Le ministère de la Santé accusé d’avoir «oublié» les immigrants

Le porte-parole en matière d’immigration pour QS, Andrés Fontecilla
Photo: Valerian Mazataud Le Devoir Le porte-parole en matière d’immigration pour QS, Andrés Fontecilla

Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a ignoré les appels à la collaboration d’un regroupement de 130 organismes d’aide aux immigrants qui lui offrait ses services dans la crise de la COVID-19, a appris Le Devoir. L’Alliance des communautés culturelles pour l’égalité dans la santé et les services sociaux (ACCESSS) tirait la sonnette d’alarme depuis la fin janvier au cabinet de la ministre de la Santé, Danielle McCann, qui n’a pas donné suite à cet appel pendant tout ce temps.

« On vit aujourd’hui la même chose que pendant l’épidémie du H1N1 », a déploré Jérôme Di Giovanni, le directeur général d’ACCESSS. Il constate qu’à l’heure actuelle, l’information ne se rend pas partout dans les communautés culturelles, car beaucoup de gens ne parlent ni français ni anglais et n’écoutent pas les médias nationaux.

« Le gouvernement dit que les mesures de la santé publique incluent tout le monde, mais il ne développe pas une stratégie avec des organismes communautaires sur le terrain. »

L’organisme a pourtant envoyé un plan d’action au cabinet de la ministre McCann le 27 janvier dernier et a relancé la ministre à deux reprises, en février et au début mars. N’ayant reçu qu’une confirmation de réception de ce plan, ACCESSS a décidé le 13 mars dernier de payer à même ses budgets la production de dépliants traduits en 25 langues contenant des informations sur la COVID-19. Plusieurs organismes communautaires font aussi du porte-à-porte et se rendent dans les lieux de culte pour informer les gens, le tout à leurs frais.

« On a fait ce qu’on a pu avec l’argent que notre présidente nous a débloqué. Mais ça prendrait plus d’argent et plus de personnel pour faire suivre l’information sur les écoles, les mesures de sécurité et tout ça », a dit M. Di Giovanni.

« Si la ministre McCann avait accepté notre proposition le 27 janvier, on n’éteindrait pas des feux aujourd’hui. On aurait un plan d’intervention pour agir de concert avec les CISSS et les CIUSSS. »

Les immigrants « oubliés »

Le député de Québec solidaire de Laurier-Dorion, Andrés Fontecilla, se dit attristé que, dans tout le brouhaha entourant la crise, le gouvernement semble avoir « oublié » les gens des communautés culturelles.

« On sait que le ministère de la Santé est excessivement occupé et sous tension, mais on semble avoir laissé passer ce secteur », a-t-il déclaré au Devoir.

Selon lui, il est plus que temps pour le ministère de s’adjoindre les forces des organismes du milieu dans le combat contre le virus et il lui suggère de carrément déléguer une certaine partie de ses communications à ACCESSS.

« On est en situation d’urgence, il faut faire confiance à cet organisme présent depuis longtemps et qui a fait ses preuves, et qui connaît parfaitement les dynamiques des communautés culturelles et de l’accès aux soins de santé », a dit M. Fontecilla, qui est porte-parole en matière d’immigration pour QS.

Selon lui, ACCESSS est l’organisation la mieux placée pour orchestrer une campagne d’information qui pourrait, par exemple, se décliner sur les réseaux sociaux, mais également dans les journaux et les radios communautaires.

Après avoir été pressé de répondre à des questions sur le sujet, le cabinet de la ministre McCann a réagi promptement en contactant ACCESSS pour ouvrir « un canal de communication ».

« On a une préoccupation envers les gens qui ne parlent ni l’anglais ni le français et cet organisme fait du très bon travail. On aura des échanges avec lui pour s’assurer d’améliorer les choses », a assuré Alexandre Lahaie, l’attaché de presse de la ministre de la Santé.
 



Une version précédente de ce texte, dans laquelle Alexandre Lahaie était identifié sous le nom d’Alexandre Deshaies, a été modifiée.