Recrutement outre-mer: les enseignants français arrivent au compte-gouttes

La Commission scolaire prévoit qu’une soixantaine d’enseignants français recrutés en 2019 commenceront leur travail en classe lors de la rentrée scolaire de l’automne 2020.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La Commission scolaire prévoit qu’une soixantaine d’enseignants français recrutés en 2019 commenceront leur travail en classe lors de la rentrée scolaire de l’automne 2020.

Durement frappée par la pénurie d’enseignants, la plus grande commission scolaire du Québec presse le gouvernement Legault d’accélérer les procédures d’immigration pour favoriser le recrutement de professeurs à l’étranger, surtout en France.

Les trois missions de recrutement menées en France en 2019 par la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ont mené à la signature de 81 contrats d’enseignants. À peine trois de ces profs sont toutefois arrivés à Montréal — et quatre autres sont attendus au début du mois de février — parce que les procédures menant à l’obtention d’un brevet d’enseignement et d’un permis de travail prennent jusqu’à huit mois, indique la CSDM.

« On a besoin de ces enseignants qui sont qualifiés et qui ont de l’expérience », dit Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

« Ces démarches peuvent prendre jusqu’à huit mois, une période cruciale durant laquelle l’accompagnement du candidat par l’équipe de recrutement de la CSDM est d’une grande importance. Il existe un enjeu de rétention des candidats à travers ce processus, car au fil de ces délais essentiellement dus à la demande de permis de travail, le candidat peut changer d’idée ou être recruté par un compétiteur », précise un document de la CSDM qui sera déposé mercredi au conseil des commissaires.

Autres missions

La Commission scolaire prévoit qu’une soixantaine d’enseignants français recrutés en 2019 commenceront leur travail en classe lors de la rentrée scolaire de l’automne 2020.

Elle compte poursuivre ses efforts de recrutement en France en participant cette année à deux salons de l’emploi, à Marseille (en février) et à Paris (à la mi-juin).

Au moment où ces lignes étaient écrites, la CSDM ne pouvait indiquer le coût des trois missions de recrutement menées en 2019. Trois représentants de la Commission scolaire ont voyagé en classe économique pour des missions d’environ trois jours, selon Mme Harel Bourdon.

On a besoin de ces enseignants qui sont qualifiés et qui ont de l’expérience 

Le gouvernement Legault a pris au cours des dernières semaines une série de mesures administratives pour accélérer le recrutement d’enseignants à l’étranger, indique le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, dans une lettre à la CSDM datée du 16 décembre 2019.

« Soyez assurée que la problématique de la pénurie d’enseignants dans la région de Montréal est une priorité pour l’ensemble des ministères concernés […] L’éducation étant une priorité gouvernementale, cette problématique est considérée comme préoccupante et exceptionnelle », écrit le ministre Roberge.

Traitement simplifié

Depuis le 1er octobre, le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) a allégé la réglementation qui encadre l’embauche de personnes formées à l’étranger, notamment par la prise en considération de l’expérience professionnelle, pour accorder un permis d’enseigner.

À compter du 24 février, le métier d’enseignant sera aussi ajouté à la liste des professions admissibles au traitement simplifié dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET), a précisé le ministre Roberge.

La CSDM a applaudi à ces mesures, mais estime qu’il faut en faire encore davantage pour faciliter l’embauche d’enseignants étrangers. Le traitement simplifié permettra d’accélérer le processus d’environ un mois (sur huit), selon la CSDM, mais il faudra tout de même mener une étude d’impact sur le marché du travail — une démarche jugée inutile dans un domaine où la pénurie de personnel ne fait aucun doute.

En fin de journée mardi, le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur ne pouvait préciser si d’autres mesures seront mises en avant pour faciliter le recrutement d’enseignants à l’étranger.