La «SNC-Lavalin University», «une idée de génie»

Le fils du dictateur Mouammar Kadhafi, Saadi Kadhafi, en 2003
Photo: Fethi Belaid Agence France-Presse Le fils du dictateur Mouammar Kadhafi, Saadi Kadhafi, en 2003

Pendant une décennie, SNC-Lavalin a déroulé le tapis rouge à la famille du dictateur Mouammar Kadhafi dans l’espoir « de gagner des projets » en Libye. Le Devoir dresse la genèse de ce qui était qualifié « d’idée de génie » : la création de la « SNC-Lavalin University », une formation sur mesure destinée à Saadi Kadhafi.

« C’était en 2007 ou 2008. Jacques Lamarre me voit dans le corridor et il me dit : “Ça te tentes-tu de venir souper avec Saadi Kadhafi et Riadh Ben Aïssa au Club Mont-Royal ?” », a témoigné Gilles Laramée, ex-vice-président finances de SNC-Lavalin.

Ce témoignage, livré à l’automne 2018 lors de l’enquête préliminaire de la firme montréalaise, était frappé par une ordonnance de non-publication. Il est désormais possible de le rapporter, puisque la firme a plaidé coupable mercredi à une accusation de fraude envers l’État libyen.

M. Laramée a détaillé devant le juge Claude Leblond la mise en place de cette « université » exclusivement destinée au troisième fils du dictateur libyen.

Au cours de ce souper, M. Laramée a appris que Saadi Kadhafi voulait suivre « un cours de formation de virement professionnel » à l’Université Western, en Ontario.

C’était comme faire une brochure marketing dans l’espoir de gagner des projets

 

« La grande idée de génie que j’ai eu, c’était que [SNC-Lavalin] puisse lui faire cette formation-là », a-t-il expliqué. Jacques Lamarre n’a toutefois pas partagé le même enthousiasme face à son projet, a souligné M. Laramée. « Je regrettais à ce moment-là d’avoir eu cette idée, que je qualifiais de géniale », a-t-il admis.

Trois semaines plus tard, le grand patron de SNC-Lavalin aurait finalement changé d’avis et lui a donné le feu vert pour créer la « SNC-Lavalin University ».

Aux yeux de l’ancien v.-p. finances, l’objectif était clair. « C’était comme faire une brochure marketing dans l’espoir de gagner des projets », a-t-il illustré.

Ainsi, avec l’aide du service de relations publiques, M. Laramée a élaboré une formation maison de 45 jours.

Plusieurs employés ont été mis à contribution, dont l’ancien vice-président de la division internationale de SNC-Lavalin, Michael Novak.

« On avait entendu dire que [Mouammar] Kadhafi trouvait que son fils passait trop de temps à ne pas faire grand-chose […] », a raconté M. Novak, qui a également témoigné dans le cadre de l’enquête préliminaire.

Si on se fie à son témoignage, ils étaient plusieurs à partager l’engouement de M. Laramée d’être les mentors du fils du dictateur libyen.

« Personnellement, j’étais bien content de lui donner un cours parce que je me suis dit : si je peux aider quelqu’un qui est un peu en détresse, lui apprendre un peu, et puis peut-être refaire sa vie, je suis bien content de le faire », a fait valoir M. Novak devant le juge Leblond. Avertissant qu’il allait se vanter un peu, M. Novak a souligné qu’à l’époque, il était l’expert en partenariat public-privé.

Comptabilité et finances, droit des employés et code d’éthique, meilleures pratiques municipales, relations avec les médias, plus d’une vingtaine de cours avaient été prévus pour Saadi Kadhafi selon des documents exposés devant le tribunal.

L’emballement a même fini par gagner le président Lamarre, qui a envoyé en mars 2008 un courriel à plusieurs employés et personnalités afin de les inviter à offrir un cours à Saadi Kadhafi.

« J’aimerais vous demander de participer à une session spéciale de six semaines […] sur un programme […] de l’Université SNC-Lavalin pour Saadi Kadhafi, un ingénieur civil qui souhaite apprendre le plus possible sur les affaires, la gestion, la finance et l’économie », a écrit M. Lamarre, selon un extrait de courriel déposé en cour.

Parmi les formateurs approchés par M. Lamarre se trouvait notamment l’ancien premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui était à l’époque ministre de la Santé.

Dans une entrevue accordée au Devoir, M. Couillard a confirmé avoir offert un exposé d’une vingtaine de minutes à Saadi Kadhafi.

« On a parlé de santé, de soins de première ligne, de prévention, mais, écoutez, j’avais très peu d’écoute ; je me suis rapidement rendu compte que ça n’intéressait pas vraiment monsieur », a-t-il expliqué.

