Imperial Tobacco mène une campagne pour le vapotage

Chez Imperial Tobacco, on soutient que les produits de vapotage sont plus efficaces que les produits de cessation tabagique pour les adultes voulant arrêter de fumer.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir Chez Imperial Tobacco, on soutient que les produits de vapotage sont plus efficaces que les produits de cessation tabagique pour les adultes voulant arrêter de fumer.

Imperial Tobacco Canada a entrepris un exercice de relations publiques audacieux : elle tente de prouver qu’un nuage de « désinformation » embrouille les faits véritables au sujet du vapotage. Tandis que Québec vérifie si la publicité est bien conforme à ses lois, des acteurs du milieu dénoncent l’initiative.

Comme d’autres grands cigarettiers, Imperial Tobacco a investi ces dernières années le marché du vapotage. Sa maison mère, British American Tobacco, commercialise la marque Vype.

Or, la société invoque que le vapotage « risque d’être bientôt réglementé au point où il ne sera plus une option viable » pour les fumeurs voulant arrêter. « Les gens seront contraints de se retourner vers la cigarette ordinaire », peut-on lire sur desfaitssanspeur.ca. Ce site Web accompagne une campagne nationale de publicité lancée la semaine dernière qui ne mentionne jamais les produits de vapotage du fabricant.

Imperial Tobacco qui donne des leçons de santé publique, ça prend tout un culot !

La campagne insiste sur le fait que les problèmes respiratoires aigus que peut causer le vapotage découlent de l’utilisation de substances illégales au Canada, telles que l’acétate de vitamine E.

Or, selon Mathieu Morissette, chercheur à l’Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec, d’autres phénomènes encore mal compris causent des problèmes de santé aux vapoteurs. « Imperial Tobacco qui donne des leçons de santé publique, ça prend tout un culot ! », s’exclame-t-il en entrevue.

En mars dernier, la Cour d’appel du Québec a confirmé un jugement ordonnant à Imperial Tobacco, JTI-MacDonald et Rothmans, Benson and Hedges d’indemniser à hauteur de 17 milliards près de 100 000 fumeurs et ex-fumeurs malades. La tribunal soulignait une « dissimulation délibérée » puis une « négation » des effets de la cigarette sur la santé.

« La désinformation, c’est de parler de produits ciblant uniquement les fumeurs, alors que ces entreprises ont mené des campagnes de publicité sauvage visant les jeunes, ajoute Flory Doucas, de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac. C’est très facile d’être moins nocif qu’une cigarette. »

Un sondage récent indiquait que près de 40 % des Canadiens de 16 à 19 ans ont déjà vapoté, et qu’un sur dix utilise la cigarette électronique chaque semaine.

Chez Imperial Tobacco, on soutient que les produits de vapotage sont plus efficaces que les produits de cessation tabagique pour les adultes voulant arrêter de fumer. « Si les gens ne veulent pas écouter Imperial Tobacco, qu’ils écoutent les groupes de santé, qui sont pour la plupart antitabac », fait valoir Éric Gagnon, chef des affaires corporatives et réglementaires, qui renvoie aux conclusions des agences de santé publique du Canada et de l’Angleterre.

Une campagne légale ?

Au Québec, la publicité sur le vapotage est assujettie aux mêmes dispositions que les produits du tabac. Ainsi, seule la publicité diffusée dans des journaux ou magazines dont au moins 85 % des lecteurs sont majeurs est permise.

« Nous sommes au fait de la publicité diffusée par Imperial Tobacco et sommes à vérifier si elle est conforme aux exigences » de cette loi, écrit dans un courriel Marie-Claude Lacasse, une porte-parole du ministère de la Santé du Québec, sans vouloir davantage se prononcer.

La loi fédérale en la matière est moins contraignante, mais Santé Canada a annoncé en décembre dernier son intention d’interdire toute publicité de produits de vapotage pouvant être « vue ou entendue par les jeunes » dès l’été 2020.