Les Inuits ferment le Nord

Au Nord, les risques de propagation sont accrus: l’un des problèmes majeurs est l’absence de lieux où confiner les gens en quarantaine, reconnaît Jennifer Munick, présidente de l’administration régionale Kativik.
Photo: Caroline Montpetit Le Devoir Au Nord, les risques de propagation sont accrus: l’un des problèmes majeurs est l’absence de lieux où confiner les gens en quarantaine, reconnaît Jennifer Munick, présidente de l’administration régionale Kativik.

Bien qu’il n’y ait encore aucune trace du virus, les Inuits sont passés à une phase de gestion de crise et songent à fermer le Nord. En plus de la fermeture complète des écoles, des garderies et des lieux publics, les vols sont interdits à toute personne ayant séjourné à l’étranger ou ayant été en contact avec quelqu’un atteint de la COVID-19 qui ne s’est pas soumis à une quarantaine de 14 jours. « Il est important de prendre des mesures immédiates pour essentiellement fermer le Nord afin de protéger notre population contre ce nouveau virus », a déclaré Charlie Watt, président de la Société Makivik, rappelant les ravages causés par l’épidémie de rougeole dans les années 1950.

Pour l’heure, sans être complètement interdite, la circulation aérienne sera désormais réduite, Makivik ayant coupé 50 % des vols des deux compagnies qu’elle gère. Les résidents du Nunavik sont fortement invités à ne pas se rendre au Sud sauf si c’est « essentiel », par exemple pour des traitements médicaux qui ne peuvent être repoussés. Les avions-cargos transportant notamment des vivres et du matériel médical sont maintenus.

 

Conscient de la vulnérabilité de certains peuples isolés, le ministre fédéral des Services aux autochtones, Marc Miller, prend la possible fermeture du Nord très au sérieux. « On va travailler avec les communautés qui veulent s’isoler », a-t-il dit au Devoir. « [Une] fermeture complète de la communauté, c’est quelque chose qu’on va respecter, mais ça comporte aussi des risques ». Selon lui, les mesures basées sur les données probantes de la science, comme la distanciation sociale et se laver les mains, sont encore celles qui doivent être préconisées. « Les fermetures de frontières ont des effets plus mitigés sur cette fameuse courbe [de pandémie]. »

La ministre québécoise des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, pense que limiter l’accès au Nord est « un bon choix ». « Non seulement je vais le respecter mais je dis bravo, car c’est courageux de prendre cette décision pour sauver cette communauté », a-t-elle déclaré en entrevue au Devoir. « Un peu partout au Québec, les communautés [autochtones] sont isolées et c’est une chance aujourd’hui quand on est en mode pandémie, car elles peuvent contrôler l’accès. »

Problème d’isolement

Au Nord, les risques de propagation sont accrus : l’un des problèmes majeurs est l’absence de lieux où confiner les gens en quarantaine, reconnaît Jennifer Munick, présidente de l’administration régionale Kativik. « On a un manque de logement dans le Nord et les maisons sont surpeuplées. C’est une situation assez épeurante, mais on travaille avec toutes les organisations pour faire l’inventaire des endroits disponibles », a-t-elle expliqué. Les écoles pourraient être mises à profit, selon ce qu’a appris Le Devoir.

L’Office municipal d’habitation Kativik (OMHK) reconnaît que le Nord est à risque. « On ne se cachera pas que plus il y a de personnes dans une maison, plus le risque de propagation d’une maladie, comme la grippe ou le coronavirus, est grand », a dit Marie-Christine Vanier, responsable des communications de l’OMHK. Des mesures préventives ont été mises en place pour éviter une éventuelle propagation du virus dans son parc de logements, où vit une clientèle vulnérable, dont beaucoup de personnes âgées.

Les effectifs sont réduits et l’OMHK se concentre sur les services dits « essentiels ». « Nos équipes de maintenance sont formées et dès qu’elles auront à rentrer dans une maison, elles vont devoir demander s’il y a quelqu’un de malade. »

Le réseau de la santé en alerte

Depuis le début de la semaine, le réseau de la santé est en situation de « pré-crise » du virus. « Nos réunions à l’horaire ont toute été annulées et on a changé nos tâches régulières pour travailler sur la pandémie », a déclaré Kitty Gordon, directrice de la santé publique adjointe à la Régie régionale de santé et des services sociaux du Nunavik (RRSSSN).

Les deux hôpitaux, à Kuujjuaq et Puvirnituq, sont ouverts, mais seulement pour les urgences. Les visites sont limitées et il est interdit de se promener dans certains départements. Même chose dans les maisons pour aînés et à Ullivik, un centre où les Inuits se font soigner au Sud, près de l’aéroport Trudeau.

Beaucoup d’employés du réseau font du temps supplémentaire et certains d’entre eux qui étaient en vacances au Sud ont été invités à travailler à distance, a appris Le Devoir. Des médecins sont même invités à faire des consultations et des réunions par téléphone. Les ressources matérielles et humaines sont « un enjeu », reconnaît Josée Lévesque, responsable des communications pour la régie régionale de santé.

Si pour l’instant on ne manque pas d’équipements de protection, comme les masques, cela demeure un défi. « L’enjeu du personnel au Nunavik est cependant toujours présent, et ce, en contexte de pandémie ou non », a-t-elle ajouté.

En date de mardi, moins de dix personnes avaient été testées au Nunavik, selon la régie de la santé. Des personnes revenant de vacances et éprouvant des symptômes avaient demandé à être soumises à des tests de dépistage, mais ces derniers se sont révélés négatifs.

« Les gens qui gravitent autour de la santé ont tous mis leur cape de superhéros », a dit la ministre Sylvie D’Amours. « Pour le moment, ce qu’on nous dit, c’est que tout est sous contrôle. »

Avec Marie-Michèle Sioui

2 commentaires
  • Raymond Labelle - Abonné 20 mars 2020 04 h 13

    Les virus ne survivent pas dans le Grand Nord...

    ...car il y fait trop froid pour eux. Mais une personne infectée peut aller dans le Grand Nord et transmettre la maladie à l'intérieur.

    Le fait que le virus ne puisse pas vivre dehors doit aider un peu. Et d'avoir des populations petites et isolées.

    Mais n'y allez pas. Comme le disent les autorités de la santé publique - il y a des populations moins infectées que d'autres, et on veut que les populations moins infectées restent moins infectées. Les déplacements d'une région à l'autre sont découragés.

  • Jacqueline Rioux - Abonnée 20 mars 2020 08 h 58

    Coronavirus et virus de la rougeole

    M. Labelle, pouvez-vous nous expliquer la différence entre le coronavirus qui, selon vous, ne peut pas survivre dans le Nord alors que le virus de la rougeole y a survécu et a pu faire des ravages dans les années 50? De plus, l'isolement de la populatioon est un avantage, oui, mais si le virus est amené dans le Nord, il risque de se propager três vite, vu le surpeuplement dans les maisons.