De jeunes Canadiens insensibles aux risques du cannabis au volant

Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal de la CAA, affirme que certains jeunes sont encore portés à penser que le cannabis n’altère en rien leurs facultés de conduite.
Photo: Oleg Malyshev Getty Images Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal de la CAA, affirme que certains jeunes sont encore portés à penser que le cannabis n’altère en rien leurs facultés de conduite.

Un quart des jeunes Canadiens âgés de 18 à 34 ans auraient déjà conduit après avoir consommé du cannabis ou été passagers dans un véhicule dont le conducteur avait les facultés affaiblies par le cannabis.

Cette donnée inquiétante est contenue dans une nouvelle enquête publiée vendredi par l’Association canadienne des automobilistes (CAA), qui croit nécessaire d’accroître la sensibilisation du public à ce sujet.

D’après cette même enquête, 86 % des jeunes Canadiens reconnaissent qu’il est important de prévoir d’autres moyens de rentrer à la maison lorsqu’ils consomment de l’alcool, mais 70 % d’entre eux croient en l’importance d’en faire autant quand ils prennent du cannabis.

Jeff Walker, gestionnaire stratégique principal de la CAA, observe que les résultats de cette enquête sur les attitudes et les perceptions révèlent un manque de sensibilisation. Il affirme que certains jeunes sont encore portés à penser que le cannabis n’altère en rien leurs facultés de conduite.

M. Walker rappelle que, même si les effets du cannabis et de l’alcool sur la conduite diffèrent, les réflexes s’en trouvent ralentis dans les deux cas, ce qui risque d’entraîner des accidents, voire des décès.

« Si vous consommez du cannabis pendant les Fêtes, ne conduisez pas. Prévoyez d’autres moyens de rentrer chez vous, comme vous le feriez pour l’alcool », fait valoir M. Walker.

Résultats similaires

Un peu plus du cinquième de tous les répondants au sondage en ligne ont déclaré qu’ils avaient déjà conduit après avoir consommé du cannabis ou été passagers dans un véhicule dont le conducteur avait les facultés affaiblies par le cannabis.

Les résultats sont similaires à ceux d’un sondage fédéral effectué il y a un peu plus de deux ans, avant que les libéraux de Justin Trudeau légalisent le cannabis et lancent des campagnes de sensibilisation sur les dangers de la conduite avec les facultés affaiblies par la drogue.

Avant la légalisation de l’année dernière, le sondage fédéral révélait qu’un peu plus du quart — 28 % — des répondants disaient avoir conduit un véhicule après avoir consommé du cannabis.

Plus d’un tiers des personnes interrogées dans la même enquête indiquaient avoir été un passager dans une voiture où le conducteur avait fait usage du cannabis.

Parmi les répondants à l’enquête fédérale qui avaient dit avoir conduit après avoir fait usage du cannabis, 17 % estimaient que conduire après avoir consommé du cannabis ne posait aucun risque.

Dans l’enquête commandée par CAA, 15 % des répondants ont déclaré qu’un conducteur qui avait consommé du cannabis était aussi à l’aise au volant ou même encore mieux disposé à conduire.

Cette enquête repose sur un sondage Léger qui a été mené du 27 novembre au 4 décembre derniers auprès de 1517 Canadiens. Un échantillon probabiliste de même taille aurait conduit à une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 %, 19 fois sur 20.