La peine de Richard Henry Bain est maintenue

Richard Henry Bain, l'homme qui a perpétré l'attaque au Métropolis le soir de la victoire électorale du Parti québécois en 2012
Photo: Jacques Nadeau Archives Le Devoir Richard Henry Bain, l'homme qui a perpétré l'attaque au Métropolis le soir de la victoire électorale du Parti québécois en 2012

La Cour suprême du Canada n'entendra pas la cause de Richard Henry Bain, l'homme qui a perpétré l'attaque au Métropolis le soir de la victoire électorale du Parti québécois en 2012, tuant un technicien de scène et en blessant grièvement un autre.

Comme cela est son habitude pour les demandes d'autorisation d'appel, le plus haut tribunal du pays n'a pas expliqué sa décision.

M. Bain a été reconnu coupable en 2016 du meurtre non prémédité de Denis Blanchette et de trois tentatives de meurtre. Après 11 jours de délibération, le jury avait rejeté la thèse de non-responsabilité criminelle pour cause de troubles mentaux plaidée par la défense. Richard Henry Bain, alors âgé de 66 ans, a écopé d'une peine de prison à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 20 ans.

C'est sur ce dernier aspect que portait la demande d'appel à la Cour suprême. L'avocat du condamné plaidait que le juge au procès, Guy Cournoyer, a commis une erreur en fixant lui-même la période de non-admissibilité à la libération conditionnelle sans demander au préalable sa recommandation au jury.

Plus tôt cette année, cinq juges de la Cour d'appel du Québec ont maintenu la sentence, même si deux d'entre eux ont reconnu que le juge de première instance avait en effet commis une erreur. La Cour suprême ne juge donc pas nécessaire d'en trancher autrement. La peine demeure donc la même.

Le soir de l'élection, Richard Henry Bain s'était rendu au Métropolis à bord d'un véhicule dont il avait retiré la plaque d'immatriculation. Il était vêtu d'une robe de chambre et d'une cagoule et était muni d'une arme semi-automatique. Il a tiré un seul coup de feu, tuant Denis Blanchette et blessant Dave Courage, avant que son arme ne s'enraye. Pendant ce temps, les Québécois regardaient à l'écran, interloqués, la nouvelle première ministre, Pauline Marois, être emportée par ses gardes du corps en plein milieu de son discours de victoire.

D’autres détails suivront.