Embourgeoisement de Parc-Extension: le campus MIL montré du doigt

Le campus MIL de l’Université de Montréal à Outremont
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir Le campus MIL de l’Université de Montréal à Outremont

Le quartier Parc-Extension s’embourgeoise et l’avènement du campus MIL de l’Université de Montréal à Outremont n’est pas étranger à la croissance des cas d’expulsion de locataires et à la hausse des loyers dans ce secteur, estiment des chercheurs universitaires et des organismes communautaires. Dans un rapport publié mercredi, ils reprochent à l’université d’avoir renoncé à la construction de résidences étudiantes sur le site du nouveau campus.

Des chercheurs du Projet de cartographie anti-éviction de Parc-Extension, parmi lesquels Alessandra Renzi, professeure en communication de l’Université Concordia, en collaboration avec d’autres organismes du secteur dont le Comité d’action de Parc-Extension (CAPE), ont examiné de près la situation des locataires de Parc-Extension depuis l’inauguration du Complexe des sciences du campus MIL en septembre 2019.

Entre mai 2018 et février 2020, le CAPE a reçu 123 demandes d’aide de la part de locataires aux prises avec des avis d’expulsion pour des rénovations majeures ou des subdivisions de logements. Pour la même période, le plumitif de la Régie du logement fait pour sa part état de 48 dossiers de ce type, dont douze se sont conclus par une expulsion de locataires jusqu’à maintenant. Selon le CAPE, le nombre réel de cas pourrait être plus élevé. « Moins d’un an après l’ouverture du campus, les conséquences sur le quartier sont déjà très claires. Nous avons constaté une augmentation inquiétante au niveau des évictions », indique Amy Darwish, organisatrice communautaire au CAPE.

Le CAPE s’est aussi intéressé au coût des loyers. En examinant les 78 annonces publiées sur diverses plateformes de location entre février et mai 2020, le CAPE a constaté que le coût moyen des loyers était beaucoup plus élevé que les estimations faites par la Société canadienne d’hypothèque et de logement (SCHL) en octobre 2019. Pour les deux chambres à coucher, le loyer moyen atteint 1488 $, soit le double du coût publié par la SCHL, a observé le CAPE. Plusieurs locateurs vantent d’ailleurs la proximité du campus MIL ou indiquent « Idéal pour étudiants » dans leurs annonces, ajoute-t-on.

Les organismes reprochent à l’UdM d’avoir abandonné son projet de résidences étudiantes sur le site du campus MIL. Les plans de 2006 prévoyaient pourtant la construction de résidences comportant de 800 à 1500 unités destinées aux étudiants et aux chercheurs. Au cours des cinq dernières années, les références à ce volet sont disparues des communications de l’Université et de la Ville de Montréal, font remarquer les chercheurs.

L’Université reconnaît avoir délaissé le volet résidentiel. « Le projet initial comportait effectivement des résidences étudiantes. Après une étude approfondie, le montage financier de cette option n’était pas soutenable financièrement pour l’UdM », a indiqué au Devoir Geneviève O’Meara, responsable des communications à l’UdM. Un terrain a été cédé à la Ville pour la construction de logements sociaux et un autre terrain a été vendu à un promoteur qui devra prévoir 15 % de logements sociaux et 15 % de logements abordables dans son projet. La vente de ces terrains a servi au financement du Complexe des sciences, a-t-elle précisé.

Les auteurs du rapport estiment qu’il n’est pas trop tard et que l’Université pourrait collaborer avec des associations étudiantes ou des organismes pour la construction de logements pour étudiants à prix abordable dans les environs du campus.

La publication du rapport coïncide avec l’arrivée en fonction du nouveau recteur de l’UdM, Daniel Jutras. « Nous croyons que l’arrivée d’un nouveau recteur peut permettre de tourner la page et de changer de direction, souligne Amy Darwish. Nous espérons que l’Université va passer à l’action, reprendre le dialogue avec les groupes communautaires et soutenir davantage les projets de logements sociaux et communautaires dans le quartier. »

À voir en vidéo