Quoi retenir de la fin de semaine?

  • Weinstock reçoit des excuses publiques de Roberge

    Weinstock reçoit des excuses publiques de Roberge

    Le ministre de l’Éducation a pilé sur son orgueil, dimanche soir, et a finalement offert des excuses publiques au professeur Daniel Weinstock, après une tentative plutôt faible vendredi.

    L’enseignant à l’Université McGill avait été écarté par le ministre d’un forum de consultation sur la révision du cours d’éthique et culture religieuse après la publication d’une chronique présentant des affirmations erronées dans le Journal de Montréal mercredi.

    Daniel Weinstock avait mentionné au Devoir samedi qu’il songeait à poursuivre Jean-François Roberge pour atteinte à sa réputation.

  • Le fondateur de L’Arche accusé d’agression sexuelle

    Le fondateur de L’Arche accusé d’agression sexuelle

    Jean Vanier, fondateur de L’Arche, une organisation internationale qui vient en aide aux adultes ayant un handicap mental, a agressé sexuellement six femmes entre 1970 et 2005. C’est ce qu’a révélé l’organisation samedi dans un rapport basé sur une enquête interne.

    L’enquête conclut que Jean Vanier, qui est décédé en 2019, a « usé de son ascendant […] dans des conditions d’emprises psychologiques » pour profiter de ces femmes.

  • Bernie Sanders prend son envol

    Bernie Sanders prend son envol

    Bernie Sanders s’est largement imposé samedi aux primaires démocrates de l’État du Nevada. Le sénateur de 78 ans a récolté 46 % des suffrages, loin devant son plus proche adversaire (19,6 %), l’ancien vice-président Joe Biden, après le dépouillement de 60 % des bureaux de vote.

    Avec cette victoire, le sénateur de 78 ans se positionne comme le favori pour affronter Donald Trump lors de l’élection présidentielle du 3 novembre. Or, chez les démocrates, l’ascension du politicien socialiste en inquiète plusieurs, qui estiment qu’un candidat modéré serait plus apte à rassembler les électeurs et à vaincre le milliardaire républicain.

    Prochain rendez-vous pour les huit candidats démocrates encore en lice : le « Super Tuesday » du 3 mars, lorsque 14 États se prononceront le même jour.

  • L'État d’urgence en Corée, la quarantaine en Italie

    L'État d’urgence en Corée, la quarantaine en Italie

    L'épidémie de COVID-19 s'est accélérée hors de la Chine ce week-end. La Corée du Sud a déclaré dimanche l’état d’urgence, jugeant que la rapide propagation du virus le justifiait. Le pays asiatique recense 602 cas de contamination, soit le plus haut nombre hors des frontières de la Chine.

    L’Italie est le pays le plus touché d’Europe, si bien que des zones de confinement ont été instaurées dans les régions du nord. Au moins 132 cas de contamination, dont 3 mortels, ont été recensés. Les festivités du célèbre carnaval de Venise ont été annulées, de même que les événements sportifs de la région.

    La Chine a finalement reconnu « des lacunes » dans sa réponse à l’épidémie qui a aujourd’hui contaminé quelque 77 000 Chinois, dont 2442 mortellement. Le président chinois a qualifié le virus de « la plus grave urgence sanitaire » à avoir frappé le pays depuis l’instauration du régime communiste en 1949.

  • Auger-Aliassime si près du but (bis)

    Auger-Aliassime si près du but (bis)

    Félix Auger-Aliassime devra encore patienter avant de soulever son premier trophée. Le Montréalais de 19 ans s’est incliné 6-3, 6-4 devant le Grec Stéfanos Tsitsipás en finale du tournoi de Marseille.

    Il s’agissait d’une cinquième défaite en finale et d’une deuxième en autant de semaines pour le jeune tennisman. La semaine dernière, il s’était incliné face au Français Gaël Monfils à Rotterdam.