Homard à la COVID-19

Tant les Madelinots d’origine, nombreux à rentrer aux Îles l’été, que les travailleurs ou les propriétaires de résidences secondaires (environ 500) devront respecter une quarantaine stricte jusqu’à cette date.
Photo: iStock Tant les Madelinots d’origine, nombreux à rentrer aux Îles l’été, que les travailleurs ou les propriétaires de résidences secondaires (environ 500) devront respecter une quarantaine stricte jusqu’à cette date.

Beau temps ou mauvais temps, plus de 300 équipages de la municipalité des Îles-de-la-Madeleine ont pris la mer samedi matin pour une 145e saison de pêche aux homards qui restera longtemps gravée dans les mémoires et les palabres, comme diraient les Madelinots.

D’ordinaire investis par des milliers de familles, les quais sont restés anormalement déserts aux premières lueurs du jour pour la traditionnelle mise à l’eau des bateaux, dématérialisée pour cause de COVID-19 dans le salon des Madelinots et des Québécois via Facebook, Zoom et autres avatars virtuels. Loin des feux d’artifice et des tintamarres habituels, les Madelinots se sont amarinés (adaptés) tant bien que mal à la nouvelle réalité qui frappe le continent.

Au petit matin, Boucar Diouf, océanographe-biologiste, a piloté à distance sur le Web l’événement phare du calendrier insulaire. « J’aurais aimé être sur les quais et prendre moi aussi la vague. Je vais surfer, mais sur le Net, pour souligner cette tradition d’humilité face à la mer », a expliqué la veille le conteur au verbe fleuri, invité à parrainer ce « Grand Départ » par Mario Cyr, grand plongeur madelinot.

Un brin plus sèche et recadrée pour cause de pandémie, cette mise à l’eau, judicieusement intitulée « Tous dans le même bateau », a fait appel à la solidarité avec le reste du continent, aux prises avec le coronavirus. « L’idée, c’est de relayer le message qu’il faut tous s’entraider, dit Diouf, notamment aider les gens des Îles en achetant du homard québécois. »

Car si le virus a jusqu’ici épargné les Madelinots, il pourrait dévaster son économie, grandement tributaire du tourisme, deuxième industrie en importance après celle de la pêche.

On n’est pas juste confinés dans nos maisons, on est confinés au bout de la route, confinés au milieu de la mer !

Un été en sursis

Cette cyberouverture dépeuplée de la saison de pêche donne un avant-goût de ce que pourrait encaisser l’archipel, visité l’été par environ 75 000 visiteurs. La petite municipalitédes Îles-de-la-Madeleine imposera à tous les visiteurs une quarantaine obligatoire de 14 jours, dès le déconfinement prévu le 18 mai, et ce, jusqu’au 15 juin.

« Ceux qui viennent d’ailleurs au Québec ne pourront se promener un peu partout », affirme Jonathan Lapierre, maire de la municipalité, qui a pressé la Direction de santé publique (DSP) de la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine d’autoriser cette quarantaine. Quasi épargnés par le virus (huit cas, tous issus de voyages), les Madelinots ont mis en suspens leur hospitalité légendaire pour protéger leur communauté de 13 000 âmes.

« On n’annule pas toute la saison touristique, affirme le maire. Mais si jamais la situation dégénère, on prolongera la quarantaine. On suivra ça de mois en mois. Les Madelinots sont inquiets. Car la santé prime et nos services en matière de lits d’hôpital et de soins d’urgence sont très limités », indique le maire.

Ce dernier juge « utopique » d’accueillir simultanément 20 000 visiteurs, alors que tous les vols (sauf pour urgences médicales ou professionnelles) ont été suspendus et que toutes les croisières (5000 visiteurs) et la majorité des événements culturels ont été annulés. « Les diffuseurs ont annulé leurs spectacles jusqu’en juillet. Il ne reste que le mois d’août. Ça crée beaucoup d’insécurité en raison de la saisonnalité de notre économie. On ne peut pas se reprendre à l’automne », ajoute Anne-Marie Boudreau, directrice de l’organisme culturel Arrimage.

