Une année de grands rendez-vous

Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Le premier ministre du Québec François Legault

Ces dix-neuf dossiers, qu'ils concernent le Québec, le Canada ou le monde entier, reviendront à coup sûr dans les douze mois à venir. Tour d'horizon de ce qui risque de marquer 2020.

 

QUÉBEC

Négociations du secteur public

Les conditions salariales des enseignants et des préposés aux bénéficiaires seront au cœur de forums de discussion en 2020, année des négociations des secteurs public et parapublic. Un troisième forum abordera la santé des employés de l’État et l’absentéisme au travail. Les syndicats demeurent sceptiques quant à cette nouvelle stratégie qualifiée d’« innovante » par le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, qui promet de déposer une offre salariale différente pour ces deux catégories d’emploi. Celle en deçà de l’inflation soumise au reste des employés de l’État a déçu, tout comme certaines des propositions sur les conditions de travail des enseignants. Si certains syndicats n’excluent pas une mobilisation en 2020, l’absence de front commun laisse présager une contestation morcelée.

Mylène Crête

 

Retards persistants en santé

Depuis l’arrivée au pouvoir de la CAQ, beaucoup ont donné la chance au coureur à la ministre de la Santé, Danielle McCann. Mais jusqu’à quand ? Sa promesse de réduire à 90 minutes le temps d’attente aux urgences est loin d’être réalisée, tout comme est loin d’être atteinte la cible d’offrir à 95 % des Québécois un médecin de famille. Pour y arriver, la ministre table notamment sur une révision du mode de rémunération des médecins omnipraticiens et des pharmaciens. Or, en décembre, le premier ministre Legault a brandi la menace d’une loi spéciale visant les omnipraticiens au moment où les pharmaciens disaient ne plus vouloir négocier avec la ministre. Devant l’essoufflement du personnel soignant, la ministre McCann devra aussi s’attaquer aux pénuries persistantes de préposés aux bénéficiaires.

Isabelle Porter  

 

Un troisième lien controversé

À moins d’un revirement du gouvernement, c’est en 2020 qu’on saura combien coûtera le troisième lien entre Québec et Lévis. En 2016, une étude avait estimé un projet du genre à 4 milliards de dollars au minimum, mais son auteur, Bruno Massicotte, a depuis évoqué une facture de 7 à 8 milliards. Déjà controversé au regard de ses fondements mêmes, un troisième lien plus coûteux n’a pas fini de s’attirer des critiques. Le gouvernement Legault convaincra-t-il Ottawa d’en payer une partie ? Sinon, misera-t-il sur un péage, comme l’a laissé entendre le ministre des Transports, François Bonnardel ? « On va répondre aux sceptiques dans la prochaine année », a déclaré récemment le ministre en entrevue.

Isabelle Porter  

 

Le défi de l’environnement

Sans se transformer « en géant vert » qui n’aime pas l’économie — ce qu’elle avait reproché à Philippe Couillard en 2016 —, la CAQ veut faire de 2020 « l’année de l’environnement ». Le gouvernement dévoilera cette année son Plan d’électrification et de changements climatiques qui permettra, selon lui, au Québec d’atteindre sa cible de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030. Le ministre Benoit Charette veut aussi prendre le contrôle du Fonds vert (PL44), dont les revenus proviennent du système de plafonnement et d’échanges de droits d’émission de GES. Il fera aussi connaître un plan sur la consigne des bouteilles de verre et de plastique. Le premier ministre François Legault participera à la 26e Conférence internationale sur le climat à Glasgow, en Écosse, en novembre 2020, soit au lendemain des élections présidentielle et législatives aux États-Unis. « Ça va être très important, comme la COP à Paris l’avait été », a-t-il dit.

