Se souvenir du 6 décembre, d’une génération à l’autre

Catherine Bergeron (dont on voit les mains sur la photo) a perdu sa soeur Geneviève Bergeron dans la tuerie.
Photo: Valérian Mazataud Le Devoir Catherine Bergeron (dont on voit les mains sur la photo) a perdu sa soeur Geneviève Bergeron dans la tuerie.

Elles n’étaient pas encore nées le 6 décembre 1989, lorsque 14 femmes sont décédées sous les balles de Marc Lépine à Polytechnique. La tragédie leur a pourtant enlevé une tante qu’elles ne connaîtront jamais et marqué la société dans laquelle elles ont grandi. Trente ans plus tard, des nièces de victimes racontent l’importance de ne jamais oublier cette tragédie.

« C’est un événement insensé dans lequel on a perdu 14 filles prometteuses, mortes juste parce que c’étaient des femmes et qu’elles étudiaient en génie. Ça ne peut pas tomber dans l’oubli », lance au bout du fil Marjolaine Ouimet, la nièce de Geneviève Bergeron, l’une des victimes de l’attentat antiféministe perpétré il y a trois décennies.

Âgée de seulement 18 ans, Marjolaine Ouimet n’a jamais eu la chance de rencontrer sa tante. Elle a pourtant l’impression de la connaître par coeur.

« Ma mère en parle depuis que je suis toute petite et il paraît même que je lui ressemble beaucoup », raconte la cégépienne, une pointe de fierté dans la voix.

C’est d’ailleurs grâce à sa tante qu’elle est devenue féministe, dit-elle. « Ça m’a ouvert les yeux très vite, je me suis posé des questions bien plus rapidement que d’autres filles sur la place des femmes dans la société et l’égalité entre les sexes ».

Chaque année, depuis son plus lointain souvenir, elle arbore fièrement le ruban blanc à l’approche du 6 décembre et ne manque jamais les commémorations organisées en hommage aux victimes. « J’ai peur que la société oublie. J’ai peur moi-même un jour d’oublier. Alors je m’implique ».

Depuis trois ans, c’est elle qui récite les noms de chacune des 14 victimes pendant que les faisceaux lumineux éclairent un à un le ciel au-dessus du mont Royal le 6 décembre. Elle fait ça pour soutenir sa famille, mais aussi toutes les femmes du Québec car « rien n’est acquis ».

La douleur de son père

Zoé Turcotte, 24 ans, s’est aussi fait une image de sa tante, Annie Turcotte, grâce aux photos accrochées dans sa maison et aux histoires que sa famille lui raconte depuis sa tendre enfance.

Les circonstances de sa mort n’ont jamais été un tabou, mais elle a mis du temps avant de s’y intéresser. Ce qu’elle voulait savoir, c’était comment était Annie, de son vivant. « Je posais toujours plein de questions sur elle, ce qu’elle faisait, ce qu’elle aimait. C’est comme si je ne réalisais pas que sa mort faisait partie d’un tout, d’un événement tragique devenu historique ».

C’est à 20 ans, l’âge auquel sa tante est morte, que la réalité l’a frappée.

« Jusqu’ici je vivais de la peine surtout parce que je voyais la douleur de mon père qui avait perdu sa soeur. Mais, à 20 ans, j’ai compris soudainement à quel point Annie était jeune quand elle est partie, qu’elle avait à peine pu profiter de la vie. Je me suis mise à imaginer que ça pouvait m’arriver demain à moi aussi », confie Zoé Turcotte.

Vendredi, elle se rendra au mont Royal pour admirer les faisceaux lumineux traverser le ciel à l’appel des noms des victimes. Si elle le fait surtout pour son père et sa grand-mère — et bien sûr pour rendre hommage à sa tante — elle assure prendre chaque année un peu plus la mesure de la tragédie.

La jeune femme comprend que le 6 décembre 1989 a non seulement marqué sa famille, mais aussi toute la société québécoise.

Devoir de mémoire

Pour Luce Des Aulniers, anthropologue et professeure émérite à l’UQAM, les commémorations de tels événements sont « absolument nécessaires » dans une société. Elle note toutefois l’importance de ne pas uniquement rendre hommage aux femmes disparues et de mesurer aussi la dimension historique de la tuerie de Polytechnique.

« C’est notre devoir de mémoire, explique la professeure. Au-delà de la perte de l’être cher, il faut se souvenir de l’événement en soit qui a contribué à façonner notre histoire et l’identité de notre société d’aujourd’hui ».

Mélanie Vachon, professeure au département de psychologie à l’UQAM, partage son opinion. Se souvenir chaque année est un moyen d’éviter que l’histoire se répète.

« On connaît déjà le cours des événements, on n’apprendra rien de nouveau sur ce 6 décembre 1989, assure Mme Vachon. Ce qui est intéressant dans l’exercice, c’est la réflexion qu’on porte sur le drame. On évolue comme société, donc notre analyse de l’acte de Marc Lépine aussi ».

Elle fait ici référence au fait que la tuerie de Polytechnique est maintenant décrite comme un attentat antiféministe ou encore un féminicide. Des mots qu’on n’osait pas employer il y a trente ans, ni même il y a cinq ans.

Pourtant, il a toujours été clair que le tueur a tiré sur ses victimes parce qu’elles étaient des femmes qui prenaient leur place dans la société, rappelle Catherine Bergeron — la mère de Marjolaine Ouimet — qui a perdu sa soeur Geneviève dans la tuerie.

« Ç’a été un choc pour la société, on a fait du déni pour aller mieux, puis on a mis du temps pour faire notre deuil, avant d’être enfin capables de nommer comme il faut », souligne-t-elle.


Commémorations

Plusieurs municipalités du Québec souligneront vendredi à leur manière le 30e anniversaire de la tuerie de Polytechnique. Voici quelques activités de commémoration à retenir.

Le livre Ce jour-là – Parce qu’elles étaient des femmes, de la chroniqueuse Josée Boileau, sera lancé vendredi matin à Montréal. L’ouvrage revient sur l’histoire du mouvement féministe depuis 1969 et dresse le portrait de chacune des victimes. À 9 h, à la Galerie Roland de Polytechnique Montréal

L’Université de Montréal, l’Université du Québec à Montréal et l’Université Laval ont proposé cette année une série d’activités pour rendre hommage aux victimes et aborder la violence faite aux femmes. Un chant collectif interuniversitaire offrira un moment de recueillement à l’Université de Montréal. À 12 h 15, dans la Cour d’honneur du pavillon Roger-Gaudry de l’UdeM.

Les citoyens sont conviés sur le mont Royal pour observer les 14 faisceaux lumineux qui transperceront le ciel à l’appel du nom des victimes. Une minute de silence sera observée, puis les chants d’un chœur viendront clôturer la cérémonie. Pour ce 30e anniversaire, 14 autres universités canadiennes allumeront un faisceau lumineux. 17 h, rassemblement au chalet du Mont-Royal

2 commentaires
  • Clermont Domingue - Abonné 6 décembre 2019 08 h 52

    Marc Lépine.

    Je crois que notre société doit davantage prendre soin de ses jeunes hommes pour éviter qu'ils ne sombrent dans la violence.

  • Samuel Prévert - Inscrit 6 décembre 2019 09 h 09

    Et le père ?

    Je crois que le père du meurtrier, un homme apparemment violent, a joué un rôle dans cette folie. Marc Lépine a d'ailleurs fait changer son nom de famille qui, à l'origine, était celui de Gharbi pour celui de sa mère.

    Il faut continuer à se battre pour faire, aux femmes, la place qui leur revient.