 

D’ici au 15 juin, seuls les passagers qui sont de retour à leur résidence principale aux îles, les travailleurs essentiels, les personnes voyageant pour des raisons de santé ou humanitaires, pour un déménagement ou le transport de marchandises, sont acceptées à bord du traversier de Groupe CTMA qui assure la seule liaison avec le continent. La compagnie a fait savoir qu’elle n’oblige pas les passagers à rester à bord de leur véhicule et attend les directives qu’émettra le gouvernement fédéral en fonction de la situation sanitaire pour savoir quelle sera la situation après le 15 juin. Les provinces du Nouveau-Brunswick et de l’Île-du-Prince-Édouard, par où transitent 80 % des visiteurs des îles de la Madeleine, ont aussi verrouillé leurs frontières jusqu’à la mi-juin.

Tant les Madelinots d’origine, nombreux à rentrer aux Îles l’été, que les travailleurs ou les propriétaires de résidences secondaires (environ 500) devront respecter une quarantaine stricte jusqu’à cette date. La survie de plusieurs petites entreprises familiales, non admissibles aux programmes d’aide gouvernementaux actuels, est en sursis, affirme Jonathan Lapierre. « Les commerces de détails peuvent se tourner vers les commandes en ligne, dit-il, mais pas les hôtels ou les restaurants. »

 

Confinés dans le confinement

Comme dirait Georges Langford, « on n’est pas juste confinés dans nos maisons, on est confinés au bout de la route, confinés au milieu de la mer ! » commente avec humour Suzanne Richard, auteure et musicienne qui ne sait si elle pourra renouer avec son piano pour égayer cet été les soirées au Café de la Grave à Havre-Aubert.

Plusieurs Madelinots, comme elle, gardent encore l’espoir de renouer avec les visiteurs d’ici l’automne. « Plusieurs Québécois, comme nous, sont en attente et n’ont pas annulé leurs réservations de maison de vacances dans l’espoir que ça reprenne », explique Sony Cormier, président de la Chambre de commerce des Îles-de-la-Madeleine.

« Oui, les groupes ont annulé. Mais pas la majorité des autres visiteurs. Nous, on est prêts à les accueillir, affirme Bernard Saint-Onge, directeur de l’auberge La Salicorne, qui a prévu des forfaits d’excursions compatibles avec la saine « distanciation physique ». « Tout n’est pas perdu. Activités ou pas, les familles d’origine madelinienne vont revenir. Celles d’autres régions auront aussi besoin de se ressourcer », pense Damien Deraspe, président de Tourisme îles de la Madeleine. Difficile de croire qu’au début de mars, le sujet du surtourisme était à l’ordre du jour d’une consultation lancée par l’organisme.

Le confinement imposé aux Îles est d’autant plus surréel que, sur cet îlot perdu en mer, aucune transmission communautaire n’a été rapportée. « En fait, ici, on a l’impression de “jouer” au confinement, car tout le monde est safe et personne n’entre nulle part. C’est vraiment bizarre. On est tous confinés quand même, on ne voit personne ! » lance Suzanne Richard, qui ose rêver d’une reprise, fin juillet, et ne craint pas du tout pour la distanciation physique. « Avec 14 kilomètres de sable juste à la plage de la Dune du Nord, avant d’être collés, on peut en accueillir, du monde ! »

Une version précédente de cet article indiquait que le « seul traversier de la CTMA acceptera des voyageurs à la fin de juin, mais il sera rempli à seulement 50 % de sa capacité et les passagers seront probablement confinés dans leur voiture pour la traversée ». Or, la remise en fonction du transport de passager à la fin juin n’a pas été officialisée. De plus, les passagers des véhicules ne seront pas confinés.

À voir en vidéo