Place à la décennie 2020

Francis Huot Collaboration spéciale
L’urgence climatique, d’abord, est certainement le défi le plus important auquel fera face le Québec dans la décennie à venir.
Photo: Fabrice Gaëtan L’urgence climatique, d’abord, est certainement le défi le plus important auquel fera face le Québec dans la décennie à venir.

Ce texte fait partie d'un cahier spécial.

La corruption institutionnalisée. Le Plan Nord. La vague orange. Le Printemps érable. La charte des valeurs. La réconciliation avec les Autochtones. L’échec de la réforme électorale. #MoiAussi. Donald Trump. La transition écologique. La révolution technologique. Autant de sujets abordés au cours des 10 dernières années dans L’état du Québec qui rendent compte de la transformation profonde de la province, et qui permettent d’anticiper des débats cruciaux pour la décennie à venir.

À l’aube de 2020, l’INM publie dans cette édition de L’état du Québec des textes qui font le bilan de la dernière année, et d’autres sur les défis qui attendent le Québec d’ici à 2030. Des contributions de spécialistes d’horizons variés visant à outiller les citoyens et à les amener à participer plus activement à la vie dans la cité, mais aussi à éclairer la lanterne de nos décideurs.

Pourquoi L’état du Québec ?

C’est l’INM — une organisation indépendante et non partisane dont la mission est d’accroître la participation des citoyennes et des citoyens à la vie démocratique — qui produit chaque année L’état du Québec. Pour définir la trame de chaque édition, l’INM met à profit une communauté constituée de plusieurs centaines d’auteurs ayant déjà publié dans l’ouvrage, de même que des citoyens, des élus, des chercheurs et des représentants des médias.

Résultat : 35 analyses rigoureuses, diversifiées et accessibles qui permettent de jeter un regard nouveau sur les défis que devra relever le Québec dans l’année — et la décennie — qui vient, de prendre un pas de recul sur l’instantanéité du quotidien, et de se projeter dans l’avenir.

Deux défis pour 2020

Imminent, le changement de décennie teinte en filigrane cette édition de L’état du Québec. De nombreux enjeux sont abordés dans le livre, mais deux d’entre eux semblent absolument incontournables à l’approche de 2020 : le climat et la démocratie.

L’urgence climatique, d’abord, est certainement le défi le plus important auquel fera face le Québec dans la décennie à venir. Malgré un large consensus sur la nécessité d’agir pour lutter contre les changements climatiques, les moyens à mettre en place sont l’objet de débats vigoureux. L’idée d’un développement plus durable est généralement acceptée, mais nombreux sont les partisans d’une décroissance « soutenable » ou « conviviale ». Des experts commencent par ailleurs à tracer les contours d’un mal de plus en plus répandu chez ceux qui redoutent les impacts des changements climatiques : l’écoanxiété. Au Québec, ce sont les inondations du printemps dernier et les mobilisations récentes de la jeunesse qui témoignent de l’urgence de la situation. Les appels à l’action répétés de citoyens, de la société civile et de la communauté scientifique rappellent aux décideurs leurs responsabilités dans la lutte contre les changements climatiques.

La démocratie, ensuite, parce qu’elle ne peut plus être tenue pour acquise. La participation électorale — notamment celle des jeunes — décline, la diversité de l’information est en péril, la confiance des citoyens à l’égard des institutions est faible, et les fausses nouvelles pullulent sur le Web. En 2018, le Canada se classait avantageusement en matière de processus électoral, de fonctionnement du gouvernement, de participation politique, de culture politique et de libertés civiles dans le Democracy Index, publié par The Economist Intelligence Unit. Cela n’empêche toutefois pas que 13 % des Canadiens estiment que la démocratie est sans importance et que 10 % croient, dans certaines circonstances, qu’un gouvernement autoritaire peut être préférable à un gouvernement démocratique. Ces chiffres, tirés d’une étude pancanadienne du Centre pour le dialogue de l’Université Simon-Fraser menée auprès de plus de 3500 Canadiens en juillet 2019, et dont les résultats sont publiés dans L’état du Québec 2020, sont préoccupants. Ils nous rappellent que la démocratie est fragile et qu’elle doit constamment être défendue.

Citoyens et décideurs,à vous de jouer !

Lire L’état du Québec 2020, c’est se redonner la capacité de rêver. Rêver à une planète en santé et à une société plus démocratique.

L’urgence climatique et les attaques contre la démocratie peuvent donner l’impression que la seule chose à faire, face à des crises qui semblent imminentes et inévitables, est de s’adapter. Ce fatalisme dépossède les Québécois de leur pouvoir citoyen et contraint les décideurs dans l’exercice de leurs fonctions. La crise climatique et la fragilité de la démocratie — ainsi que tous les autres défis auxquels fera face le Québec dans la décennie à venir — doivent être l’occasion de réfléchir à de nouveaux projets de société ambitieux et rassembleurs.

Lire L’état du Québec 2020, c’est le point de départ d’un dialogue nécessaire pour construire le Québec de demain.