Projet Le Commodore: le maire Marc Demers sera appelé à témoigner

Le maire de Laval, Marc Demers, sera appelé à témoigner au courant des prochaines semaines.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le maire de Laval, Marc Demers, sera appelé à témoigner au courant des prochaines semaines.

Le procès intenté par le promoteur du projet immobilier Le Commodore contre la Ville de Laval a débuté mercredi matin. Le maire de Laval, Marc Demers, ainsi que l’ancien directeur général de la Ville, Claude Asselin, seront appelés à témoigner au courant des prochaines semaines.

Propriétaire des entreprises Construction Aldo et Construction Lafleur, Aldo Coviello entendait bâtir deux imposantes tours de 28 et 30 étages aux abords de la rivière des Prairies, sur le site de la marina Le Commodore. Le complexe devait comporter 328 appartements, un parc et deux restaurants en plus d’une marina publique.

Après les démissions successives des maires Gilles Vaillancourt et Alexandre Duplessis, Marc Demers a pris le pouvoir à l’Hôtel de Ville de Laval en 2013, promettant de s’attaquer à la corruption. Son administration a alors commandé une enquête administrative pour se pencher sur le projet Le Commodore.

En modifiant le zonage du site 2014, la Ville a signé l’arrêt de mort définitif du projet immobilier.

Le promoteur estime avoir été victime d’une expropriation déguisée. Il accuse aussi la Ville d’avoir laissé entendre qu’il était mêlé à des activités de corruption. C’est pourquoi il a déposé une requête introductive en dommages contre la Ville de Laval en 2014. Il réclame près de 67 millions pour les profits qu’il aurait pu toucher si son projet immobilier s’était concrétisé.

Devant le juge Daniel W. Payette, le promoteur Aldo Coviello a décrit mercredi les étapes que son entreprise a dû franchir pour préparer le projet, dont l’achat du terrain, l’élaboration des plans ainsi que le dépôt d’une demande de permis de construction à la Ville de Laval.

Interrogé par son avocat, l’entrepreneur a notamment évoqué une présentation qu’il a faite devant des membres du comité exécutif de la Ville en juin 2010. L’ancien maire Gilles Vaillancourt était présent à cette rencontre, a-t-il dit.

Selon lui, les réactions à l’égard de son projet ont été « très favorables ». « Miami est à Laval », aurait dit un des représentants de la Ville en faisant référence au design inspiré de l’architecture de bâtiments en Floride.

Le témoignage d’Aldo Coviello devrait se poursuivre au cours des prochains jours. Le procès nécessitera 40 jours d’audiences et des dizaines de témoins seront appelés à la barre, a indiqué l’avocat de la Ville, Me Alexandre Thériault-Marois.

Parmi eux figurent quatre élus, soit le maire actuel Marc Demers, la mairesse intérimaire après la démission d’Alexandre Duplessis, Martine Beaugrand,ainsi que les conseillers municipaux Stéphane Boyer et Michèle Des Trois Maisons.

Claude Asselin sera aussi appelé à témoigner. Directeur général de la Ville de Laval de 1988 à 2006, Claude Asselin avait été embauché comme consultant par le promoteur du Commodore.

Arrêté par l’Unité permanente anticorruption (UPAC) en même temps que Gilles Vaillancourt en 2013, Claude Asselin avait plaidé coupable à des chefs d’accusation de complot et de fraude. Il avait écopé d’une peine de prison de deux ans moins un jour.