Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Manifestation contre la loi 21

    Manifestation contre la loi 21

    Des dizaines de personnes se sont rassemblées devant les bureaux montréalais du premier ministre François Legault dimanche pour dénoncer la loi 21, qui interdit le port de signes religieux aux employés de l’État en position d’autorité, y compris les enseignants.

    Selon les groupes, militants et citoyens présents dimanche, cette législation adoptée sous le bâillon le 16 juin 2019 contribue au racisme systémique qui ronge le Québec. Ils dressent ainsi un parallèle avec le mouvement antiraciste né après la mort de George Floyd, cet Afro-Américain mort asphyxié sous le genou d’un policier de Minneapolis.

    Le rassemblement de dimanche était organisé par le comité Non à la loi 21, formé de divers groupes, dont la Coalition Inclusion Québec. Cette organisation mène actuellement une fronde devant les tribunaux pour faire invalider la loi sur la laïcité de l’État.

  • Un autre Autochtone abattu par la GRC au Nouveau-Brunswick

    Un autre Autochtone abattu par la GRC au Nouveau-Brunswick

    Les tensions entre les communautés autochtones et les corps policiers au Nouveau-Brunswick ont été alimentées par un autre malheureux incident ce week-end.

    Rodney Levi, un Micmac, a été tué vendredi soir par la GRC au Nouveau-Brunswick. La Gendarmerie royale du Canada a indiqué que les policiers, après avoir reçu une plainte à propos de la présence non désirée d’un homme dans une maison, ont été confrontés à un homme armé de couteaux. Les agents auraient alors tenté sans succès de le neutraliser à l’aide d’une arme à impulsion électrique, puis l’un d’eux a fait usage de son arme à feu.

    Selon Bill Ward, le chef de la nation micmaque de Metepenagiag, à laquelle M. Levi appartenait, si ce dernier était un homme perturbé, il n’était pas violent. « [P]our moi, ce que ça dit, c’est que si l’on souffre de maladie mentale et qu’on connaît une mauvaise journée, les flics peuvent tuer », a déploré le chef Ward.

    Il s’agit de la deuxième personne autochtone abattue au Nouveau-Brunswick en moins d’un mois. Chantel Moore, une femme âgée de 26 ans, est morte abattue par un policier le 4 juin. Les autorités soutiennent que l’agent, qui répondait à un appel pour vérifier si Mme Moore allait bien, s’est senti menacé par une femme armée d’un couteau.

    À la demande des autorités du Nouveau-Brunswick, le Bureau des enquêtes indépendantes du Québec a pris en charge les deux affaires.

  • Tensions raciales à Atlanta

    Tensions raciales à Atlanta

    Un nouveau drame impliquant la mort d’un homme noir lors d’une intervention policière, cette fois à Atlanta, a ravivé samedi la colère des manifestants antiracisme aux États-Unis.

    Rayshard Brooks, 27 ans, a été abattu vendredi lors de son arrestation dans la capitale de l’État de la Géorgie. Selon le rapport officiel, M. Brooks était en état d’ébriété et a résisté lorsque deux policiers blancs ont voulu l’arrêter pour s’être endormi dans sa voiture au service à l’auto d’un restaurant. M. Brooks aurait résisté à l’interpellation et se serait emparé du pistolet Taser d’un des policiers avant d’être abattu — il faisait alors dos aux policiers, selon des images rendues publiques dimanche.

    Le policier qui a ouvert le feu a été renvoyé, alors que la cheffe de la police d’Atlanta, en poste depuis 20 ans, a remis sa démission.

    La mobilisation contre le racisme et la violence policière s’est poursuivie tout au long du week-end. Cette mobilisation a d’ailleurs donné lieu à des affrontements samedi après-midi à Londres entre la police et des manifestants liés à l’extrême droite, qui affirmaient être venus « protéger » des monuments d’actes de vandalisme de la part de militants antiracistes. Une manifestation pourtant annulée du mouvement Black Lives Matter avait rassemblé plusieurs centaines de personnes à Hyde Park.

  • Une deuxième vague de COVID-19 en Chine?

    Une deuxième vague de COVID-19 en Chine?

    La COVID-19 serait-elle sur le point de faire un retour en Chine ? C’est ce que craint Pékin, qui a annoncé dimanche 57 nouveaux cas d’infection, soit le plus haut bilan quotidien depuis avril. Un nouveau foyer de contamination a été détecté dans le sud de la mégapole, les 36 nouveaux cas détectés à Pékin semblant tous être liés au marché alimentaire de Xinjadi, où on vend notamment de la viande, du poisson et des légumes. Les autorités ont réagi en plaçant en confinement 11 zones résidentielles de la région.

    Les craintes d’une résurgence de la COVID-19 sont également présentes à Rome, en Italie, alors que deux nouveaux foyers de coronavirus ont suscité l’inquiétude des autorités sanitaires. Combinés, ces deux foyers comptent plus d’une centaine de personnes infectées, et cinq morts.

    Pendant ce temps, la France accélère les dernières étapes de son déconfinement : les cafés et les restaurant de Paris rouvriront dès lundi, et les garderies, les écoles et les collèges reprennent leurs activités avec « une présence obligatoire » dès le 22 juin.

    Au Québec, la situation est demeurée stable. Le bilan a atteint dimanche 5222 morts, avec 14 nouvelles victimes entre samedi et dimanche, ainsi que 128 nouveaux cas. La situation est encourageante du côté des hospitalisations, qui ont enregistré une baisse de 19 dimanche, pour un total de 768. Quant aux patients aux soins intensifs, leur nombre a diminué de 17, pour un total de 85.

  • Chasse à l’homme à Stanstead

    Chasse à l’homme à Stanstead

    L’homme qui a fait l’objet d’une chasse à l’homme dans la région de Stanstead a comparu dimanche par voie téléphonique. Sébastien Labelle pourrait faire face à plusieurs chefs d’accusation dont avoir déchargé une arme à feu, usage négligent d’une arme à feu, agression armée sur un agent de la paix, port d’arme dans un dessein dangereux et possession non autorisée d’une arme à feu.

    L'homme de 42 ans a tenu les policiers de la Sûreté du Québec, de la Gendarmerie royale du Canada et des corps policiers municipaux de Memphrémagog et de Sherbrooke en haleine pendant plus de six heures samedi. Il a été interpellé tard samedi, et l’opération n’a fait aucun blessé.

    La Ville de Stanstead, située près de la frontière américaine, avait demandé à ses citoyens de rester à la maison samedi, car un homme armé circulait dans les environs. Au moins un coup de feu avait été entendu.