Réveillon à couteaux tirés

Les retrouvailles permettent aussi de renouer avec les «travers» des autres membres de notre famille.
Photo: iStock Les retrouvailles permettent aussi de renouer avec les «travers» des autres membres de notre famille.

Même si on dépeint traditionnellement le temps des Fêtes comme une occasion de réjouissances en compagnie de nos proches, cette période est aussi particulièrement propice aux frictions et aux conflits familiaux, voire aux ruptures amoureuses. Le Devoir a discuté du sujet avec trois experts.

Des membres d’une même famille qui se crient des insultes autour de la table du réveillon, des proches qui en viennent à ne plus jamais se voir à Noël, des enfants qui décident de ne plus passer le temps des Fêtes avec leurs parents, et tant d’autres qui vivent cette période comme un véritable calvaire…

Les exemples de tensions ou de conflits familiaux qui se manifestent ou s’exacerbent à cette période de l’année théoriquement consacrée aux retrouvailles et à la célébration ne sont absolument pas l’exception, soutient Marc-Simon Drouin, professeur au Département de psychologie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

« Pour plusieurs familles, c’est effectivement un temps de réjouissances. Mais ce ne sont pas toutes les familles qui vont bien, donc lorsqu’on décide que la famille doit se retrouver ensemble, tous les conflits et les tensions peuvent ressurgir. Le cocktail peut être explosif pour les conflits », explique-t-il.

« C’est donc une période qui est très propice aux chicanes de famille, ajoute M. Drouin. Les gens n’ont pas nécessairement choisi de se retrouver à cette période. Ils sont mis en contact les uns avec les autres, alors que si on leur avait demandé individuellement leurs souhaits, ça n’aurait pas été nécessairement le cas. Ce n’est pas une fête où on choisit nos invités et où on choisit les gens avec qui on souhaite être en contact. Ce sont souvent des moments où il y a une sorte de prescription pour les invitations. »

Même son de cloche du côté de Chiara Piazzesi, professeure au Département de sociologie de l’UQAM.

« Ce moment censé être marqué par la sérénité, l’harmonie et le bonheur est en fait marqué par beaucoup de stress et d’obligations. Nous avons des obligations de faire certaines choses à certains moments, mais aussi de dépenser des ressources en argent, en temps et en conversations ritualisées. On doit aussi voir des gens qu’on ne voudrait pas nécessairement voir et à qui on n’a pas forcément quelque chose à dire, au-delà des formalités, même si ce sont des membres de notre famille. »

Cette communication parfois pénible peut être rendue encore plus compliquée en raison des conflits qui surgissent ou perdurent dans les familles, selon le psychologue Marc-Simon Drouin.

« Les enjeux d’héritages, les secrets ou les non-dits dans les familles peuvent provoquer des tensions. Si tout le monde sait qu’il y a un éléphant dans la pièce, ça peut susciter des situations tendues. Et dans toutes les familles, il y a des sujets plus délicats. Ajoutez l’alcool à cela et on peut se retrouver à régler des comptes autour de la table de Noël. »

La chose est d’autant plus vraie que les retrouvailles permettent aussi de renouer avec les « travers » des autres membres de notre famille.

« C’est une période qui devrait être teintée de générosité et d’ouverture. Mais certains ne sont pas capables de faire ça. Ça peut faire ressortir la mesquinerie, l’avarisme ou le côté contrôlant de certains. Et ceux qui n’ont pas d’empathie n’en auront pas plus le jour de Noël », fait valoir M. Drouin.

En plus des sources de discorde propres aux dynamiques familiales, les débats sur des sujets d’actualité peuvent provoquer des conflits, explique la psychologue Rachida Azdouz.

« À une certaine époque, au Québec, le sujet sensible était celui de la question nationale. Mais aujourd’hui, on peut imaginer le même genre de situation délicate s’il est question de religion, de laïcité, d’homosexualité, des enjeux de genre ou encore de Greta Thunberg », souligne celle qui a publié cette année le livre Pas de chicane dans ma cabane, où elle traite justement de l’importance du débat dans une société comme le Québec.

Le théâtre de Noël

Mme Piazzesi et M. Drouin soulignent par ailleurs que le temps des Fêtes oblige plusieurs personnes à retourner jouer leur « rôle » au sein de l’unité familiale, alors que celui-ci ne leur convient plus nécessairement.

« C’est une période où il se construit un grand théâtre, une grande représentation sociale où tout un chacun doit reprendre son rôle dans sa famille, ce qui peut signifier de retomber dans des crispations et des dynamiques qu’on déteste. On peut penser aux parents qui nous font retourner en enfance, aux grands-parents qui nous traitent comme si on avait cinq ans ou les grandes soeurs et les grands frères qui décident de rejouer leur rôle », illustre Chiara Piazzesi, spécialiste de la sociologie des émotions.

