Confinement : pain, yoga et élevage de poulets en vogue sur YouTube

Depuis la mi-mars, les contenus étiquetés « home workout » (exercice physique à la maison) ont bondi de 200 %, en termes de vues quotidiennes moyennes. Le yoga, notamment, cartonne.
Photo: Andrew Harnik Associated Press Depuis la mi-mars, les contenus étiquetés « home workout » (exercice physique à la maison) ont bondi de 200 %, en termes de vues quotidiennes moyennes. Le yoga, notamment, cartonne.

Comment faire du pain ou élever des poulets : les tutoriels ont la cote sur YouTube alors que des centaines de millions de personnes dans le monde trouvent le temps long pendant le confinement.

« Le nombre moyen de visionnements quotidiens de vidéos avec “Élever des poulets”  dans le titre a augmenté de 130 % depuis le 15 mars. C’est probablement ce que nous avons vu de plus surprenant », raconte Veronica Navarrete, responsable de communication de la plateforme.

« Nombre d’entre nous se tournent vers des activités traditionnelles auxquelles nous n’avions pas pensé depuis longtemps, comme se couper les cheveux ou faire son pain soi-même ».

Comme Netflix et d’autres plateformes de divertissement, le service de vidéos de Google bat des records d’utilisation à la faveur des mesures de distanciation sociale mises en place pour freiner la pandémie de COVID-19.

Le temps passé à regarder des vidéos d’info sur YouTube a progressé de 75 % au premier trimestre, par rapport à la même période en 2019.

Depuis la mi-mars, les contenus étiquetés « homeschool » (école à la maison) et « home workout » (exercice physique à la maison) ont bondi respectivement de 120 % et 200 %, en termes de vues quotidiennes moyennes.

Le yoga, notamment, cartonne. « C’est une pratique particulièrement appropriée en ce moment parce que c’est bon pour le corps et pour l’esprit, et il n’y a pas besoin de beaucoup d’espace », constate Veronica Navarrete.

Selon elle, les internautes ne cherchent pas seulement à apprendre ou à bouger — ils se tournent aussi vers des activités réconfortantes.

Comme les tutoriels de fabrication de pain au levain. « C’était déjà une tendance forte l’année dernière, mais là c’est vraiment un gros succès, et ça continue de monter… »

« C’est apaisant à regarder, donc c’est aussi bon pour la santé mentale », analyse-t-elle.

Surcharge de la bande passante et démonétisation

Les internautes confinés manifestent aussi un appétit certain pour les contenus rassurants.

La toute nouvelle chaîne de l’acteur américain John Krasinski, baptisée « Some Good News » (Des Bonnes Nouvelles), figure ainsi régulièrement dans l’onglet « Tendances ».

Mais les pics d’usage ne sont pas sans conséquences sur la plateforme aux deux milliards d’utilisateurs.

Comme d’autres services, Google a dû réduire sa bande passante pour soulager un peu la pression sur les serveurs et les réseaux de communication, ultra sollicités.

Par ailleurs YouTube avait initialement décidé de « démonétiser » les vidéos évoquant le nouveau coronavirus.

Le site a dû revenir en arrière face à l’inquiétude des créateurs de contenus, qui risquaient de ne pas pouvoir tirer de revenus de toutes leurs vidéos évoquant la pandémie.

À voir en vidéo