Marie-Michèle Sioui et Marco Bélair-Cirino

 

Plusieurs chantiers en éducation

Les élections scolaires passeront à la trappe de l’histoire, dans le réseau francophone du moins, si le ministre Jean-François Roberge parvient à faire adopter le projet de loi 40 par l’Assemblée nationale. Le gouvernement poursuivra le déploiement des classes de maternelle 4 ans, au coût moyen de 800 000 $ chacune, en ouvrant 350 classes de plus à temps pour la rentrée 2020. Ce faisant, il lancera un chantier de mise à niveau des infrastructures scolaires en édictant sa nouvelle vision des « écoles de demain » — qui ne passeront toutefois pas par des concours d’architecture, comme il l’avait promis auparavant. Les négociations (déjà tendues) entre les enseignants et le Conseil du trésor se dérouleront en filigrane, tandis que le ministre surveillera du coin de l’oeil la Commission scolaire English-Montréal, mise sous tutelle partielle en novembre en raison de problèmes de gouvernance.

Marie-Michèle Sioui et Marco Bélair-Cirino

 

MONTRÉAL

Publisac et stade de baseball

Sur la scène municipale à Montréal, plusieurs dossiers devraient retenir l’attention en 2020. Parmi eux, le règlement pour une métropole mixte en matière d’habitation, surnommé « 20-20-20 », qui sera officiellement adopté dans les mois à venir. Auparavant, l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM) publiera ses recommandations à ce sujet. Le rapport de l’OCPM sur le secteur Bridge-Bonaventure est aussi attendu en 2020. L’organisme devra alors se prononcer sur la question du projet controversé de nouveau stade de baseball. L’administration de Valérie Plante, qui entame la troisième année de son mandat, présentera également son règlement visant à interdire les contenants de styromousse et de plastique à usage unique et celui sur le Publisac. Elle dévoilera aussi son plan sur le climat et sa stratégie pour rendre Montréal carboneutre en 2050.

Jeanne Corriveau   

Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Valérie Plante

ÉCONOMIE

De surplus en surplus

Les coffres débordent, la croissance surpasse largement celle du Canada et le poids de la dette dans l’économie ne cesse de diminuer. Qui aurait cru que le Québec serait en aussi bonne posture en fin de décennie ? La croissance ralentira un peu cette année, quoique le gouvernement Legault prévoie quand même de boucler son exercice 2019-2020 avec un excédent de 4 milliards, avant le versement de 2,7 milliards au Fonds des générations. Mais attention. Si certains parlent d’une accalmie, l’économiste David Rosenberg a récemment affirmé, en citant l’endettement des ménages, que la probabilité d’une récession dans l’économie canadienne est de 80 %. Il faudra aussi surveiller les négociations avec le secteur public, note Pier-André Bouchard St-Amant, professeur à l’École nationale d’administration publique (ENAP). Et Québec pigera dans ses poches pour ramener le tarif unique en CPE. « Pour le premier budget, « ils l’ont eu facile », entre guillemets. […] Il faudra voir comment ils vont commencer à manoeuvrer dans un contexte où ils ont un petit peu moins d’argent. »

François Desjardins  

 

Les incertitudes incertaines

Une guerre commerciale ne semble jamais bien loin, à tel point qu’on peut se demander si la menace est temporaire ou carrément permanente. « Est-ce que le niveau de l’incertitude va baisser ? » lance François Dupuis, économiste en chef du Mouvement Desjardins, quand on lui demande ses prévisions pour 2020. L’année 2019 a été marquée par un ralentissement mondial de la croissance économique, conséquence des tensions entre Washington et Pékin. Faut-il croire que la première phase d’une entente sino-américaine, annoncée mi-décembre, permettra de tourner la page ? Peut-être. Mais les sursauts du président américain sont peu prévisibles. D’autant que l’année 2020 sera marquée par l’élection présidentielle en novembre et l’interminable campagne qui la précédera. Ajoutez le chapitre du Brexit et la boule de cristal s’embrouille encore plus.

François Desjardins

Photo: Andrew Harnik Associated Press Donald Trump

Le nouveau facteur

Les changements climatiques jouent déjà un rôle dans l’économie, ne serait-ce qu’en raison du coût qui accompagne les désastres naturels. Est-il temps que les gouvernements en tiennent finalement compte dans leurs budgets ? C’est ce qu’ont récemment demandé des groupes d’écologistes au gouvernement fédéral. « Même dans les prévisions économiques, on commence à se poser des questions pour voir comment on va faire ça », explique François Dupuis, économiste en chef au Mouvement Desjardins. La Banque du Canada a récemment signalé, de son côté, qu’elle réfléchit à ce que signifient les changements climatiques sur l’inflation et la croissance. Sans compter la demande pour les hydrocarbures, qui influence le cours du pétrole. L’or noir influence à son tour le cours du dollar canadien, qui influence à son tour des secteurs complets de l’économie du pays…

