Quoi surveiller aujourd’hui?

  • Décès de Mme Duceppe: la suite

    Décès de Mme Duceppe: la suite

    Un an jour pour jour après le décès de la mère du politicien Gilles Duceppe, Hélène Rowley Hotte, la famille veut que justice soit rendue. Elle informera aujourd’hui la presse sur les prochaines actions qu’elle entend prendre dans cette affaire l’opposant aux résidences Lux Gouverneur, un complexe pour personnes âgées situé dans l’est de Montréal (notre photo).

    La dame de 93 ans a été retrouvée sans vie le 20 janvier 2019 dans la cour intérieure de cette résidence où elle logeait. En plein froid extrême, elle est restée coincée dehors pendant six heures, sans que personne ne s’en rende compte. Le rapport de la coroner a conclu à une mort évitable et soulevé plusieurs manquements de la part de Lux Gouverneur. La famille Duceppe réclame à la résidence 1,14 million de dollars.

  • Prostitution: les clients dans la mire de Québec

    Prostitution: les clients dans la mire de Québec

    Les travaux de la Commission spéciale sur l’exploitation sexuelle des mineurs reprennent aujourd’hui. Et son président, l’ex-policier désormais député caquiste, Ian Lafrenière, entend sonder les organismes sur une idée qui fait son chemin au pays : la « John’s School ». Ce programme qui s’adresse directement aux clients de la prostitution — surnommés les « John » dans le milieu — existe déjà à Calgary et à Edmonton.

    Plutôt que d’être poursuivi au criminel, les contrevenants peuvent choisir de payer une amende et de suivre une formation d’une journée aux côtés de policiers, d’intervenants et de survivantes. Cela permettrait « de mettre de la pression sur les clients abuseurs », fait valoir en entrevue au Devoir M. Lafrenière. « Parce que, présentement, quand tu regardes le nombre d’opérations et d’arrestations, les risques pour les gens ne sont pas très élevés. Et ils se disent, à la limite, que c’est accepté. »

  • Meng Wanzhou devant la justice

    Meng Wanzhou devant la justice

    L’audience d’extradition de la dirigeante de Huawei Meng Wanzhou débute aujourd’hui devant la Cour suprême de la Colombie-Britannique, plus d’un an après son arrestation par la GRC. La directrice financière du géant chinois des télécommunications a été arrêtée à l’aéroport de Vancouver en décembre 2018 à la demande des États-Unis. La justice américaine accuse Mme Meng d’avoir menti à des banques dans le but de violer les sanctions de Washington contre l’Iran. Est-ce que tels agissements constituent un crime au Canada ? C’est la question que devra trancher le juge.

    L’arrestation de Mme Meng avait sérieusement refroidi les relations diplomatiques entre le Canada et la Chine. En représailles — sans jamais l’avouer ainsi —, Pékin a incarcéré deux Canadiens et restreint certains produits à l’importation.

  • Jour de demandes de parrainage

    Jour de demandes de parrainage

    Dès 8 h 30 aujourd’hui, le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI) recevra les dossiers dans le cadre du programme de parrainage collectif. Par souci d’équité pour les gens vivant en régions, le MIFI exige que toutes les demandes de parrainage — 750 seront acceptées au total — soient déposées par des messagers. Certains d’entre eux attendent depuis jeudi l’ouverture des bureaux du ministère. Cette situation a donné lieu à des tentatives de corruption et à des cas d’intimidation, a appris Le Devoir.