Les salles communautaires dans les HLM rouvrent leurs portes

Raymond Saulnier montre la salle inoccupée depuis des semaines en raison de la pandémie et des règles visant à éviter les rassemblements.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Raymond Saulnier montre la salle inoccupée depuis des semaines en raison de la pandémie et des règles visant à éviter les rassemblements.

Après deux semaines d’attente, les locataires de HLM ont finalement eu une bonne nouvelle mercredi. Les salles communautaires climatisées, fermées depuis le début de la pandémie, pourront désormais accueillir des résidents pendant les canicules, a statué le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

76. C’est le nombre de jours qui se sont écoulés depuis que fermeture de la salle communautaire du HLM des Fleurs, dans la Petite-Bourgogne à Montréal. Au son du climatiseur qui ronronne, Raymond Saulnier, président du comité des locataires, montre la salle inoccupée depuis des semaines en raison de la pandémie et des règles visant à éviter les rassemblements.

C’est là que les résidents avaient l’habitude de jouer au bingo, regarder des films, manger un repas, mais surtout, socialiser. « On jase, on peut jouer aux cartes. Quand une personne en détresse vient ici, elle ressort avec le sourire. Fermer cette salle, c’est presque criminel », lance M. Saulnier.

Quelques étages plus haut, il fait 31 degrés dans l’appartement de Line G, une locataire de l’immeuble qui n’a ni ventilateur ni système d’air climatisé. La canicule est difficile, mais la solitude semble lui peser encore davantage. « J’ai quatre petits-enfants que je n’ai pas revus. La salle communautaire, c’est la seule place qu’on a pour voir du monde », dit-elle, en s’essuyant le front.

Le 14 mai dernier, Robert Pilon, coordonnateur de la Fédération des locataires d’habitations à loyer modique du Québec (FLHLMQ), a écrit au Dr Arruda pour lui demander d’assouplir les règles encadrant la gestion des salles communautaires dans les HLM, notamment dans le contexte de grande chaleur. La réponse est finalement venue mercredi, au deuxième jour de la canicule.

Les salles pourront rouvrir leurs portes, mais seulement en période canicule et en respectant les règles d’hygiène et de distanciation, écrit le Dr Arruda dans sa lettre. « Nous sommes soucieux que des mesures permettant d’avoir accès à un environnement climatisé en période de canicule puissent être mises en place pour ceux et celles qui en ont besoin. Comme vous, nous sommes préoccupés par la situation des personnes de 70 ans et plus », écrit le Dr Arruda.

« C’est une très bonne nouvelle pour les gens qui crèvent de chaleur. Mieux vaut tard que jamais, a commenté Robert Pilon. Quand on vit dans un trois et demi où les seules fenêtres sont sur la façade au soleil et qu’il y a zéro courant d’air parce qu’il est interdit de laisser ouverte la porte donnant sur le corridor, les gens sèchent sur place. » Dans certains immeubles à Montréal, la température a grimpé jusqu’à 37 degrés mardi dans les logements situés du côté du soleil, soutient-il.

« Ça va aider, mais ce n’est pas suffisant, croit Raymond Saulnier. Ça devrait être ouvert tout le temps. On pourrait avoir des horaires pour autoriser, par exemple, quatre personnes de midi à 14h et quatre autres de 14h à 16 », suggère-t-il. Selon lui, les comités de locataires sont en mesure de faire respecter les règles de distanciation par les résidents.

Plusieurs immeubles de HLM ont commencé à accueillir les résidents dans les salles communautaires mercredi soir. Il s’agirait d’une courte parenthèse puisque la canicule devrait prendre fin vendredi soir.

Selon les données de la Société d’habitation du Québec, 49 % des résidents des 35 000 unités de HLM pour personnes âgées au Québec ont plus de 75 ans.

À voir en vidéo