François Desjardins  

 

JUSTICE

Appel de la peine d’Alexandre Bissonnette

L’appel de la peine d’Alexandre Bissonnette, l’auteur de la tuerie au Centre culturel islamique de Québec (CCIQ), sera entendu le 27 janvier, soit près de trois ans après qu’il a ouvert le feu sur des fidèles réunis pour la prière. L’homme de 29 ans a écopé de la prison à vie sans possibilité de libération avant 40 ans, ce qui est la peine la plus sévère à avoir été imposée au Québec. Il a plaidé coupable de meurtres prémédités de six hommes et de tentatives de meurtre sur une quarantaine d’autres fidèles le soir du 29 janvier 2017. En le condamnant, le juge François Huot s’était positionné entre la défense, qui demandait seulement 25 ans, et la Couronne, qui réclamait une peine cumulative de 150 ans. Le magistrat avait dû modifier la loi, car celle-ci ne lui permettait d’imposer une peine que par blocs de 25 ans, ce qu’il estimait inconstitutionnel.

Améli Pineda

 

Dossier de la fillette de Granby

Les procédures judiciaires contre le père et la belle-mère de la fillette de Granby, décédée à la suite des blessures qu’elle aurait subies en étant ligotée et séquestrée, se poursuivront en février. La belle-mère de l’enfant, qui est accusée de meurtre non prémédité et de séquestration, subira son enquête préliminaire les 24 et 25 février. Le père, accusé de négligence ayant causé la mort, d’abandon d’enfant et d’avoir omis de fournir les choses nécessaires à la vie, sera de retour au tribunal le 24 février. Rappelons que celui-ci a pu être libéré en attendant son procès. L’indignation provoquée par le décès de la fillette, qui était connue de la Direction de la protection de la jeunesse, a mené à la création d’une commission spéciale sur le droit des enfants dont les travaux sont en cours jusqu’au printemps. Le rapport final devrait être publié au mois de novembre 2020.

Améli Pineda

 

L’après-#MoiAussi

Trois ans après la vague de dénonciations #MoiAussi se tiendront les procès de l’ancien animateur Éric Salvail et de l’ex-magnat de l’humour Gilbert Rozon. Accusé d’agression sexuelle, de harcèlement et de séquestration, M. Salvail sera jugé au palais de justice de Montréal du 17 au 20 février. Quant à M. Rozon, la date de son procès n’a pas encore été fixée. Une audience est prévue le 7 janvier pour déterminer la suite des procédures. Parallèlement, M. Rozon est aussi ciblé au civil par une action collective de l’association Les Courageuses, qui regroupent une vingtaine de présumées victimes. Celles-ci lui réclament 10 millions de dollars en dommages punitifs seulement. Une décision de la Cour d’appel est attendue, puisque M. Rozon a contesté l’autorisation de l’action obtenue par le groupe.

Améli Pineda  

Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gilbert Rozon

MONDE

Brexit

2020 sera-t-elle l’année qui marquera finalement le divorce entre le Royaume-Uni et l’Union européenne ? Après avoir été reportée à trois reprises, l’adoption finale du Brexit est prévue le 9 janvier pour une séparation le 31 janvier. Au cours des quatre dernières années, le Brexit a été marqué par deux élections, la démission de deux premiers ministres, d’interminables négociations avec les Européens et des luttes acrimonieuses entre les partis politiques et au sein de ces derniers.

Améli Pineda  

Photo: Leon Neal Agence France-Presse Boris Johnson

Indépendance

L’indépendance sera célébrée dans plusieurs pays du globe. Le 1er janvier a marqué le soixantième anniversaire de l’indépendance du Cameroun. Au cours de l’année, 16 autres pays africains fêteront aussi leurs 60 ans de souveraineté. Au coeur du Pacifique, la Nouvelle-Calédonie tiendra de son côté un deuxième référendum sur l’indépendance en septembre prochain. Ce territoire français d’outre-mer avait déjà tenu un vote en novembre 2018, lors duquel 56,9 % des électeurs avaient voté pour demeurer un territoire français.