« Je ne suis pas heureux que mon nom s’y retrouve, mais, à l’époque, je l’ai fait dans une bonne intention », a-t-il ajouté. M. Couillard a également précisé qu’il n’a pas été rémunéré pour sa participation au programme.

Devant le tribunal, M. Laramée a lui aussi admis qu’avec le recul, il n’éprouve plus autant de fierté d’avoir créé cette « université ».

« C’est quelque chose que je pensais pouvait être utile […] je l’ai qualifiée comme étant géniale. Aujourd’hui [je ne trouve plus] que c’était une idée géniale », a-t-il dit devant le juge Leblond.

Bien que son nom soit ressorti dans les nombreux témoignages livrés devant la cour, Jacques Lamarre est jusqu’ici demeuré plutôt silencieux sur son rôle dans la relation avec Saadi Kadhafi. Au moment où ces lignes étaient écrites, M. Lamarre n’avait pas donné suite aux appels du Devoir.

 
 

Une version précédente de cet article, qui indiquait erronément que Jacques Lamarre avait invité des employés de SNC-Lavalin et des personnalités à offrir des cours à Saadi Kadhafi en 2018, a été corrigée.


 
8 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 20 décembre 2019 03 h 48

    Des pieds...

    On en fait des pieds et des mains pour ramasser des millions!
    «si je peux aider quelqu’un qui est un peu en détresse, lui apprendre un peu, et puis peut-être refaire sa vie, je suis bien content de le faire » -Novak.
    Ouais, ils ne font pas ça pour aider les parresseux moins riches.

  • Bernard LEIFFET - Abonné 20 décembre 2019 07 h 33

    Pas pire la magouille, à quand la prochaine?

    Ce qui est dommage, c'est que l'information a été cachée des citoyens! Voilà comment fonctionnent nos gens riches et célèbres(?)! Bref, la justice peut tout faire sans problème, le politique aussi! Ce qui explique le cynisme des citoyens qui ne savent plus pour qui voter! Simultanément,on reçoit des informations bouche-trou à tire-larigot pendant que se trament des desseins à faire frémir mêmes les plus endurcis!
    Avec une telle fourberie qui auréole nos politiciens, le pouvoir politique n'est que de la frime en regard de la cupabilité de gestes posés par ceux-là qu'on désigne comme nos dirigeants! Les commissions, les enquêtes, etc., grugent du temps, de l'argent, le nôtre en particulier! Mais quand on est riche tout s'efface, comme avec l'affaire SNC-Lavalin!
    Pour faire diversion en politique, voilà que monsieur les deux mains sur le volant se pointe à l'horizon! Encore de quoi s'interroger non pas sur ses projets, mais plutôt sur les jeux de coulisse, ceux d'un Dominion usé par les malices des uns et des autres!
    Hreureusement que le Père Noël ne mange pas de ce pain-là! Joyeuses fêtes à tout le monde.

  • Josée Duplessis - Abonnée 20 décembre 2019 07 h 59

    Pourquoi un cours sur le système de santé? Pour vrai?

    ''un ingénieur civil qui souhaite apprendre le plus possible sur les affaires, la gestion, la finance et l’économie ''
    Sur les affaires, la gestion et l'économie....Ils n'ont pas nommé le système de santé.
    Est-ce que l'on nous dit toute la vérité?

  • Gilles Théberge - Abonné 20 décembre 2019 09 h 37

    Relever toutes les incohérences qu'il y a dans les propos rapportés dans cet article nécessitarait, entre les fous rires, ou les rires d'idignation, des heures et des heures et des heures de plaisir.

    Comme disait feu Stéphane Frédéric Hessel : Sapristi, mais « Indignez-vous » !

    Ce à quoi je serais tenté d'ajouter, un chapitre de vocabulaire religieux, si je n'était en bonne compagnie, au Devoir. Vous avez vu, je me retiens.

    Ah mon dieu, les larmes de crocodile, que c'est beau, que... c'est... beau !

    Et après avoir débité toutes ces âneries, comme d'habitude, il ne se passera plus rien...

    Moi c'est ça qui me fout les boules.... Grrrr!

  • Michel Barbeau - Inscrit 20 décembre 2019 09 h 43

    Novak

    « Personnellement, j’étais bien content de lui donner un cours parce que je me suis dit : si je peux aider quelqu’un qui est un peu en détresse, lui apprendre un peu, et puis peut-être refaire sa vie, je suis bien content de le faire », a fait valoir M. Novak devant le juge Leblond.» 

    M. Novak est bien le mari de Kathleen Weil actuelle député du PLQ ?