents permanents profitent cependant d’une exemption.

Et les statistiques faisant état du nombre de Canadiens ayant franchi la frontière depuis les États-Unis témoignent de l’évolution de l’inquiétude de ces ressortissants.

Ainsi, au cours des deux premières semaines qui ont suivi la fermeture de la frontière, 343 000 Canadiens ont fait leurs bagages pour rentrer au pays. Dans les semaines suivantes, ces voyages ont quelque peu diminué. Ils ont même atteint un creux à la mi-avril, avec seulement 85 880 entrées au cours de la semaine du 14 au 20 avril, selon les données de l’Agence des services frontaliers du Canada colligées par Le Devoir.

Mais voilà que la semaine suivante, le 26 avril, les États-Unis ont rapporté ce qui était à l’époque un nombre record de 48 500 nouveaux cas de COVID-19 en une seule journée. Et c’est à compter de cette date que le nombre de Canadiens rentrant des États-Unis s’est de nouveau mis à augmenter toutes les semaines. Ils étaient en moyenne 4000 de plus chaque semaine à revenir au Canada, même si le nombre de cas a en quelque sorte atteint un plateau aux États-Unis de la mi-mai à la mi-juin. Entre le 9 et le 15 juin, ils étaient 124 428 à être revenus au pays en une seule semaine.

Cette période correspond au début de l’explosion de contagion de COVID-19 que l’on constate maintenant chez les Américains. Le nombre de nouveaux cas ne cesse de monter en flèche depuis le 13 juin. Les records de cas quotidiens ont tour à tour été battus. Samedi, les États-Unis rapportaient 66 600 nouveaux cas en une seule journée.

Il n’est donc pas étonnant que les retours de citoyens et de résidents permanents canadiens aient eux aussi atteint des records au même moment. Entre le 14 et le 20 juin, 128 850 Canadiens sont rentrés au pays.

Au cours de la semaine du 21 au 27 juin, ils étaient 132 870 — soit 55 % de plus par rapport aux 85 880 revenus en une semaine à la mi-avril.

La quasi-totalité des retours au pays — soit 96 % — se sont faits par avion, plutôt que par voie terrestre.

Ces chiffres demeurent malgré tout bien en deçà du nombre de déplacements à pareille date l’an dernier, puisqu’ils étaient en moyenne 932 000 citoyens et résidents permanents canadiens à entrer au Canada chaque semaine au printemps 2019.

Fermeture prolongée ?

La fermeture actuelle de la frontière doit prendre fin mardi prochain, alors que la COVID-19 continue de contaminer de plus en plus d’Américains et que les cas sont en hausse dans la majorité des États.

Le premier ministre Justin Trudeau s’est entretenu avec le président américain, Donald Trump, lundi. Les deux hommes n’ont toutefois pas discuté de l’ouverture de la frontière, selon le compte rendu du premier ministre canadien.

M. Trudeau a néanmoins laissé entendre que son gouvernement s’assurerait de prolonger ces restrictions frontalières si cela s’avérait nécessaire.

« Nous reconnaissons que la situation continue d’être complexe aux États-Unis par rapport à la COVID-19 », a-t-il observé en point de presse lundi. « Nous avons réussi à prolonger tous les mois la fermeture de la frontière, mis à part pour les biens et les services essentiels. Et ces discussions se poursuivent avec les États-Unis », a-t-il assuré, en indiquant que son gouvernement en aurait plus à dire « dans les jours à venir ».

Les États-Unis comptent maintenant 30 fois plus de cas de COVID-19 que le Canada : 3 346 246 cas au sud de la frontière, contre 109 682 cas de ce côté-ci. La COVID-19 a fait 135 477 victimes américaines, contre 8833 canadiennes.

Les provinces et les citoyens souhaitent en majorité que le Canada demeure fermé aux Américains. Un sondage Nanos mené pour le Globe and Mail révélait lundi dernier que 81 % des Canadiens veulent que les restrictions frontalières demeurent en place. Ce taux de réponse était à peu près égal dans toutes les provinces.

Les homologues provinciaux de Justin Trudeau sont du même avis. Le bureau du premier ministre québécois, François Legault, a confirmé qu’il souhaite, « avec tout ce qu’on observe présentement dans plusieurs États américains », le maintien de la fermeture de la frontière canado-américaine « pour l’instant ».

Même le premier ministre albertain, Jason Kenney, qui s’est montré un peu plus pressé que ses collègues de voir les frontières rouvertes aux Américains et au reste du monde, a reconnu lundi que ce n’était pas souhaitable à court terme « étant donné la vague de nouveaux cas aux États-Unis ».

À voir en vidéo