Améli Pineda

 

Élections législatives à Hong Kong

Théâtre de la plus importante crise depuis sa rétrocession à Pékin en 1997, Hong Kong se prépare à des élections législatives qui se tiendront en septembre. En novembre dernier, le camp jaune des candidats prodémocratie a remporté une importante victoire contre le camp bleu, pro-Pékin, lors des élections locales. La dernière année a été marquée par des affrontements pour s’opposer à une loi qui aurait permis d’extrader des Hongkongais vers la Chine continentale, loi qui a finalement été retirée. Les protestataires ont, depuis, ajouté quatre autres demandes, dont l’extension du suffrage universel. Contrairement aux élections locales, la moitié des 70 membres du conseil législatif est élue au suffrage universel, tandis que l’autre moitié est désignée par des groupes d’intérêts économiques favorables à Pékin.

Améli Pineda  

 

Sports

Andreescu numéro 1 mondiale ?

On peut rêver. Passée, en un an, du 152e rang au 4e rang mondial, Bianca Andreescu poursuivra-t-elle en 2020 son ascension jusqu’au sommet du classement féminin en simple ? La jeune joueuse de Mississauga serait la première à réussir l’exploit au Canada, son compatriote Milos Raonic (aujourd’hui 31e à 29 ans) n’ayant pu faire mieux que le 3e rang chez les hommes en 2016. Elle n’est toutefois pas la seule qu’il faudra suivre de près, les parcours non moins fulgurants de Félix Auger-Aliassime (21e à 19 ans), de Denis Shapovalov (15e à 20 ans), de Gabriela Dabrowski (8e en double à 27 ans) et de Vasek Pospisil (149e à 29 ans) promettant aussi bien de belles choses.

Éric Desrosiers   

Photo: Johannes Eisele Agence France-Presse Bianca Andreescu

Des jeux (presque) paritaires

Les XXXIIe Olympiades de l’ère moderne se tiendront du 24 juillet au 9 août cette année à Tokyo, au Japon. Les femmes devraient y constituer 48,8 % des athlètes participants, contre 45 % aux derniers Jeux de Rio et seulement 26 % à Séoul en 1988. Fortes de 16 des 22 médailles remportées la dernière fois, les athlètes féminines devraient encore une fois porter l’équipe canadienne sur leurs épaules, notamment en natation, en plongeon et en volleyball de plage. Le sprinteur Andre De Grasse essaiera de répéter ses exploits de Rio, mais il aura de la concurrence, entre autres de son compatriote Aaron Brown. Plusieurs disciplines feront leur entrée aux Jeux, dont le surf, l’escalade et la planche à roulettes.

Éric Desrosiers   

 

En attendant la Coupe du monde

À défaut de Coupe du monde, les amateurs de soccer se passionneront cette année pour le championnat européen, qui se tiendra pour la première fois de son histoire dans 12 pays. L’Euro 2020 commencera sur les chapeaux de roues, le hasard ayant voulu que le tenant du titre, le Portugal, soit dans le même groupe que les gagnants de la dernière Coupe du monde, la France, et de la précédente, l’Allemagne. À en croire les parieurs, l’Angleterre, la Belgique et l’Espagne seraient aussi à surveiller. Le premier coup de sifflet du tournoi se fera entendre à Rome le 12 juin et le dernier, au stade de Wembley, à Londres, le 12 juillet.

Éric Desrosiers

 

Inaccessibles séries éliminatoires

Tout n’est pas perdu, mais le Canadien accuse déjà du retard dans sa course pour une place en séries éliminatoires cette saison. Bien pourvue en jeunes talents en développement, l’équipe de hockey montréalaise doit se débrouiller avec une formation de milieu de peloton au jeu rapide, mais inconstant. S’il fallait que le club, dont la 24e et dernière conquête de la coupe Stanley remonte à 1993, rate encore cette saison les séries, ce serait la troisième fois consécutive, ce qui ne s’est vu qu’à deux reprises dans son histoire et porterait à cinq ans une séquence où elle n’a pu faire mieux qu’une participation en première ronde éliminatoire en 2017.

Éric Desrosiers
 

Consultez la suite du dossier