Une fin de semaine de traque

La Sûreté du Québec a demandé aux citoyens de rester loin du secteur et de regagner leurs domiciles.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La Sûreté du Québec a demandé aux citoyens de rester loin du secteur et de regagner leurs domiciles.

Des dizaines de policiers ont poursuivi leurs recherches dans un boisé de Saint-Apollinaire pour retrouver Martin Carpentier, dimanche, après que leur enquête eut été perturbée durant la nuit par des citoyens qui souhaitaient prêter main-forte. La veille, la découverte des corps sans vie de ses deux petites filles a soulevé l’émoi à travers le Québec.

« Les équipes travaillent 24 heures sur 24 depuis plusieurs jours. On surveille surtout un secteur densément boisé de Saint-Agapit et Saint-Apollinaire, non loin de l’endroit où on a trouvé les corps des deux fillettes. On pense que Martin Carpentier serait toujours dans ce coin-là », a indiqué la porte-parole de la Sûreté du Québec (SQ), Ann Mathieu.

Sur le terrain, 80 agents se déplaçant à pied ou en VTT ont été déployés pour ratisser le boisé. Un drone, un hélicoptère et un maître-chien appuient l’ensemble des recherches, qui n’ont pas été de tout repos étant donné la chaleur intense et les fortes pluies des derniers jours.

Les citoyens ont une belle volonté d’aider, c’est tout à leur honneur, [mais] ça a occasionné du mouvement, des bruits, des faux appels

 

L’homme de 44 ans, en fuite depuis quatre jours, aurait été aperçu pour la dernière fois samedi par des citoyens. Ann Mathieu précise toutefois qu’il n’a jamais été repéré par des agents de la SQ. Leurs recherches sont orientées par les témoignages qu’ils reçoivent et les indices trouvés sur place. « Ce n’est pas exclu qu’il soit mobile et qu’il soit déjà ailleurs », ajoute-t-elle, précisant que les enquêteurs prennent en considération le fait que M. Carpentier était animateur dans les scouts et pourrait donc avoir des notions de base pour survivre dans la forêt plusieurs jours. Le climat changeant des derniers jours, la fatigue et l’état psychologique de M. Carpentier peuvent néanmoins influer sur ses actions.

Enquête ralentie

Si les recherches vont bon train, elles ont toutefois été perturbées pendant la nuit de samedi à dimanche par des citoyens du secteur souhaitant prêter main-forte.

Malgré leur bonne volonté, ils ont en réalité nui à l’enquête. Alertées par des bruits, près d’une centaine de personnes se sont ruées vers le boisé pour constater qu’il ne s’agissait que d’une branche cassée par le vent, raconte Ann Mathieu. « Les citoyens ont une belle volonté d’aider, c’est tout à leur honneur, [mais] ça a occasionné du mouvement, des bruits, des faux appels. Les agents ont dû se déplacer pour vérifier ce qu’il se passait et ça leur a fait perdre du temps, ça a ralenti l’enquête », déplore-t-elle. Sans parler des traces de pas et des odeurs laissées sur les lieux qui compliquent le travail du maître-chien.

Une situation qui a forcé la SQ à demander aux citoyens de rester loin du secteur et de regagner leurs domiciles. Elle les invite à rester à l’affût et à contacter le 911 s’ils constatent quelque chose d’inhabituel autour de chez eux.

Rappelons que Martin Carpentier est activement recherché depuis mercredi soir, après que son véhicule a fait une sortie de route sur l’autoroute 20. Il avait été aperçu un peu plus tôt avec ses deux filles, dans un dépanneur du secteur Saint-Nicolas, à Lévis. Une alerte Amber a été lancée dans la foulée. Après d’intensives recherches, menées avec l’aide d’une équipe de l’Association québécoise des bénévoles en recherche et sauvetage, les corps des deux enfants ont été retrouvés inanimés dans le boisé samedi après-midi. Une autopsie sera effectuée pour confirmer la cause exacte de leur décès.

Recueillement

L’annonce tragique a soulevé une vague de sympathie envers la mère des deux fillettes sur les réseaux sociaux. Celle-ci n’a pas souhaité prendre la parole publiquement depuis. « Pour l’instant, les membres de la famille veulent vivre ça entre eux. Ils traversent toute une gamme d’émotions intenses et difficiles. En temps opportun, quand on saura ce qui arrive avec monsieur Carpentier, la mère des deux petites filles voudra sûrement s’exprimer », a indiqué au Devoir son avocat, Maxime Roy.

Les photos publiées sur les réseaux sociaux montrent deux fillettes souriantes, semblant déborder d’énergie. L’aînée, âgée de 11 ans, était louveteau dans le 128e Groupe scout de Charny et la plus jeune, 6 ans, s’apprêtait à se joindre aux Castors.

« C’est un véritable drame ! » a commenté un membre du groupe, décrivant l’aînée comme une enfant « toujours souriante, joviale et énergique ». Sa petite soeur était « discrète et timide». « Le plus souvent, elle se cachait derrière son papa, Martin, avec un petit sourire timide. Martin... C’est simplement incompréhensible. C’était un homme sympathique, attentionné et patient. »

Samedi soir, le 128e Groupe scout de Charny a mis en place un lieu de recueillement au parc des Chutes-de-la-Chaudière en hommage aux deux enfants. Des peluches, des bougies et des messages de condoléances y ont été déposés.

À voir en vidéo


 
1 commentaire
  • Serge Lamarche - Abonné 13 juillet 2020 04 h 24

    Danger, parents

    Le plus grand danger que courrent les enfants, c'est leurs parents. Des fois par contre, je me demande si un tueur en série ne déguise pas ses crimes de la sorte, tellement c'est insensé.