Le taux de signalement des enfants noirs à la DPJ choque Régine Laurent

La présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Régine Laurent
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne La présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, Régine Laurent

« La loi de la protection de la jeunesse est devenue une loi d’instrumentalisation raciste », a affirmé vendredi Régine Laurent, présidente de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse.

« Plusieurs chercheurs sont venus nous expliquer les traumatismes » causés aux Noirs par leur surreprésentation dans ce système, a ajouté Mme Laurent, en citant le témoignage de la Maison d’Haïti.

« J’imagine le nombre d’enfants, en centaines ou en milliers, qui ont vécu ce traumatisme ; des parents qui ont vécu ce traumatisme. »

« Ça m’arrive rarement », a-t-elle dit ensuite, pour expliquer et temporiser quelque peu son commentaire indigné fait à la suite de l’audience de la chercheuse Chantal Lavergne, de l’Institut universitaire Jeunes en difficulté, et de Sarah Dufour, professeure et responsable des programmes de l’École de psychoéducation de l’Université de Montréal.

À Montréal, les enfants noirs comptent pour 14,5 % de la population de 17 ans et moins. Or, dans le système institutionnel de la DPJ, ils comptent pour 29,6 %, ont expliqué Dufour et Lavergne.

La loi de la protection de la jeunesse est devenue une loi d’instrumentalisation raciste

C’est la même chose, mais à un degré moindre, dans l’ensemble du Québec : les enfants noirs comptent pour 6,5 % de la population des moins de 18 ans, mais ils ont des taux de signalement 1,5 fois plus élevés que leur poids démographique réel.

Cette surreprésentation des Noirs n’a d’équivalent pour aucune autre communauté ethnoculturelle, selon les analyses présentées à la commission Laurent par le duo de chercheuses.

En fait, les autres groupes ethnoculturels apparaissent même sous-représentés au sein de la DPJ quant au pourcentage qu’ils occupent pourtant dans la population, ont observé les chercheuses. « Cela n’a rien à voir avec l’immigration », ont bien précisé en entrevue au Devoir les deux chercheuses, en s’appuyant sur des données de recherche.

Photo: Capture d'écran Le duo de chercheuses ont témoigné vendredi devant la Commission Laurent.

Des nuances

Elles ont tenu par ailleurs à apporter des nuances à l’affirmation lancée par la présidente Laurent à la suite de leur présentation.

« On ne peut pas nier qu’il y a une surreprésentation » des Noirs, explique la professeure Sarah Dufour.

« Mais on n’a pas de preuve pour autant qu’à la DPJ, il y a un système de discrimination systématique », enchaîne sa collègue Chantal Lavergne, en laissant entendre qu’il s’agit plutôt d’un effet cumulatif plus complexe qu’il n’y paraît d’emblée.

« C’est préoccupant, mais il faut se rappeler qu’il y a d’autres facteurs, autre que celui d’être Noir, à considérer. »

La défavorisation compte, « mais il y a vraiment d’autres choses qui se passent dans ce cas. On ne peut pas vous l’expliquer » facilement, dit Sarah Dufour. « C’est très peu étudié. » Et d’évoquer par exemple des facteurs de pauvreté ou d’« incompréhensions interculturelles mutuelles ». Ce qui la mène à dire qu’il y a peut-être « des services plus adaptés aux cas dont on parle » qui pourraient être pensés.

Comment expliquer qu’au même moment, d’autres groupes ethnoculturels que les Noirs soient au contraire sous-représentés par rapport à leur poids démographique ?

« Pour l’instant, les pistes pour expliquer cette sous-représentation d’enfants peuvent indiquer l’usage de pratiques alternatives. »

Elles observent en outre qu’à Montréal, 7 enfants sur 10 signalés à la DPJ qui proviennent de groupes ethnoculturels quittent ces services après une évaluation. Pour ceux qui ne sont pas issus de ces milieux, c’est 5 sur 10 seulement.

En Ontario, avec les mêmes indicateurs, on trouve des taux comparables à ceux observés au Québec, ont expliqué les chercheuses devant les membres de la commission Laurent.

« Idéalement, nous souhaitons que la proportion soit la même dans les services de protection de la jeunesse que le poids démographique » des groupes ethnoculturels, mais pas en diminuant les critères de protection de l’enfance, précisent-elles en entrevue avec Le Devoir.