« Bref, c’est une représentation théâtrale qu’on déteste de la vie familiale, parce qu’on doit jouer à la famille parfaite, même si on ne le veut pas. On doit donc se conformer à des attentes qui peuvent être pas mal lourdes et contraignantes », ajoute-t-elle.

Au-delà de cette idéalisation de la structure familiale, il existe également une image idéalisée de ce que peut représenter Noël. Le discours publicitaire et médiatique, mais aussi plusieurs films articulés autour de la thématique du temps des Fêtes vont dans ce sens en décrivant des moments de grand bonheur et de joie continue et spontanée. « Il y a beaucoup de publicités qui nous renvoient une image dans laquelle tout le monde est heureux et tout se passe bien. Nous sommes donc constamment confrontés au fait qu’on ne peut pas en faire autant, que nous ne sommes pas à la hauteur des attentes », explique Chiara Piazzesi.

Pour tenter d’éviter d’envenimer les conflits ou les irritations qui perdurent dans le temps, Marc-Simon Drouin conseille de trouver un autre moment que celui des Fêtes pour discuter des situations frustrantes au sein d’une famille. « Le temps des Fêtes n’est pas le temps de régler des choses et de faire des révélations. Il faut le faire dans un autre contexte, en prenant le temps. »

Liste noire des sujets à éviter 2019

Au-delà des problèmes propres à chaque famille, quels seraient les sujets à éviter durant les Fêtes si l’on souhaite se tenir loin de toute chicane ? Ou, à l’inverse, de quoi faudrait-il parler pour dynamiser un réveillon ennuyant ?

Tout est fonction du groupe d’invités, bien sûr. Mais selon un sondage maison mené par Le Devoir lors d’une réunion de production, il semble qu’évoquer la mission et les actions de Greta Thunberg pour le climat pourrait justement altérer celui de votre party. La jeune militante suédoise suscite un fort courant de sympathie et d’admiration à travers le monde, mais elle est aussi la cible d’innombrables attaques sur les réseaux sociaux.

À l’échelle québécoise, la députée solidaire Catherine Dorion a provoqué plus de controverses que n’importe quel autre de ses collègues cette année — volontairement ou pas. Parlez de son coton ouaté, du décorum à l’Assemblée nationale (ou, pour élargir le tableau, du décorum en général dans la vie), du troisième lien à Québec, de son déguisement d’Halloween ou du droit de posséder une voiture quand on est écolo : peu importe, les passions s’attiseront. Et peut-être encore un peu plus si vous demandez à vos convives s’ils pensent, comme la chroniqueuse Denise Bombardier, que Mme Dorion est une « égérie sulfureuse de la gauche déjantée et féministe ».

Le retour éventuel de Jean Charest en politique pourrait aussi mettre du piquant dans les conversations. Les « pour » évoqueront son expérience, sa connaissance du Canada, son sens de l’unité nationale et son habileté politicienne. Les « contre » prononceront des mots comme « enquête Mâchurer », Printemps érable ou « réingénierie de l’État » (pour un public plus niché) afin de rappeler des épisodes plus controversés de sa carrière.

Les questions entourant la Loi sur la laïcité du gouvernement Legault ne manquent pas de piquant non plus. On sait que le premier ministre estime qu’« au Québec, c’est comme ça qu’on vit ».

On sait aussi que d’autres pensent précisément le contraire. Par la bande — l’interdiction de porter des signes religieux s’appliquant aux enseignants des écoles publiques, mais pas à ceux du réseau privé —, le débat peut aussi s’étendre au milieu de l’éducation et au système public, une autre bonne source d’avis divergents.

Parmi les autres dossiers défendus par le gouvernement Legault, les questions du rehaussement de l’âge légal pour consommer du cannabis (21 ans — comme le disait le ministre Lionel Carmant, le cannabis est peut-être « légal, mais ce n’est pas banal ») ou de la réforme de l’immigration (avec son « attestation d’apprentissage des valeurs démocratiques et des valeurs québécoises ») pourraient révéler des visions opposées.

En culture, puisque le débat sur l’appropriation culturelle semble s’être calmé, la sortie récente du dernier chapitre de la saga Star Wars (L’ascension de Skywalker) donnera du grain à moudre aux innombrables spécialistes de cette multi-trilogie. Ceux que cette discussion entre la Force et l’Empire ennuiera pourraient peut-être discuter, en aparté, des vertus du végétalisme ? Ou de la saison du Canadien ? Ou du transgenrisme ? En toute chose, beaucoup de plaisir assuré.

Guillaume Bourgault-Côté


À voir en vidéo