Quoi surveiller cette fin de semaine?

  • Sous les projecteurs : la « refondation » du Parti québécois

    Sous les projecteurs : la « refondation » du Parti québécois

    Bien des sujets seront au menu du congrès national extraordinaire du Parti québécois qui se tient en fin de semaine à Trois-Rivières. Indépendance, relation avec le Bloc québécois fraîchement élu, rumeurs sur la future course à la chefferie… Les députés et militants auront de quoi travailler pour réaliser la fameuse «relance» du parti.

    Ce congrès extraordinaire, le deuxième de l’histoire du parti, doit permettre de revoir en profondeur les statuts du parti et d’aboutir à un «nouveau véhicule politique». Il faudra néanmoins attendre à dimanche après-midi pour connaître les conclusions de cette séance par la voix du chef parlementaire, Pascal Bérubé.

  • Manifestations en Catalogne, élections en Espagne

    Manifestations en Catalogne, élections en Espagne

    À la veille des élections en Espagne, les quatrièmes en quatre ans, le Tsunami démocratique — une plateforme séparatiste catalane — a lancé un appel à une journée de désobéissance civile samedi. Si le rassemblement s’avère, la rencontre police-manifestants ne devrait pas être douce.

    Puis, dimanche, les Espagnols iront aux urnes pour choisir un nouveau gouvernement, justement dans le contexte de la colère des séparatistes catalans. En fin de campagne, vendredi, le premier ministre socialiste sortant, Pedro Sanchez (sur la photo), tentait de mobiliser la gauche pour enrayer la poussée du parti d’extrême droite Vox, qui pourrait doubler le nombre de ses sièges.

  • Commémoration de la chute du mur de Berlin

    Commémoration de la chute du mur de Berlin

    Si des célébrations ont déjà eu lieu durant la semaine, c’est en fin de semaine que la chute du mur de Berlin sera commémorée de manière officielle en Allemagne. Surtout samedi, jour anniversaire de l’ouverture de la frontière de fer, qui aura séparé durant plus de 28 ans les Berlinois de l’Est et de l’Ouest.

    La chancelière, Angela Merkel, s’exprimera en journée le long de l’ancien tracé du mur à Berlin, avec à ses côtés les dirigeants polonais, tchèque, slovaque et hongrois — une manière de souligner la contribution de ces États à la «révolution pacifique» de 1989.