Unies contre le cancer du sein

Pascaline David Collaboration spéciale
Marilyn Bouchard
Photo: Courtoisie Marilyn Bouchard

Ce texte fait partie du cahier spécial Philanthropie

Qui sème une graine fait pousser un arbre… qui grandit parfois plus vite qu’on se l’imaginait ! C’est ce qui est arrivé à la photographe professionnelle Marilyn Bouchard, instigatrice d’Une pose pour le rose, qui invite des femmes à se faire photographier afin de recueillir des fonds pour la Société canadienne du cancer (SCC) et la recherche sur le cancer du sein. La jeune femme est aujourd’hui lauréate du prix Bénévole par excellence, remis par l’Association des professionnels en philanthropie (AFP).

Initialement un projet personnel de petite envergure, l’événement Une pose pour le rose, lancé en 2017 par Marilyn Bouchard, a pris une ampleur inattendue. « Je m’étais donné le défi de photographier 100 femmes en une journée pour une bonne cause, raconte la résidente du Saguenay dont le sujet de prédilection est le portrait. Je n’aurais jamais imaginé que ça tournerait en campagne provinciale avec autant d’argent en jeu. »

Et pour cause, son premier objectif de 3000 $ s’est transformé en une collecte atteignant les 70 000 $ grâce à la participation de 80 photographes à travers la province. Trois ans plus tard, 25 000 visages de femmes ont été immortalisés, et plus de 800 000 $ ont été remis à la SCC.

« Je suis extrêmement fière quand je vois tout le dévouement des bénévoles, des photographes et des participantes après chaque journée de séancesphoto et l’activité que cela crée sur les réseaux sociaux, souligne MarilynBouchard. Je ne m’attendais tellement pas à ça ; c’est fou. »

Passionnée

Artiste dans l’âme, Mme Bouchard a étudié au baccalauréat en design graphique, puis en arts visuels. Celle qui a toujours pratiqué la photographie comme loisir a travaillé un an dans le domaine publicitaire à Montréal pour finalement retourner en région, il y a 10 ans. « J’ai décidé de transformer ma passion pour la photo en carrière », témoigne-t-elle.

Aujourd’hui à son compte avec son entreprise Pigment B, elle est flattée de recevoir un prix de l’AFP, qu’elle considère comme une reconnaissance d’envergure. Avant son projet Une pose pour le rose, la philanthrope essayait d’ailleurs, chaque année, de s’impliquer dans un organisme et de faire du bénévolat. Marilyn Bouchard travaille également à un nouveau projet philanthropique consacré à la santé des animaux domestiques, qui lui tient à cœur.

La quatrième édition d’Une pose pour le rose, prévue pour mars 2020, promet de connaître à nouveau le succès, selon la photographe, qui envisage la somme de 600 000 $ comme un objectif réalisable. L’an passé, les fonds amassés totalisaient 480 000 $.