Encore plus de cas à la prison de Bordeaux, à Montréal

Le nombre de détenus atteints de la COVID-19 à la prison de Bordeaux, à Montréal, a plus que doublé depuis vendredi.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le nombre de détenus atteints de la COVID-19 à la prison de Bordeaux, à Montréal, a plus que doublé depuis vendredi.

Le foyer d’éclosion de la COVID-19 à la prison de Bordeaux a encore une fois pris de l’ampleur. La Santé publique a rapporté mercredi que 69 détenus sont infectés à l’intérieur des murs de l’établissement sur les 223 qui ont été testés. C’est presque le double du nombre de cas qui avaient été constatés vendredi dernier.

« Je ne suis pas surpris, a précisé Jean-Louis Nguyen, dont le conjoint est incarcéré dans cet établissement. En même temps, ça me désole un peu. Ça faisait plusieurs semaines, voire plusieurs mois, qu’on craignait ça. » Il espère que les détenus dont le test est négatif vont pouvoir être transférés dans une zone non infectée de la prison et ainsi sortir du confinement 24 heures sur 24 heures dans lequel ils sont plongés depuis plusieurs semaines. Son conjoint a passé son test vendredi et est en attente de son résultat.

Le Devoir a accepté de ne pas révéler son identité parce que M. Nguyen craint pour la sécurité de celui-ci en prison si son homosexualité est révélée.

Il a finalement pu lui parler vendredi soir pour la première fois depuis le confinement du 24 avril, après qu’il a dénoncé la situation dans les médias. « Les mesures prises ne semblent pas être efficaces », a constaté la porte-parole de la Ligue des droits et libertés, Lucie Lemonde. L’organisme continue de demander une réduction de la population carcérale en libérant les personnes en attente de procès incarcérées à cause de leur incapacité à payer leur caution.

Le confinement en cellule dans les secteurs E et C de la prison de Bordeaux a donné lieu à des débordements depuis la semaine dernière. Au cours des derniers jours, des détenus confinés ont allumé de petits incendies en faisant brûler des magazines et des journaux ou ont fait déborder leur toilette pour inonder leur cellule.

« C’est sûr qu’il y a eu des comportements [violents], par contre c’est la façon la plus sécuritaire de contrôler une propagation parce que si on avait maintenu les activités normales, la propagation aurait été plus fulgurante dans l’ensemble de l’établissement, que ce soit par le gymnase ou la cafétéria », a affirmé le président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ-CSN).

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a tenté de se faire rassurante mercredi. « Il y a un cas plus aigu à Bordeaux, mais ça se déroule relativement bien pour l’instant dans l’ensemble du réseau carcéral, a-t-elle indiqué. Il pourrait y avoir de nouvelles éclosions, on ne fait pas d’aveuglement volontaire. »

Elle a rappelé qu’elle a autorisé des permissions de sortie à des fins médicales la semaine dernière « pour essayer de limiter au maximum la propagation » et qui s’ajoutent aux autres mesures déjà prises comme le confinement et le port d’équipement de protection personnelle par les agents correctionnels. Le nombre de détenus à Bordeaux est passée de 915 à 888 depuis vendredi.

Audiences remises

Parallèlement, les audiences de la Commission des libérations conditionnelles du Québec qui avaient été remises en raison des difficultés causées par le confinement dans deux secteurs de l’établissement carcéral ont repris. Celle qui était prévue le 12 mai pour le conjoint de M. Nguyen avait d’abord été reportée à la fin du mois. Elle a finalement été fixée à vendredi, après le dépôt d’une requête de son avocate en Cour supérieure. « L’Établissement de détention de Montréal a été en mesure de fournir une visioconférence portable qui se promène entre les cellules, a expliqué la directrice générale de la Commission, Line Bourgeois. Des tests sont en train de se faire à l’heure actuelle pour s’assurer que c’est fonctionnel. »

Elle a assuré que cinq des dix audiences de la semaine dernière qui avaient été remises auront lieu cette semaine et les autres seront ajoutés au calendrier de la semaine suivante.