L’isolement, nocif pour la santé mentale, pourrait durer des mois

«Le meilleur conseil du point de vue de la santé est de sortir pour prendre l’air si vous n’êtes pas malade», a déclaré la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu.
Photo: Marie-France Coallier Le Devoir «Le meilleur conseil du point de vue de la santé est de sortir pour prendre l’air si vous n’êtes pas malade», a déclaré la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu.

La ministre de la Santé du Canada Patty Hajdu s’inquiète du coût que l’anxiété et l’isolement liés à la pandémie auront sur la santé mentale des Canadiens et encourage les gens à s’aider à passer à travers la crise avec de la « gentillesse et du grand air ».

Mercredi, la ministre de la Santé a déclaré au Sénat qu’elle était sur le point de présenter au Cabinet une idée du temps que les Canadiens pourraient devoir rester isolés les uns des autres, sachant très bien que plus longtemps cela durerait, plus le bien-être mental sera affecté. « Certains de nos scénarios les plus prometteurs ne correspondent pas nécessairement à ce que les Canadiens aimeraient entendre », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas une question de quelques semaines. Nous parlons de quelques mois. »

Patty Hajdu a déclaré qu’elle restait éveillée la nuit en s’inquiétant des enfants dont les parents étaient stressés, des personnes dépendantes qui ne pouvaient pas accéder à leurs programmes de traitement ou des personnes qui essayaient déjà de gérer une maladie mentale que cette situation exacerbait. « C’est quelque chose qui me préoccupe », a-t-elle déclaré.

Patty Hajdu était dans la Chambre haute pour répondre aux questions des sénateurs qui ont été rappelés pour adopter le projet de loi de 107 milliards de dollars du gouvernement pour aider les citoyens et les entreprises du Canada affectés par l’éclosion de la COVID-19.

Mais la sénatrice Chantal Petitclerc a demandé à Patty Hajdu ce que le gouvernement fait pour la santé mentale, ce qui n’est pas explicitement mentionné dans le projet de loi.

« Je me demande, en fait, s’il existe un plan pour que les gens aient plus facilement accès, peut-être, à de l’aide pour les problèmes de santé mentale », a demandé Chantal Petitclerc. « C’est aussi très stressant. Certaines personnes éprouvent du stress, de la peur, de l’anxiété, car elles sont confrontées à de nombreux facteurs inconnus concernant leur avenir. »

Outil virtuel

Patty Hajdu a déclaré que le projet de loi d’urgence vise à aider à réduire l’anxiété que ressentent les personnes après avoir perdu leur emploi ou vu leur salaire partir alors que des entreprises ralentissent ou sont obligées de fermer complètement.

Mais au-delà de cela, elle a déclaré que le gouvernement travaillait avec des organisations à but non lucratif pour fournir plus de soutien aux personnes qui ont peur de tomber malades, de perdre leur emploi ou qui se demandent comment elles vont payer le loyer ou acheter de la nourriture parce qu’elles n’ont plus d’emploi.

« Nous lançons également, dans les jours à venir, un outil virtuel de santé mentale auquel les Canadiens pourront accéder gratuitement, ce qui les aidera au moins à acquérir des compétences qui contribueront à réduire leur anxiété et leur peur », a-t-elle déclaré au Sénat.

Mais elle a également indiqué que le gouvernement aura besoin de la bienveillance des citoyens.

« C’est pourquoi j’appelle également les Canadiens à être gentils les uns envers les autres », a déclaré Patty Hajdu, qui, avec le premier ministre Justin Trudeau, a plaidé pour la gentillesse dans presque toutes les apparitions publiques depuis que le virus a commencé à se propager au Canada au début du mois.

« Nous aurons tous besoin d’un coup de main pour passer au travers. Plus nous verrons la distance sociale se prolonger, plus les défis que nous aurons à relever en matière de santé mentale seront graves. Cela va nous toucher tous en tant que Canadiens. »

Patty Hajdu a déclaré qu’il y avait également des mises à jour sur le site Web de Santé Canada pour aider à guider les gens vers des activités qu’ils peuvent faire tout en se distançant socialement, et elle a recommandé de ne pas rester à l’intérieur toute la journée.

« Le meilleur conseil du point de vue de la santé est de sortir pour prendre l’air si vous n’êtes pas malade », a-t-elle déclaré.

Si vous êtes malade ou si vous avez été à proximité de quelqu’un qui l’est, restez à l’intérieur, a-t-elle précisé. Mais tout le monde peut et devrait se promener tant qu’il se tient à une distance de deux mètres de toute personne avec laquelle il ne vit pas déjà.

Environ la longueur d’un bâton de hockey a-t-elle ajouté. « La plupart des Canadiens connaissent intuitivement la longueur d’un bâton de hockey. C’est la distance que vous devriez garder entre vous et quelqu’un avec qui vous marchez. Bien sûr, les membres de la famille peuvent se rapprocher s’ils sont asymptomatiques et vivent ensemble. »