Les Québécois craignent surtout l’extrémisme islamique

En 2012, le centre islamique de l'Outaouais à Gatineau avait été visé par des actes de vandalisme.
Photo: Sean Kilpatrick Archives La Presse canadienne En 2012, le centre islamique de l'Outaouais à Gatineau avait été visé par des actes de vandalisme.

C’est à travers la lentille médiatique que le public observe généralement l’extrémisme violent. Parmi les différentes formes que la brutalité idéologique peut prendre, les Québécois craignent en premier lieu l’extrémisme islamique. Plus étonnamment, leurs perceptions varient en fonction des médias qu’ils consultent, selon une nouvelle enquête.

« La forme d’extrémisme violent qui inquiète le plus les Québécois est l’extrémisme islamique. Elle est suivie par l’extrême droite anti-immigration », synthétise le politologue Frédérick Bastien, qui a contribué à une grande étude financée par Québec et dirigée par la professeure Solange Lefebvre, de l’Institut d’études religieuses de l’Université de Montréal.

Comparativement à certains pays d’Europe, il y a très peu d’extrémistes violents au Canada. Cependant, c’est comme un feu qui couve sous la cendre.

 

Les chercheurs doivent présenter leurs résultats ce vendredi, dans la capitale.

Grâce à des sondages, aux entretiens avec plus de 70 personnes radicalisées et à l’interrogation de professionnels des médias, l’équipe a brossé le portrait de la perception de l’extrémisme violent par le public et a identifié des pistes d’action pour prévenir la radicalisation.

« Comparativement à certains pays d’Europe, il y a très peu d’extrémistes violents au Canada, remarque Mme Lefebvre. Cependant, c’est comme un feu qui couve sous la cendre. »

Tous les types d’extrémisme violent ont été considérés par les chercheurs. Alors que de jeunes Canadiens se joignaient au groupe armé État islamique en Syrie quand le projet de recherche est né, l’attentat à la grande Mosquée de Québec et l’assaut au camion-bélier à Toronto ciblant des femmes ont marqué son déroulement.

En général, les Québécois associent surtout l’extrémisme violent à l’islam. Un acte « exécuté au nom d’une idéologie antiféministe est moins susceptible d’être associé à l’extrémisme, au terrorisme et à l’endoctrinement, qu’un acte identique, dont on dit qu’il fut commis au nom du Coran », écrivent les auteurs de l’étude.

L’enquête révèle aussi que les Québécois analysent les motivations d’une personne qui pose un acte d’extrémisme violent en fonction de son prénom. Ils croiront plus facilement qu’une personne au prénom arabe agit par extrémisme, mais qu’une personne au prénom francophone agit à cause d’un problème de santé mentale.

Le type d’extrémisme violent redouté varie en fonction du profil de chaque répondant.

Les femmes craignent davantage l’extrémisme anti-immigrant que les hommes, alors que ces derniers s’inquiètent plus des groupes d’extrême gauche que celles-ci.

Les chrétiens redoutent plus de l’extrémisme musulman que les autres groupes. Les plus jeunes s’en font pour les mouvances anti-immigration, tandis que les plus vieux se préoccupent davantage des groupes d’extrême droite et des extrémistes environnementaux.

Les différences entre les groupes se chiffrent toutefois à seulement quelques points de pourcentage, précise M. Bastien.

L’influence du régime médiatique

Pour nourrir leur analyse, les chercheurs ont effectué un sondage en deux phases, au printemps 2018 (1740 participants) et à l’hiver 2019 (1174 participants). Au cours de cette période, ils ont noté une évolution de la perception de l’extrémisme violent, notamment une baisse de la crainte de l’extrémisme musulman.

Or, les auteurs ont observé que le régime médiatique des répondants est associé à des changements particuliers de perception. Ceux qui consultent Radio-Canada et La Presse ont vu leurs inquiétudes par rapport à l’islamisme violent diminuer davantage que ceux qui lisent Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec.

La perception de la menace représentée par l’extrémisme anti-immigrants a plus fortement augmenté chez les auditeurs et les téléspectateurs de Radio-Canada que chez les lecteurs des journaux de Québecor.

Au cours de la période considérée, les craintes envers l’extrême gauche ont davantage augmenté chez les lecteurs de ces deux journaux, tandis que les habitués de Radio-Canada se sont mis à davantage s’inquiéter de l’extrême droite.

Les chercheurs ont compensé l’effet du profil sociodémographique des répondants pour arriver à ces conclusions. Les constats sont significatifs statistiquement, assure Frédérick Bastien.

Des différences entre les perceptions existaient déjà lors de la première phase du sondage. Toutefois, puisque des changements supplémentaires ont été notés au cours de l’enquête, cela « rend plus probable le fait qu’il puisse s’agir d’une influence de contenus différents véhiculés par ces entreprises de presse », peut-on lire dans l’étude. « L’hypothèse de la causalité devient de ce fait plus vraisemblable », ajoute M. Bastien.