Quoi surveiller cette fin de semaine?

  • La grogne contre la réforme du PEQ

    La grogne contre la réforme du PEQ

    Le gouvernement Legault a beau avoir assoupli sa réforme du Programme de l’expérience québécoise (PEQ), la grogne demeure.

    Une manifestation contre les changements « inutiles » au programme aura lieu ce samedi 11 h à la place de la Paix, au centre-ville de Montréal, avant de se déplacer vers le bureau de circonscription de la nouvelle ministre de l’Immigration, Nadine Girault, à Sainte-Agathe-des-Monts.

    La CAQ a présenté cette semaine la nouvelle mouture du PEQ, qui permet chaque année à de nombreux étudiants étrangers de s’installer pour de bon au Québec après avoir obtenu leur diplôme.

  • L’enquête de l’OMS sur l’origine de la COVID-19

    L’enquête de l’OMS sur l’origine de la COVID-19

    D’où provient exactement la COVID-19 ? Depuis le début de la pandémie, cette question pourtant simple donne du fil à retordre aux scientifiques. Une équipe de l’Organisation mondiale de la santé se rend donc en Chine cette fin de semaine pour y voir plus clair.

    L’hypothèse de la source animale reste la plus populaire, et de loin, plusieurs chercheurs ayant détecté des virus semblables au SRAS-CoV-2 chez la chauve-souris et le pangolin.

    Des responsables politiques américains cultivent toutefois le doute depuis l’émergence du virus à Wuhan fin décembre, en insistant sur le fait que la métropole du centre de la Chine — et premier épicentre de la maladie — abrite un laboratoire de microbiologie à haute sécurité.

  • Les élections présidentielles en Pologne

    Les élections présidentielles en Pologne

    Le destin de la Pologne pourrait bien se jouer ce dimanche, quand les habitants du pays iront aux urnes pour le second tour de l’élection présidentielle.

    Le président ultraconservateur sortant Andrzej Duda et son opposant Rafal Trzaskowski demeurent sur un pied d’égalité dans tous les récents sondages, se partageant presque équitablement l’électorat.

    Signe d’un pays profondément divisé, les deux hommes défendent des valeurs radicalement différentes : le président Duda se réclame fièrement du conservatisme social, avec ses positions anti-LGBT et anti-avortement, tandis que son opposant Trzaskowski se présente comme le champion des valeurs libérales en Pologne.

    Le vote, initialement prévu le 10 mai, avait été reporté en raison de la pandémie de COVID-19.

  • Dans le rétroviseur : il y aura 30 ans samedi, la crise d’Oka

    Dans le rétroviseur : il y aura 30 ans samedi, la crise d’Oka

    Il y aura exactement 30 ans samedi, le 11 juillet 1990, éclatait la crise d’Oka.

    Lors du moment fatidique, le conflit couvait déjà depuis des mois : les Mohawks de Kanesatake bloquaient l’entrée sud de la pinède depuis la mi-mars dans l’espoir de freiner un projet immobilier empiétant sur leur cimetière ancestral.

    Les mèches sont donc courtes, le 10 juillet, quand le maire d’Oka demande à la Sûreté du Québec d’intervenir. Les policiers ne se font pas presser : ils passent à l’assaut dès 5 h 45 le lendemain matin. Vers 8 h 50, la brigade tactique de la SQ s’avance vers le barrage de la pinède ; une fusillade éclate. Un policier de 31 ans, le caporal Marcel Lemay, est mortellement atteint par balle ; la police se retire à Oka.

    Une nouvelle barricade est érigée, cette fois sur la route 344, et la SQ bloque l’accès au secteur tout entier. C’est le début de la crise d’Oka.