Les avocats de Weinstein veulent citer des «courriels amoureux» des plaignantes

Harvey Weinstein
Photo: Angela Weiss Agence France-Presse Harvey Weinstein

Les avocats de Harvey Weinstein veulent utiliser « des dizaines et des dizaines » de courriels intimes échangés entre lui et ses accusatrices pour tenter de convaincre le jury que les rapports sexuels étaient consensuels, a déclaré la défense mardi, à la veille des déclarations d’ouverture au procès pour viol, à New York.

La défense possède « des dizaines et des dizaines et des dizaines de courriels amoureux adressés à M. Weinstein » qu’elle veut utiliser pour discréditer les témoins, a déclaré Me Damon Cheronis à un juge de Manhattan — en l’absence des jurés. Certaines de ces femmes qui affirment avoir été « victimes » de l’ancien magnat de Hollywood « se sont également vantées d’entretenir une liaison à caractère sexuel avec lui », a plaidé l’avocat lors d’une ultime audience préparatoire au procès.

Les parties ont discuté mardi de la façon dont ces courriels pourraient être utilisés une fois que le jury de sept hommes et cinq femmes commencera à entendre l’affaire, mercredi. Le juge James Burke a finalement interdit à la défense de présenter les courriels en l’espèce lors des déclarations d’ouverture, mais il a permis aux avocats de faire référence à « leur substance et leur contenu ».

La sélection du jury s’est terminée la semaine dernière pour ce procès très attendu qui devrait durer au moins six semaines.

L’ex-patron de studio de cinéma, âgé de 67 ans, est accusé d’avoir violé une femme dans une chambre d’hôtel de New York en 2013 et d’avoir forcé un acte sexuel sur une autre femme dans son appartement en 2006. Il a plaidé non coupable et soutient que toute activité sexuelle était consensuelle. S’il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à la prison à vie.

Les avocats de Weinstein ont tenté — sans succès jusqu’ici — de faire tenir le procès ailleurs qu’à New York, plaidant qu’une forte publicité avait transformé cette affaire en « cirque ». La requête est maintenant devant la Cour d’appel de l’État de New York.